Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2021Anne-Berenike Rothstein (dir.) Ku...

2021

Anne-Berenike Rothstein (dir.) Kulturelle Inszenierungen von Transgender und Crossdressing: Grenz(en)überschreitende Lektüren vom Mythos bis zur Gegenwartsrezeption

Constance Jame
Anne-Berenike Rothstein (dir.) Kulturelle Inszenierungen von Transgender und Crossdressing: Grenz(en)überschreitende Lektüren vom Mythos bis zur Gegenwartsrezeption, Bielefeld: Transcript (GenderCodes – Transkriptionen zwischen Wissen und Geschlecht, 20), 2021, 272 p., 40€.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Ouvrages transpériodiques
Haut de page

Texte intégral

1Publication suivant une conférence ayant eu lieu à l’Université de Constance en 2019, cet ouvrage collectif est consacré à l’évolution des mises en scène culturelles du transgenre et du travestissement. Comme la quatrième de couverture le souligne cette étude, se voulant une anthologie, s’étend de l’Antiquité à nos jours à travers la lecture d’œuvres littéraires, cinématographiques ou artistiques. Dans la préface, Anne-Berenike Rothstein définit le but de cette anthologie comme étant de savoir dans quelles mesures le changement de genre qui doit être ou a déjà été effectué permet de tirer des conclusions sur les relations de genre de l'époque respective. Pour ce faire, une critique sociale est réalisée, dans laquelle le genre est ou peut être compris et discuté comme un phénomène changeant.

2La diversité des œuvres étudiées et du domaine de recherche des auteures (littérature, sociologie, médias, éducation, cinéma) rassemblées permet de montrer l’intérêt accru pour la relecture d’œuvres tout aussi bien canoniques que moins connues par le prisme des études de genre dans tous les secteurs des sciences humaines germanophones. À la lecture du sommaire, un constat est à faire les auteures sont uniquement d’identité féminine. Étant un ouvrage dédié à l’étude du transgenre et du travestissement cela peut être perçu comme un point de vue biaisé lorsque le souhait est de créer une anthologie. Est-ce une anthologie d’un point de vue uniquement féminin ?

3De prime abord, le titre suggère une relecture universelle puisqu’il n’apporte aucune information sur l’aire culturelle étudiée. Le sommaire comble en partie ce manque : l’ouvrage se consacre à l’évolution de ces mises en scènes en Europe de l’Ouest avec majoritairement une étude d’œuvres germanophones et françaises. Cette restriction géographique permet de montrer une évolution dans les œuvres, mais aussi au sein de la société et de ses cercles de pensées tels les Lumières pour le XVIIIème. Le découpage plus ou moins chronologique de l’ouvrage aide à saisir cette évolution en commençant par le XVIIème et l’analyse d’œuvres de Shakespeare pour terminer par cinq chapitres, représentant la moitié des études, dédiés au XXIème siècle. L’accent est donc mis sur l’ère contemporaine.

4Certains chapitres s’étendent sur plusieurs périodes, tel l’analyse par Anne-Marie Lachmund de la réception du mythe de la beauté de Vénus chez Proust jusqu’à la période contemporaine dans les œuvres (controversées) de David Lachapelle. Elle montre comment ce mythe devenu populaire s’applique autant à la beauté féminine qu’à celle masculine notamment à travers l’analyse du personnage de Saint-Loup chez Proust. Cette beauté est une beauté androgyne.

5Cette thématique de l’androgynéité, et du jeu des frontières entre corps masculin et féminin est aussi soulignée dans l’étude de Anne Enderwitz sur Shakespeare et de A.-B. Rothstein sur Rachilde. Chez Shakespeare, l’auteure s’intéresse au double travestissement imposé, par les normes de la société élisabéthaine, aux comédiens jouant un personnage féminin se travestissant en homme. En effet, seuls les hommes avaient le droit de jouer sur scène. Un homme jouait donc une femme jouant un homme. A.-B. Rothstein, elle, étudie un autre double travestissement, celui de la poétesse Rachilde, qui elle-même se travestit en homme pour se libérer du comportement féminin et gagné un statut d’auteur masculin. L’auteure s’interroge sur l’hybridité de Rachilde, une hybridité sociale, mais aussi littéraire dans son esthétique de l’écriture. Elle définit l’impact de ce travestissement physique dans son écriture comme une « écriture dandy féminine ». L’analyse de ces œuvres montre que le travestissement peut être une norme sociale imposée par la société ou choisie pour participer à cette société.

6À côté de l’étude d’œuvres majeures, Kerstin Böhm, elle, s’interroge sur la manière d’aborder les questions de genre dans la littérature pour enfants et adolescents, des questions qui sont cruciales au sein de la société actuelle et qui semblent trop souvent considérées comme tabou. Toutefois, K. Böhm montre que comme dans la littérature classique il existe des personnages dans la littérature de jeunesse qui s’interrogent sur les limites et frontières du genre, et ce depuis les années 80. Cette évolution se reflète, comme l’auteure le souligne, dans la recherche omniprésente par les personnages d’une normalité, mais une normalité, ni définit en tant qu’hétérosexuelle ou homosexuelle. Il n’est d’ailleurs jamais question d’homosexualité dans ces ouvrages, mais uniquement de travestissement. Selon elle, la différence majeure entre des œuvres catégorisées pour enfants et celles de jeunesse réside dans la présence de la thématique de l’orientation sexuelle.

7Un regard est également porté sur le cinéma par l’étude de la double identité du personnage David/Virginia dans La Nouvelle Amie de François Ozon, ainsi qu’une interview de Gabriel Baur sur son documentaire, Vénus Boyz, dédié aux Dragkings.

8Cet ouvrage, par son analyse de la réception des mythes jusqu’à l’époque contemporaine est intéressant pour le domaine des études de genre, car il montre que le transgenre et le travestissement ne sont pas propre à la période post-moderne. Par ailleurs, la diversité des œuvres analysées destine cet ouvrage à un lectorat divers désireux de découvrir une autre lecture d’œuvres classiques et contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Jame, « Anne-Berenike Rothstein (dir.) Kulturelle Inszenierungen von Transgender und Crossdressing: Grenz(en)überschreitende Lektüren vom Mythos bis zur Gegenwartsrezeption », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 23 juin 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11415 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11415

Haut de page

Auteur

Constance Jame

Universität Heidelberg

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search