Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2021Illner, Eberhard, Frambach, Hans,...

2021

Illner, Eberhard, Frambach, Hans, Koubek, Norbert (Hrsg.) Friedrich Engels : Das rot-schwarze Chamäleon et Rainer Lucas, Reinhard Pfriem und Hans-Dieter Westhoff (Hg.), Arbeiten am Widerspruch – Friedrich Engels zum 200. Geburtstag.

Alain Alcouffe
Illner, Eberhard , Frambach, Hans , Koubek, Norbert (Hrsg.) Friedrich Engels : Das rot-schwarze Chamäleon, Darmstadt : wbg Academic, 2020, 432p., 50€
Rainer Lucas, Reinhard Pfriem und Hans-Dieter Westhoff (Herausgeber), Arbeiten am Widerspruch – Friedrich Engels zum 200. Geburtstag, Weimar :Metropolis-Verlag. 596p., 48€
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine

Index thématique :

Histoire des idées
Haut de page

Texte intégral

Le 28 novembre 2020 marquait le 200e anniversaire de la naissance de Friedrich Engels et deux ouvrages collectifs ont marqué cet anniversaire. Les contributeurs sont des spécialistes de l’histoire du 19e siècle, pour la plupart historiens ou économistes dans le premier ouvrage mais aussi sociologues ou artistes dans le cas du deuxième. Il faut souligner l’originalité des contributions soit parce qu’elles incorporent des textes inconnus d’Engels soit parce qu’elles les confrontent à des données historiques ou à des auteurs vis-à-vis desquels il est peu fréquent de situer la tradition marxiste.

Dans le livre sur Le Caméléon rouge et noir, Jürgen Herres souligne tout d’abord l’abondance des écrits publiés par Engels qui contraste avec l’œuvre largement inédite de Marx à sa mort. Il en résulte que c’est Engels qui a déterminé la réception de Marx par la par la première génération de théoriciens et d'hommes politiques marxistes. W. Nippel montre que cette transmission a été délibérément voulue par Engels qui a magnifié le rôle de Marx dans le mouvement ouvrier.

L'industrialisation est apparue comme une "révolution" déclenchée par des inventions techniques, qui ont bouleversé de multiples domaines. Engels a esquissé une anthropologie de la technologie qui différait de la compréhension des machines de l'hégélien Karl Marx, qui, de son propre aveu, avait peu de compétences techniques, mais élaborait une nouvelle relation théorique homme-machine dans le Capital pour expliquer le développement des forces productives. Un autre auteur allemand contemporain de Marx et d’Engels, Ernst Kapp présentait sa propre philosophie de la technologie en Allemagne. Eberhard Illner compare les conceptions de la technologie d’Engels, de Marx et celles de Kapp.

Les articles d'Engels sur la science militaire sont un exemple particulier de ses conceptions des relations entre la technique et la société. Kurt Moser évalue à partir d’un exemple concis, l'armement des navires de guerre américains pendant la guerre de Sécession, la qualification de "général" attribuée à Engels pour la conduite de la guerre navale.

Cette guerre a été le cadre dans lequel Engels s’est penché sur la technologie militaire mais elle lui a aussi permis de s’intéresser à l’économie et à la société américaine. James Brophy présente ses analyses de l'économie et aussi de la mentalité des travailleurs américains, si différente de celle de l'Allemagne et de la France.

Werner Plumpe s’intéresse aux réponses d'Engels au contraste entre l'abondance des biens et les changements des habitudes de consommation de la bourgeoisie de l'époque et la "misère" de la classe ouvrière. Dans son modèle explicatif historique, élaboré avec Marx, se trouve une dynamique de développement reposant sur l'antagonisme des forces productives et des rapports de production conduisant nécessairement à l’effondrement du capitalisme. Ces prédictions d’Engels ne se sont pas réalisées et sa conception des forces productives est, selon W. Plumpe, aussi naïve que rigide : naïve parce qu'il suppose une sorte d'automatisme régulier dans leur déroulement, rigide parce qu'il considère comme immuables les entraves des rapports de production, tels qu’il les apercevait dans les années 1840.

Afin de classer les "conditions d'exploitation" critiquées par Engels dans La Situation de la classe ouvrière en Angleterre en 1844, Margrit Schulte Beerbühl donne un aperçu des relations de travail en Grande-Bretagne, en se concentrant sur Manchester et Londres.

Dès ses premiers travaux économiques, en 1844/45, Esquisse d’une critique de l’économie politique et La Situation de la classe ouvrière en Angleterre en 1844, Engels s’est vivement élevé contre la théorie économique de son temps. Hans Frambach s’étonne que les idées de Lorenz Stein, qui ont contribué à faire connaître le socialisme en Allemagne, n’aient guère été remarquées par Engels. IL montre également que la métaphore de la destruction créatrice, popularisée par Joseph Schumpeter au XXe siècle était déjà présente dans la pensée et les actions d’Engels.

Heinz D. Kurz se sert d’Esquisses pour analyser la perception de l'économie politique d'Engels. Il a souvent mal compris l'économie politique classique, ou lui a attribué des vues qu'elle n'a jamais eues. Ses remarques sur la société future sont restées sans saveur. Il a abordé le problème de l'information mais a sous-estimé ses implications pour l'organisation d'une société sans marché.

Si les Esquisses sont à l’origine de la préoccupation d'Engels pour l'économie, il sera le premier interprète de Marx à travers la publication des volumes 2 et 3 du Capital. L’analyse détaillée des étapes de la création des manuscrits et du très vaste travail éditorial d'Engels apporte, selon Regina Roth, la preuve du rôle déterminant d’Engels en ce qui concerne la théorie économique de Marx, l'orientation fondamentale du mouvement socialiste et les questions de politique.

Mais comment ce capitalisme s'est-il développé "après Engels" ? Dans un bref aperçu des changements essentiels survenus depuis Engels, Norbert Koubek avance que, comme à l'époque d'Engels, les questions du développement de la population, de la répartition des richesses et des changements induits technologiquement et socialement dans les processus de travail demeurent.

Dans sa conclusion, Jürgen Kocka soutient qu’Engels, malgré la présence de nombreux éléments bohèmes et autres éléments non bourgeois dans son style de vie et malgré sa critique tranchante de la bourgeoisie, Engels doit être considéré comme un produit de la bourgeoisie d'Europe occidentale du XIXe siècle.

L’ouvrage replace fermement Engels dans le cadre du XIXe siècle, une distanciation qui est renforcée par une iconographie remarquable rassemblée par Eberhard Illner. Plus de 200 illustrations souvent peu connue montrent le monde dans lequel a évolué Engels, un cadre dont l’imagerie autour de Marx et d’Engels est elle-même une composante importante.

Cette distance historique est tout à fait à l’opposé du parti pris choisi dans le second ouvrage dans laquelle une vingtaine d’auteur-e-s (dont deux avaient déjà contribué au premier ouvrage) reprenant parfois les mêmes thèmes mais aussi d’autres (la religion ou la famille) établissent un lien entre les combats d’Engels en son temps et beaucoup de luttes actuelles. Ainsi Engels a souligné l'importance des relations entre les sexes particulièrement tôt. Il a aussi interrogé le rôle des religions dans les revendications sociales soulignant dans ses derniers travaux sur l'histoire du christianisme primitif sur les similitudes entre les premiers mouvements chrétiens et socialistes. Mais Engels s’est aussi intéressé à des questions toujours d’actualité comme celle du logement pour laquelle il est loin de rejeter les solutions pragmatiques.

Si l’élargissement de la perspective offert par Priem et alii est bienvenu, au moins deux thèmes pour lesquels une réévaluation serait bienvenue ne sont pas traités, il s’agit des nations et de la colonisation. Cependant ces deux ouvrages tirent Engels de l’ombre de Marx et le lecteur en aura une connaissance plus profonde que celle fournie par les biographies récentes qui lui ont été consacrées et ont révélé différents aspects de l’homme privé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Alcouffe, « Illner, Eberhard, Frambach, Hans, Koubek, Norbert (Hrsg.) Friedrich Engels : Das rot-schwarze Chamäleon et Rainer Lucas, Reinhard Pfriem und Hans-Dieter Westhoff (Hg.), Arbeiten am Widerspruch – Friedrich Engels zum 200. Geburtstag. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 03 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11136

Haut de page

Auteur

Alain Alcouffe

Professeur émérite Université Toulouse 1-Capitole

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search