Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2022Elisabeth Dickmann (Hg.), Die His...

2022

Elisabeth Dickmann (Hg.), Die Historikerin Hedwig Hintze (1884-1942). Verstreute Schriften.

Hinnerk Bruhns
Référence(s) :

Elisabeth Dickmann (Hg.), Die Historikerin Hedwig Hintze (1884-1942). Verstreute Schriften. Trafo Verlag, Berlin 2021, 650 p., ISBN 978-3-86464-074-2

Référence(s) :

Elisabeth Dickmann (Hg.), Die Historikerin Hedwig Hintze (1884-1942). Verstreute Schriften. Trafo Verlag, Berlin 2021, 650 p., ISBN 978-3-86464-074-2

Entrées d’index

Index chronologique :

Epoque Contemporaine

Index thématique :

Historiographie
Haut de page

Texte intégral

1En 2014, André Burguière et Bernard Vincent ont réuni dans un volume intitulé Un siècle d’historiennes les portraits de vingt historiennes dont les œuvres et les parcours avaient marqué la science historique au Vingtième siècle. Parmi elles, Hedwig Hintze (1884-1942), une historienne allemande de l’entre-deux-guerres, au destin tragique. Dans l’université allemande, elle fut la deuxième historienne à obtenir la venia legendi, l’habilitation à enseigner et à pouvoir prétendre à un poste de professeur. Oubliée en France après la Deuxième guerre mondiale, cette spécialiste de l’histoire française avait gagné l’estime de prestigieux historiens français comme Alphonse Aulard, Henri Sée, Henri Hauser et Albert Mathiez, même si ce dernier se montrait réservé face à sa vision, trop aulardienne à son gôut, de la Révolution française.

2L’ouvrage fondamental de Hedwig Hintze, sa thèse d’habilitation, Staatseinheit und Föderalismus im alten Frankreich und in der Revolution (Unité de l’État et fédéralisme sous l’Ancien Régime et la Révolution), publié en 1928 a été réédité en Allemagne en 1989 avec une nouvelle introduction rédigée par Rolf Reichhardt. A l’étranger, cette réédition à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française semble cependant avoir plus retenu l’attention de spécialistes américains et italiens que français. Il faudra attendre l’étude de Jean-Numa Ducange, en 2012, sur La Révoution française et la social-démocratie. Transmissions et usages politiques de l’histoire en Allemagne et Autriche (1889-1934) pour que la contribution de Hedwig Hintze à l’histoire de la Révolution française soit de nouveau au moins évoquée en France.

3A côté de ce seul mais volumineux livre (plus de 600 pages), l’importante production historique et historiographique de Hedwig Hintze, dispersée dans de nombreuses revues et ouvrages n’était pas facile d’accès. Une vision globale et un accès facile en sont maintenant mis à la disposition du public, grâce à l’initiative d’Elisabeth Dickmann qui a rassemblé un choix de 38 articles de Hedwig Hintze dans le présent volume des Verstreute Schriften (Ecrits éparpillés), paru en 2021. Les dates de publication de ces écrits s’étendent de 1903 jusqu’en 1940, deux ans avant sa mort en l’exil aux Pays-Bas. Les trois premiers textes sont encore signés de son nom de jeune fille Hedwig Guggenheimer, avant son mariage en 1912 avec l’historien Otto Hintze. Ces 38 textes sont republiés ici dans l’ordre chronologique, ce qui permet de se rendre compte à la fois de l’évolution intellectuelle de Hedwig Hintze et des répercussions des bouleversements politiques contemporains sur le choix de ses sujets et sur son positionnement politique : femme de gauche, républicaine et démocrate, féministe combattive depuis sa jeunesse, que ce soit pour dénoncer à l’âge de seulement 19 ans le système d’éducation des jeunes filles dans des pensionnats bruxellois — le premier article du volume : « Zur Erziehungsfrage » (1903) — ou pour s’opposer courageusement, non encore habilitée, aux critiques injustes et malveillantes d’un éminent professeur d’histoire de l’Université de Vienne : « Die Kampfweise des Ritters von Srbik » (1927). En 1919, l’année où les femmes allemandes obtiennent le droit de vote, elle publiera un article sur la question du droit de vote des femmes lors de la Révolution française, texte repris dans ce volume.

4Les deux tiers des écrits réunis par Elisabeth Dickmann traitent de l’histoire et de l’historiographie française, ainsi que des relations intellectuelles entre l’Allemagne et la France. A partir de 1926, après une thèse soutenue en 1924 sur la législation municipale de la Constituante, Hedwig Hintze était chargée des comptes rendus et notices bibliographiques consacrés à l’histoire de la Révolution française et de l’Ancien Régime dans la Historische Zeitschrift, la revue historique allemande la plus prestigieuse, jusqu’à ce que le comité directeur de cette revue n’y mette fin au mois de mai 1933 en raison de l’origine juive de Hedwig Hintze et de ses convictions politiques. Son mari, lui-même codirecteur de la revue, en démissionnera aussitôt. De cet énorme travail de recensions pour la Historische Zeitschrift, seule une toute petite partie a pu être intégrée dans ce volume. Citons à titre d’exemple un long essai de 1931 sur les recherches récentes sur la Révolution française.

5Dans le tiers restant de ces Verstreute Schriften on trouve, entre autres, une belle étude consacrée à l’historiographie européenne de la Renaissance et surtout des travaux sur l’histoire et la politique allemande, en particulier deux textes sur Hugo Preuß (1860-1925), le père de la constitution de la République de Weimar. Les études de Hedwig Hintze, qu’elles soient consacrées à des personnages politiques ou à des historiens contemporains, témoignent autant d’une grande érudition que de ses propres convictions politiques, républicaines et démocratiques. En font preuve notamment les textes consacrés à Hugo Preuß et à Jean Jaurès. L’introduction de Hedwig Hinze à la traduction allemande (1924) de L’histoire politique de la Révolution française d’Alphonse Aulard, ses études sur Taine, Aulard, Jaurès et Mathiez comme historiens, ses analyses du rapport de Jaurès à Marx et à la théorie matérialiste de l’histoire, toutes ces analyses contiennent également des portraits de ces personnages, portraits empreints d’une grande humanité, d’une sensibilité et d’un vrai sens des rapports humains. On lira notamment la « Page de souvenir » consacrée à Albert Mathiez, publiée en 1932 dans Les Annales historiques de la Révolution française (https://www.jstor.org/​stable/​41924202 ), traduit en allemand pour le présent volume par E. Dickmann.

6Quatre textes datant des années 1920 à 1927 analysent, sous différents angles, la tension entre unité étatique et régionalisme au cours de l’histoire française, le grand thème de Hedwig Hintze, développé dans son livre de 1928 qui, en Allemagne comme en France, avait été, dès sa parution, considéré comme une contribution majeure à l’histoire moderne française. Les études plus courtes sur cette même thématique, republiées ici, mériteraient d’être traduites en français : elles résument les thèses centrales de Hedwig Hintze sur la grande question de l’unité et l’indivisibilité de la République française, s’imposant contre une hypothétique évolution alternative à partir d’initiatives ‘démocratiques’ municipales et régionales du début de la Révolution. Cette problématique est abordée aussi sur l’arrière-plan des discussions allemandes du début des années 1920 sur la question du centralisme et de la décentralisation.

7Seuls trois articles de Hedwig Hintze avaient été publiés en français ; ils sont republiés ici dans leurs versions originales : la « page de souvenir » en hommage d’Albert Mathiez, déjà mentionnée, une étude sur « Goethe et la Révolution française », traduite par Henri Sée et publiée dans les Annales historiques de la Révolution française en 1932 (https://www.jstor.org/​stable/​41924189), puis, la date n’est pas fortuite, une réflexion autour du thème « Nation et humanité dans la pensée des temps modernes », publiée dans la Revue d’histoire moderne en 1933 (https://www.persee.fr/​doc/​rhmc_0996-2727_1933_num_8_6_3739). Hedwig Hintze reprendra, la même année dans une revue suisse, cette thématique sous un titre à allure de manifeste : « Nation und Humanität. Von einer deutschen Frau ».

8Ce choix d’articles de la plus importante historienne allemande de l’entre-deux-guerres est précédé par une introduction substantielle d’Elisabeth Dickmann, cofondatrice de la Hedwig Hintze-Gesellschaft für historische Forschung und Bildung, à Brème. Un index des personnes, très utile, clôt ce volume qui mérite une large diffusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hinnerk Bruhns, « Elisabeth Dickmann (Hg.), Die Historikerin Hedwig Hintze (1884-1942). Verstreute Schriften. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 08 mars 2022, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11649

Haut de page

Auteur

Hinnerk Bruhns

Directeur de recherche émérite au CNRS

Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search