Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2022Lutz Raphael, Jenseits von Kohl u...

2022

Lutz Raphael, Jenseits von Kohl und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boomitgefühle. Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte.

Emmanuel Droit

Entrées d’index

Index chronologique :

Epoque Contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1L’historien allemand Lutz Raphael a considérablement marqué l’histoire du temps présent ces vingt dernières années. Il est associé à l’expression « Nach dem Boom » qu’il a développée dans le cadre d’un projet collectif avec son collège de l’université de Tübingen, Anselm Doering Manteuffel et qui est devenu une figure métaphorique incontournable en Allemagne. De fait, il a contribué à enrichir le débat sur la nature et les buts de l’histoire du temps présent en Allemagne en plaidant pour une approche plus sociale d’une sous-discipline dominée depuis ses débuts par une perspective très politique de l’histoire.

2Dans le prolongement de cet enrichissement de l’histoire du temps présent, L. Raphael a produit un ouvrage d’histoire comparée européenne consacrée à la désindustrialisation et donc à ce changement structurel des principales économies européennes entre le début des années 1970 et la fin des années 1990. L. Raphael nuance toutefois le passage vers une économie industrielle en rappelant que les trois pays étudiés sont restés des puissances industrielles.

3La désindustrialisation est saisie de manière plurielle d’abord dans une perspective par le haut puis comme une expérience au sens phénoménologique du terme. Publié un an avant le début de la pandémie mondiale de covid, ce livre entre aujourd’hui en résonance avec les enjeux de réindustrialisation et de relocalisation des chaînes de production en Europe de l’Ouest, à commencer par la France. Il possède donc une dimension à la fois historique et contemporaine très forte. La désindustrialisation fut une expérience commune aux sociétés anglaise, ouest-allemande et française si bien que les générations concernées constituent dans une certaine mesure une « communauté de destins ». Entamée à partir de la fin des années 1960, elle vient clore à la fin des années 1980 une période faste d’amélioration des revenus, du niveau d’éducation et de consommation. D’une certaine manière, elle concerne davantage les cohortes nées dans les années 1950 et qui à la différence de leurs parents sont entrés dans une phase d’insécurité parfois au milieu ou au début de leur trajectoire professionnelle.

4L’arrêt de « l’effet ascenseur » (p. 467) magnifiquement illustrée en France dans l’œuvre de Nicolas Mathieu ouvre une phase très déstabilisante de précarité, de chômage, de déclassement social, de dégradation des conditions de vie et de logement. Pour mieux cerner ce passage de la sécurité matérielle à des formes plurielles d’insécurité, Lutz Raphael s’appuie d’abord sur les enquêtes sociologiques et les données statistiques, ce qui indirectement témoigne de la nécessité de développer des travaux d’histoire contemporaine dans ce champ. Il brosse dans un premier temps les conditions socio-historiques de la désindustrialisation à l’échelle des secteurs miniers, sidérurgique et textile qui constituaient la colonne vertébrale de ces mondes industriels. Les politiques publiques plus ou moins radicales de transformation des économies inscrites dans le contexte du « grand retournement néo-libéral » (A. Supiot) ont eu un coup social très élevé, la Grande-Bretagne se distinguant de l’Europe continentale par une plus grande brutalité à l’époque thatchérienne à tel point qu’on peut parler de liquidation des mondes industriels traditionnels. Dans le même temps, l’historien allemand souligne les capacités de résistance et d’adaptation de ces milieux. Il étudie de manière comparée l’évolution des conditions et des relations de travail, les conflits, les trajectoires des syndicats, des partis ouvriers et des simples individus sans renoncer à tenir compte d’une approche genrée. En Allemagne de l’Ouest, où les transformations furent relativement « douces » grâce à des politiques généreuses de subventions publiques, les entreprises ont développé un modèle de production flexible orienté vers la qualité et l’exportation tout en élargissant des formes de co-gestion avec le personnel. La France a fait le choix d’un système automatisé de production et de contrôle tout en facilitant des formes de participation démocratique et en versant des aides sociales qui ont cherché à atténuer le choc.

5L’approche micro-historique développé par L. Raphael renonce à mobiliser l’histoire orale ou des formes plus ethnographiques d’analyse. Il cherche avant tout à dresser le portrait collectif des classes populaires à l’aide d’indicateurs statistiques. Ces dernières ont profité de la période des Trente Glorieuses pour accéder à un certain niveau de confort matériel et se fondre dans ce vaste milieu des classes moyennes. L’accès à la propriété dans des pavillons situés en périphérie urbaine, le développement d’un style de vie orienté vers certains loisirs et certaines pratiques culturelles ont dans un premier temps facilité leur intégration sociale et d’une certaine manière les ont « invisibilisés ». Or, la désindustrialisation a contribué à faire rejouer certaines lignes de fracture relevant d’une logique de distinction (culturelle, politique, alimentaire) qui éclatèrent au grand jour en France à l’occasion de la crise des gilets jaunes en 2018. Mais ce processus n’est pas qu’une histoire de perdants ou de déclin. Il offre aussi de nouvelles opportunités de mobilité professionnelle et géographique inscrite dans des logiques de réindustrialisation de certains territoires.

6Cette étude parfaitement maîtrisée d’histoire comparée est avant tout un plaidoyer très convaincant en faveur de l’histoire sociale. Il est vrai que le « cultural turn » puis le « global turn » avaient contribué depuis les années 1990 à rendre l’histoire sociale telle qu’elle était pratiquée par l’École des Annales ou celle de Bielefeld en Allemagne moins évidente ou pertinente. Or, à l’aide d’un jeu d’échelles articulant les niveaux macro et micro, en réinsérant les logiques nationales dans un contexte de transformation des conditions politico-économiques de l’Union européenne, une histoire sociale de la désindustrialisation offre une précieuse clé de compréhension des sociétés ouest-européennes depuis les années 1970. En ce sens, elle constitue une forme de préhistoire de notre temps présent permettant de relire avec un regard plus acéré le Brexit de 2016, le mouvement des gilets jaunes de 2018 ou encore les fractures territoriales en Allemagne. Pour le dire autrement, la lecture du livre de L. Raphael est une contribution majeure à la compréhension des conditions socio-historiques de la crise des démocraties libérales en Europe.

7A bien des égards, la référence dans le titre à l’ouvrage de Nietzsche Jenseits von Gut und Böse illustre ce qu’est le livre de L. Raphael : une synthèse de son ethos d’historien, de sa manière de penser et d’écrire l’histoire contemporaine critique, attentive aux enjeux socio-politiques du présent et capable de fournir des clés d’explication du monde actuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Droit, « Lutz Raphael, Jenseits von Kohl und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boomitgefühle. Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11659

Haut de page

Auteur

Emmanuel Droit

Sciences Po Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search