Navigation – Plan du site
2003

BURKHARDT, Johannes, Das Reformationsjahrhundert. Deutsche Geschichte zwischen Medienrevolution und Institutionenbildung, 1517-1617

Claire Gantet
Johannes BURKHARDT, Das Reformationsjahrhundert. Deutsche Geschichte zwischen Medienrevolution und Institutionenbildung, 1517-1617, Stuttgart : Kohlhammer, 2002, 244 p., 22 €.
Haut de page

Texte intégral

1Postulant que l’imprimerie est la seule innovation valorisée vers 1500, à une époque où l’on ne parle que de restaurer l’ancien, J.B. se propose de rassembler l’histoire du XVIe s. sous trois grands thèmes – la « révolution médiatique », la construction confessionnelle et la formation de l’État moderne – tous trois unis en un processus global d’institutionnalisation. La plus originale – mais aussi la plus critiquable – des trois parties est assurément la première où l’auteur décrypte la Réforme et le mythe qu’elle suscite. L’histoire de la Réforme semble en effet se confondre avec celle de l’écrit : non seulement parce que la nouvelle religion place l’Écriture au centre de son édifice dogmatique mais aussi parce qu’elle mobilise toutes les ressources de l’imprimerie ; les événements marquants, de l’« affichage » des « 95 » thèses aux grands écrits de 1520 en passant par l’autodafé de la bulle pontificale le 10 décembre 1520, peuvent ainsi être interprétés comme autant d’étapes dans la construction d’un mythe de la Réforme, fondé sur un nouvel espace public. La guerre des Paysans et la peur qu’elle provoque mettent fin à cette révolution médiatique et cristallisent le nouveau processus de construction confessionnelle. En trois chapitres, J.B. analyse les processus parallèles à l’œuvre chez les luthériens (évolutions stylisées en un « primat de la doctrine »), les catholiques (« primat de l’organisation ») et les réformés (« primat de la pratique ») ; au concept de « confessionnalisation » avancé par W. Reinhard et H. Schilling, il préfère celui, plus ancien, de « construction confessionnelle » (W.E. Zeeden, 1957), plus souple à ses yeux. Dans une dernière partie, il étudie les tensions entre les prétentions universelles de l’empereur et le particularisme des États territoriaux, ainsi que les formes spécifiques de la construction de l’État moderne.

2En peu de pages, J.B. réussit à nous dresser un panorama très vivant et très bien informé du XVIe s., entrevu avant tout sous ses aspects religieux et politiques. Les réels talents de conteurs de l’auteur sont servis au surplus par un humour malicieux plein de saveur (p. 74 par exemple, la guerre des Paysans met fin à la « frühbürgerliche Medienrevolution » !). Qu’importe donc si la thèse de la « révolution médiatique » est assez courte, si le protestantisme peut aussi bien être défini comme une religion de la parole, si la culture orale est négligée, et les usages ainsi que le goût des manuscrits, en plein XVIe s., sous-estimés : fidèle aux idéaux de l’époque qu’il dépeint, ce livre « instruit et distrait » en nous présentant de façon synthétique et agréable les grands acquis de l’historiographie récente.

3Claire GANTET

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « BURKHARDT, Johannes, Das Reformationsjahrhundert. Deutsche Geschichte zwischen Medienrevolution und Institutionenbildung, 1517-1617 », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1112

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals