Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2022Michael Jeismann, Die Freiheit de...

2022

Michael Jeismann, Die Freiheit der Liebe: Paare zwischen zwei Kulturen.

Jean-Louis Georget
Référence(s) :

Michael Jeismann, Die Freiheit der Liebe: Paare zwischen zwei Kulturen, Carl Hanser, 2019, 350 p.

Référence(s) :

Michael Jeismann, Die Freiheit der Liebe: Paare zwischen zwei Kulturen, Carl Hanser, 2019, 350 p.

Entrées d’index

Index chronologique :

Epoque Contemporaine

Index thématique :

histoire de la culture
Haut de page

Texte intégral

1Dans son livre sur la liberté de l’amour, Michael Jeismann raconte l'histoire de couples situés entre deux cultures qui insistent sur le privilège que représente ce choix, même si l'union conjugale devient de la sorte difficile et parfois impossible. Si les frontières se sont ouvertes et les sociétés internationalisées, les couches sociales se sont, dans des sociétés très connectées, éloignées les unes des autres. Les couples bi-culturels, qui constituent une catégorie à la fois homogène et plurielle, soulèvent la question de l'égalité et de l'inégalité, mais aussi de l'appartenance en refusant la contrainte d'unicité qu’impliquent toutes les revendications identitaires.

2En République fédérale d'Allemagne, le nombre des couples mixtes a plus que doublé entre 1996 et 2018, passant de 723.000 à 1,5 million, soit la population d’une grande ville. On peut donc dire à juste titre que la société allemande s'est durablement ouverte, mais la multiplication de ces couples s'observe dans le monde entier, des États-Unis à la Chine. Derrière les chiffres se joue une grande et émouvante histoire d'émancipation : L'altérité, née de l'intimité, est négociée publiquement. Qui peut en faire partie, qui ne le peut pas et pour quelles raisons ? Les ouvrages d'histoire peuvent être divisés en deux genres : ceux qui se consacrent à une époque et ceux qui étudient un sujet dans sa profondeur diachronique. M. Jeismann fait partie de ces historiens qui osent encore une véritable histoire des idées et veulent comprendre le présent à partir du passé. Plutôt que de simplement décrire et narrer, l’historien prend le temps de la réflexion.

3La démocratie est particulièrement mise au défi par les couples mixtes. Si l’une des deux personnes ne partage pas les vues fondamentales de son partenaire et reste ainsi attaché à ses origines, sa loyauté est mise à l’épreuve. Il suffit de penser aux débats sur les sociétés parallèles et les crimes d'honneur. Ce soupçon était déjà un leitmotiv dans l'Antiquité, lorsque Périclès, avec sa loi sur la citoyenneté en 450/51, a introduit l'ascendance locale comme critère décisif de l'appartenance : seuls deux parents athéniens pouvaient donner naissance à de vrais citoyens. L'impact de ces décrets fut énorme, notamment parce que la loi rendait politiquement inintéressantes les alliances matrimoniales en Asie mineure et au-delà de la Mer Noire, qui avaient été précédemment avantageuses pour les familles nobles aisées au plan économique. À partir de cette époque, l'ascendance régionale ou nationale devint un critère formel d'appartenance - et est jusqu’à nos jours régulièrement utilisée pour exclure des groupes entiers ou des individus.

4Les résistances au mariage entre deux personnes de tribus, d'États ou de religions différentes existent partout et à toutes les époques. Tout le monde est désormais conscient du caractère inhumain de l'interdiction de se marier, car les tentatives d'abolir ces frontières ont commencé dès le XIXe siècle en Europe - et leur succès forme le cœur de cet ouvrage. Mais les thèmes très discutés de nos jours sont aussi présents sous la plume de l’auteur comme l’amour entre personnes de même sexe : à Sparte, l'union des couples normaux était rendue difficile par l'homosexualité juvénile généralement acceptée, qui n'avait pas préparé le passage du jeune homme à l'hétérosexualité telle qu'elle s'imposait désormais au jeune homme devenu citoyen.

5Pour décrire le destin de ces extravagants en ce sens que ce sont des personnes captivées par l'autre et par ce qu’il convient d’appeler au sens premier par « l'extraordinaire », M. Jeismann s'inspire de contes et de mythes qui reflètent des problèmes contemporains. Ainsi, il commence son histoire de couples séparés par les dieux, ces êtres imaginaires doivent franchir une distance incommensurable s'ils aiment un être humain, la déesse Ishtar par exemple, qui aime Gilgamesh, ou Achmed, qui désire la fée Pari-Banu. La thèse du livre apparait clairement qui veut que l'enrichissement par l'autre culture ne puisse exister sans effort personnel. Elle commence dans la famille et, à l’instar de ce que savent les grands ethnologues comme Claude Lévi-Strauss, il n'y a pas d'observations plus précises de cette configuration que dans les contes.

6Ces contes prennent souvent le visage d’histoires douloureuses, qui se terminent pourtant dans une forme de morale qui contredit leurs censeurs. Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, l'Anglaise Ruth Williams et Seretse Khama apprirent à leurs dépens comment un mélange de préjugés raciaux et d'inopportunité politique faillît empêcher leur union. Elle était fille d'un fonctionnaire colonial à la retraite et employée de la compagnie d'assurance Lloyds ; il était issu de la noblesse africaine, avait étudié le droit à Londres et devint plus tard le premier président de la République du Botswana. Au terme d'une course contre la montre, ils réussirent à se marier civilement à Londres en 1948, bien que le ministère britannique des Affaires étrangères et l'Église anglicane aient tout mis en œuvre pour empêcher cette union. Pourtant, la même année, la Grande-Bretagne avait signé la Déclaration universelle des droits de l'homme proclamée par les Nations unies et avait ainsi promis de protéger le libre choix du conjoint, indépendamment de l'origine et du statut social. Principes et actes s’opposèrent de manière flagrante.

7Le harcèlement cruel qu'ils subirent de la part du gouvernement britannique entraîna la création de nombreux comités de soutien au plan international et une mobilisation mondiale contre le racisme évident. La protestation, surtout dans les pays du Commonwealth, mais aussi aux États-Unis, contre le bannissement de Seretse Khama de son pays d'origine et contre le traitement infligé au couple par la politique britannique marqua le début d'une nouvelle ère.

8Certes, il n'existait pas en Grande-Bretagne, ni dans l'ensemble du Commonwealth, de restrictions légales aux couples mixtes, mais on pensait devoir tenir compte des réactions, pour des raisons de stratégie politique, de la part du régime d'Apartheid en Afrique du Sud, qui disposait d'importants gisements d'uranium et constituait ainsi un important fournisseur de matières premières pour l'armement nucléaire britannique au début de la Guerre froide. Dans le même temps, le gouvernement britannique s'inquiétait de plus en plus des effets propagandistes contre sa politique eu égard aux mouvements d'indépendance qui commençaient à se manifester dans les anciennes colonies. On ne voulait surtout pas donner à l'Union soviétique l'occasion de trouver un bon motif pour encourager les soulèvements. En effet, les États qui ne voulaient pas entendre parler de mélange et qui ne toléraient pas les couples mixtes, quelles qu'en fussent les raisons, étaient désormais sous le feu des critiques. En 1956, Seretse Khama et Ruth Williams furent finalement autorisés à retourner dans le futur Botswana, qui fut au cours des décennies suivantes l'histoire l'une des réussites africaines. Cette nouvelle attitude laissait déjà présager une nouvelle politique, comme l'avait annoncé le Premier ministre Harold Macmillan dans son discours au Cap en 1960.

9Jusqu'à la fin des années soixante, il n'y eut plus de législation officielle contre les couples mixtes dans une grande partie du monde. Cependant, dans les États marqués par la religion, on continue toutefois à exiger rigoureusement la conversion du partenaire étranger. Aux États-Unis, un jugement de la Cour suprême dans l'affaire du couple Loving contre l’État de Virginie en 1968 a autorisé les mariages entre Blancs et Noirs, et plus généralement tous les mariages interraciaux. Le 12 juin, jour de l'arrêt, est aujourd'hui célébré comme le loving day, par les milieux LGBTQ également qui, en s'appuyant sur l'arrêt de 1968, ont finalement obtenu le droit de se marier entre personnes de même sexe en juin 2015.

10Néanmoins, la politique ne cesse de tracer de nouvelles frontières qui affectent les relations privées, comme par exemple la politique coloniale comme dans l’exemple précédent ou, dans l'histoire récente, la Guerre Froide pendant laquelle les États socialistes interdisaient le départ des personnes désireuses de se marier. Martin Walser en a d’ailleurs tiré sa nouvelle Dorle et Wolf. Jusqu'à nos jours, la relation de couple reste donc un indicateur de la conscience politique : « Le 'couple mixte' est le gui dans l'arbre de la société » - c'est par cette métaphore poétique que M. Jeismann, dont le livre est comme toujours écrit dans un très beau style, érige son constat en doctrine.

11Pourtant, le « pour soi » et le « rester entre soi » d'autrefois sont redevenus aujourd'hui des attitudes sociales courantes. Ils réapparaissent doublement sous une nouvelle forme. Ce nouveau cloisonnement n'est pas déterminé par la loi, mais par la société : il est dirigé d'une part contre les personnes qui viennent de l'extérieur, les réfugiés en général - et contre tous ceux qui sont prêts à les accueillir. Cette fermeture agressive, avec ses idées de pureté ethnique et sociale, suggère que quelque chose comme la civilisation est possible sans échange culturel et sans « mélange », que l'on n'a en principe pas besoin des autres, voire que l'on s'en sortirait mieux sans eux. Une telle attitude est un réflexe de défense socio-psychologique face à une réalité caractérisée par une forte internationalisation des sociétés dans le monde entier. Mais ce repli se produit également de plus en plus entre couches sociales. Depuis plus de vingt ans, on se marie généralement entre égaux au plan social - et ce, sans aucune prescription : l'argent va à l'argent et l'éducation et la propriété se cumulent. Cela s'explique surtout selon M. Jeismann par le fait que les femmes ont rattrapé leur retard dans nombres de domaines et que les chances de se rencontrer à hauteur d’yeux au sein d'une même classe sociale ont ainsi considérablement augmenté.

12La question est de savoir ce que signifie réellement le nombre croissant de couples mixtes sur le plan politique et culturel est intéressant. Le nombre croissant de couples mixtes est-il le signe d'une tolérance croissante et d'une plus grande évidence du multiculturalisme ? Il ne s'agit pas pour l’auteur d'expliquer les ressorts internes de ces couples, comme l'ont souvent fait l'ethnologie et la psychologie sociale, en posant des questions sur la compatibilité des différentes empreintes culturelles au sens large. S'il y a manifestement des différences aujourd'hui plus que jamais présentes en raison de l'immigration, la question qui s'est longtemps silencieusement dissimulée derrière le postulat de l'égalité est à nouveau très clairement audible : comment gérer ces différences de manière à ce qu'elles ne soient pas perçues comme une menace, mais comme une chance pour la société ? Et qu'est-ce que l'égalité des uns contre l'inégalité des autres, déterminée au cas par cas ?

13Dans cette conjoncture, les couples mixtes sont un test des potentialités offertes au cœur des sociétés. A une époque générant beaucoup de radicalisme en tout genre, où la haine et la bêtise se font entendre de manière répétée, ils pratiquent une forme de doux radicalisme de l'amour. Cela ressemble à première vue à du mauvais romantisme, mais de fait, ils semblent encore échapper à la logique de l'homogamie sociale et de la politique identitaire, car ils prennent le risque de l'inconnu incarné par l'autre - même en cas d'apparente égalité sociale. Les couples qui surmontent ensemble les malentendus et le rejet qu’ils suscitent se voient souvent pris entre deux feux lorsqu'ils doivent afficher leur véritable appartenance et leur loyauté envers la société majoritaire dans laquelle ils ont choisi de vivre. S'ils ont un effet intégrateur, c'est par leur présence visible et leur propre évidence. Leurs enfants quant à eux symbolisent ce qui était considéré comme incompatible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Georget, « Michael Jeismann, Die Freiheit der Liebe: Paare zwischen zwei Kulturen. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 19 avril 2022, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11653

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search