Navigation – Plan du site
2003

ROSSEAUX, Ulrich, Die Kipper und Wipper als publizistisches Ereignis (1620-1626). Eine Studie zu den Strukturen öffentlicher Kommunikation im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges

Claire Gantet
Ulrich ROSSEAUX, Die Kipper und Wipper als publizistisches Ereignis (1620-1626). Eine Studie zu den Strukturen öffentlicher Kommunikation im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges, Berlin : Duncker & Humblot (Schriften zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte, 67), 2001, 595 p., 74 €.
Haut de page

Texte intégral

1Cette thèse soutenue à l’université de Bonn durant le semestre d’hiver 1999-2000 étudie les différents media (feuilles volantes, gravures, journaux et relations de foire) diffusés à l’occasion de l’inflation des années 1620 à 1624/ 1626, dénommée Kipper- und Wipperzeit. U.R. s’attache à ne pas isoler un medium des autres mais à reconstituer les structures de la communication publique, et à ne pas en livrer une étude marxisante (comme celle de Michael Goer) ou purement littéraire (Gabriele Hooffacker).

2De fait, le premier mérite de ce travail consiste dans la nuance et la clarification des analyses et des concepts. Loin d’avoir provoqué une misère générale et indifférenciée, la Kipper- und Wipperzeit a affecté avant tout les humbles. Elle est en effet provoquée par une disposition de l’ordonnance monétaire impériale de 1559, qui ne préconisait que des pièces en or ou en argent et, pour les petites pièces, prévoyait un poids en argent supérieur à la valeur nominale ; l’inflation, provoquée par la multiplication des ateliers monétaires non autorisés et l’introduction de pièces de cuivre ainsi que par les besoins financiers des belligérants, touche en priorité ceux qui manient les petites espèces. U.R., ensuite, souligne la plasticité des media de l’époque moderne. Ce qui caractérise une « feuille volante », c’est son aspect « volant » (Flugschrift), c’est-à-dire sa rapidité, sa vitesse et son actualité, et non un but allégué d’agitation et de propagande (avancé comme caractéristique par Hans-Joachim Köhler). Les feuilles relevées d’une gravure (illustrierte Flugblätter) se signalent aussi par leur caractère différencié ; il n’existe pas un langage de l’image, mais plusieurs, et quantité de combinaisons possibles avec le texte. Au XVIIe s. encore, les « journaux » hebdomadaires au sens actuel du terme coexistent avec de simples « nouvelles » ou « nouveautés ». Quant aux relations de foire, ordonnées autour de Francfort-sur-le-Main ou de Leipzig, ce sont des compilations de textes parus ailleurs rassemblés et édités deux fois par an.

3Au moyen de sources imprimées mais aussi manuscrites – comme le protocole et l’interrogatoire de Gallmeyer, un colporteur (Hans Meyer de son vrai nom) arrêté en février 1625 par le conseil de ville d’Augsbourg pour avoir vendu des feuilles volantes non autorisées, ou divers inventaires de bibliothèques, U.R. tente ensuite de donner le portrait le plus précis possible des auteurs des 100 feuilles volantes et 45 gravures sur l’inflation éditées entre 1620 et 1626 (avant tout membres du clergé luthérien, avec quelques juristes en sus), de leur production, des conditions de diffusion et de réception. Il met en évidence l’importance de l’appartenance à un réseau (le clergé luthérien orthodoxe par exemple) dans le succès de telle ou telle feuille volante. U.R. conclut que le concept, développé par Jürgen Habermas, d’une « sphère publique représentative » déterminée par les relations à l’autorité est bien trop étroit pour le début du XVIIe s.

4Le lecteur pourra regretter le caractère très descriptif de l’approche. Le commentaire des gravures, en particulier, ne fait guère que résumer les analyses des beaux catalogues édités sous l’égide de Wolfgang Harms. Les media étudiés sont souvent isolés du reste des textes qui circulent et qui n’ont pas pour thème central l’inflation. Très attachée aux sources, l’étude d’U.R. manque aussi de l’envergure qui permettrait de mettre en perspective ces documents parmi les textes sur la guerre, sur la violence et sur la mémoire. Enfin, la conclusion contribuant à réfuter Habermas est présente dès les premières lignes de l’introduction. Mais ces éléments ne sont que l’envers d’une analyse minutieuse et très claire, qui désigne ce livre comme l’un des « classiques » de la période.

5Claire GANTET

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « ROSSEAUX, Ulrich, Die Kipper und Wipper als publizistisches Ereignis (1620-1626). Eine Studie zu den Strukturen öffentlicher Kommunikation im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1125

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals