Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2021Peter-Paul Bänziger, Die Moderne ...

2021

Peter-Paul Bänziger, Die Moderne als Erlebnis. Eine Geschichte der Konsum- und Arbeitsgesellschaft, 1840-1940

Felix Schmidt
Peter-Paul Bänziger, Die Moderne als Erlebnis. Eine Geschichte der Konsum- und Arbeitsgesellschaft, 1840-1940, Göttingen : Wallstein Verlag, 2020, 456 p., 34,90 €.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Le titre explique que l’auteur étudie l’histoire de la société de travail et de la consommation de 1840 à 1940. Il décrit les expériences et les distractions pendant cette époque de la modernisation. L’ouvrage de Peter-Paul Bänziger sur la modernité comme expérience est divisé en six chapitres. Il revient d’abord sur la sphère familiale et les activités de loisirs des familles de la classe moyenne au sein du foyer familial comme à l'extérieur. Les sources sont principalement tirées des archives allemandes des écrits intimes, conservées à Emmendingen. L'auteur présente ainsi une analyse de l'histoire du quotidien (Alltagsgeschichte). Géographiquement, l’œuvre couvre toute la région germanophone. A l’inverse, les journaux intimes analysés sont presque tous issus de la bourgeoisie, problème que Bänziger présente dans l'introduction: (S. 21f.). Sa démarche comprend ainsi de nombreux défis méthodologiques, dont celui de la représentativité, les journaux intimes issus de la classe ouvrière étant particulièrement rares. L'auteur explique qu'il tente de remédier à ce déséquilibre des sources en faisant de l'écriture et de la matérialité des journaux intimes l'objet de l'étude. Néanmoins, cela ne peut probablement pas compenser entièrement le manque de différenciation sociale. L’étude du contexte de l'écriture des journaux intimes dans le dernier chapitre aurait pu être tissé progressivement dans les chapitres précédents. Cela aurait pu être utile comme information sous-jacente au fil du livre, même si cela aurait pu entraver le flux de la lecture. Ce chapitre théorique sur la rédaction d'un journal intime reste donc un peu isolé à la fin de l'ouvrage, mal relié au reste de la démonstration. Néanmoins, ce dernier chapitre est particulièrement intéressant d'un point de vue théorique et méthodologique, car il traite plus en détail la pratique de la rédaction de journaux intimes et tire des conclusions basées sur les journaux intimes utilisés.

2Selon le chercheur, la rédaction du journal lui-même constitue aussi une expérience pour beaucoup d'écrivains. Dans le dernier chapitre, il explique comment de tels journaux intimes centré sur l’expérience pouvaient élargir les horizons de la pensée. Dans ces journaux intimes, l'accent était moins mis sur les événements mondiaux ou les questions biographiques, mais principalement sur la description des expériences. Comme l'analyse porte sur un plus grand nombre de journaux intimes de femmes que d'hommes, le livre présente souvent un point de vue féminin - ce qui est encore rare dans la recherche historique. Cependant, malgré la prépondérance des femmes dans les journaux intimes, la représentation est équilibrée et les biographies féminines et masculines sont présentées en alternance. Car en permettant de juxtaposer 68 femmes et 45 hommes, l'ouvrage pourrait réviser l'opinion de l'ancienne recherche selon laquelle la rédaction de journaux intimes était une activité féminine, écrit l'auteur.

3Bänziger présente une étude de milieu passionnante sur la vie quotidienne des classes modestes et moyennes en Allemagne à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il analyse la vie des individus des différentes classes entre travail et loisirs, entre indépendance et intégration familiale, entre grande ville et région rurale d'origine. L'ouvrage se lit très bien avec une grande fluidité, notamment grâce aux sources du quotidien qu'il contient, presque comme un roman. Le lecteur suit les personnes, représentées par leurs journaux intimes, tout au long de leur vie et est ainsi entraîné dans leur quotidien. Dans le quatrième chapitre, Bänziger décrit le cadre de la société du travail et de la consommation : l‘État-nation et ses institutions, l’entreprise et la famille. Dans ces différents cadres, une culture de la consommation et de la société du travail s'est développée, qui a servi de trait d'union pour les différents domaines de la vie quotidienne. L'auteur consacre le cinquième chapitre à cette culture des individus (Subjektkultur).

4L’ouvrage contribue ainsi aux analyses menées dans un champ de recherches florissant, à savoir celui de l'orientation vers la performance comme l'un des principes directeurs d'une partie de la classe ouvrière et des cols blancs dans une société de consommation et de travail qui émerge autour de 1900. Outre la société de la réussite (Leistungsgesellschaft), la monographie s’intéresse également au développe des expériences, ce qui correspond au tournant du XXe siècle. L’émergence de l’expérience se situe au premier plan de l’analyse et joue un rôle fondamental en tant que pilier sur lesquels les analyses des temps de loisirs, du travail et de la consommation se posent. En effet, l'expérience - l'effervescence des affaires, la variété et les contacts sociaux - est devenue de plus en plus le centre d'intérêt, également dans le monde du travail. L'activité sur le lieu de travail a été jugée positive et donc l'orientation vers l'expérience représentait la référence quotidienne centrale non seulement dans la société de consommation mais aussi dans la société de travail. L’importance de l'expérience était particulièrement visible dans le groupe émergent des cols blancs. Cependant, les contemporains décrivent également un malaise face à un excès d'expériences et d'impressions.

5Bänziger examine les idées directrices du luxe et du plaisir qui faisaient partie de la vie quotidienne des bourgeois au début du siècle, même si un idéal de modération apparaît toujours, qui apparaît comme ligne directrice dans tous les domaines de la vie. (p. 117). L'auteur montre de manière convaincante que le plaisir et l'expérience ont été façonnés par le cadre social de la famille et du cercle d'amis ainsi que par des scénarios comportementaux et émotionnels, tels que ceux de l'amusement, de l'amour de Dieu ou de la jeunesse (p. 135). L'auteur explique que non seulement les divertissements étaient de plus en plus demandés dans la société industrialisée, mais que l'offre florissante de divertissements dépendait naturellement de consommateurs mobiles et indépendants disposant d'un pouvoir d'achat, tels que les jeunes artisans, les travailleurs industriels ou les employés. (p. 210). Il décrit des expériences "classiques" de l'époque, telles que les errances des compagnons artisans. Cependant, des expériences variées des auteurs du journal apparaissent, comme des visites de foires ou de salons (p. 223). De même, des activités de loisirs axées sur la consommation pour les couples voient le jour par exemple lors des fêtes patronales. De même, le sport, en particulier l'alpinisme naissant, est décrit comme une activité de loisir orientée à la fois vers l'aventure et la performance.

6Contrairement aux régions rurales, les grandes villes ont été de plus en plus caractérisées par la vie nocturne, avec des cafés, des spectacles de variétés, des restaurants, des concerts ou des salles de bal. C'est pourquoi Bänziger se demande si la société de travail et de consommation du début du XXe siècle était avant tout une société métropolitaine (p. 253). L'auteur affirme cependant que la mobilité croissante a également mis en contact de nombreux contemporains des régions rurales avec la vie de consommation métropolitaine. Cela peut être vrai pour la périphérie des grandes villes (p. 255 pour l'exemple autour de Berlin), mais il reste incertain dans quelle mesure cela s'applique aux zones rurales plus éloignées. L'auteur lui-même écrit également que l'orientation vers l'expérience a été la plus notable dans les grandes villes en croissance rapide. À cet égard, le travail ne contribue pas de manière décisive à surmonter le caractère métropolitain de la recherche sur les décennies autour de 1900 – bien que cette noble tentative soit faite.

7En tout état de cause, outre d’approfondir et d’apporter un autre éclairage sur les évolutions dans la vie sociale des différentes groupes, l’ouvrage soulève de nouvelles perspectives sur sphère des loisirs et de la consommation au début du siècle. Alors que les processus de production et de travail pendant l'industrialisation ont déjà fait l'objet de recherches approfondies, Bänziger réussit à imbriquer les deux niveaux du professionnel et du privé à travers la perspective de l'histoire de la vie quotidienne et à décrire une société de consommation et de travail. L’auteur de cette étude mérite toute la reconnaissance pour son travail de recherche considérable avec des nouvelles perspectives sur l’histoire du quotidien. Par conséquent, l’ouvrage apporte une contribution notable à la recherche sur les différentes sphères de la vie sociale autour de 1900 – comme le travail et les loisirs. Sur la base de son corpus de sources, l'auteur explique comment la différenciation croissante de la production et de la consommation a reçu une contrepartie dans la vie quotidienne de nombreuses personnes avec le travail et les loisirs. Il ajoute une perspective originale à ce développement déjà souvent décrit, grâce aux nombreux égo-documents utilisés. La perspective adoptée par l'auteur forme un angle intéressant sur les différents secteurs de la société au tournant du siècle. Bänziger montre que sa tentative de présenter l'historiographie de la consommation et du travail sous un angle commun et nouveau conduit à un rapprochement des deux domaines fructueux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Felix Schmidt, « Peter-Paul Bänziger, Die Moderne als Erlebnis. Eine Geschichte der Konsum- und Arbeitsgesellschaft, 1840-1940 », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11117

Haut de page

Auteur

Felix Schmidt

Universität Heidelberg / EHESS Paris

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search