Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2022Rüdiger Zill, Der absolute Leser....

2022

Rüdiger Zill, Der absolute Leser. Hans Blumenberg – Eine intellektuelle Biographie.

Alban Stuckel

Entrées d’index

Index chronologique :

Epoque Contemporaine

Index thématique :

Histoire des idées
Haut de page

Texte intégral

1En 2020, à l’occasion du centenaire de la naissance du philosophe allemand Hans Blumenberg et un quart de siècle après sa disparition, Rüdiger Zill donne une « biographie intellectuelle » de celui-ci. Dans le prologue intitulé « La lisibilité de la pensée » (pp. 7-34), l’auteur déclare qu’il ne cherche pas à livrer une interprétation systématique de l’œuvre de Blumenberg ni à suivre l’ordre de parution de ses ouvrages. Il se propose bien plutôt, en blumenbergien, de décrire les phases successives d’une « pensée en mouvement » en montrant quelles options, si elles n’ont finalement pas été retenues par le philosophe, lui étaient néanmoins ouvertes en fonction de son « horizon » mouvant, c’est-à-dire en fonction de sa situation personnelle, professionnelle et intellectuelle.

2Ainsi, dans la première partie de l’ouvrage (« Description de la vie », pp. 35-362) qui s’acquitte de cette tâche proprement biographique, Zill s’intéresse tout autant aux grandes étapes de la formation et de la carrière universitaire de Blumenberg qu’aux occasions manquées, aux projets avortés et aux déceptions qui n’en sont pas moins déterminantes pour la physionomie de son œuvre. Des premiers souvenirs d’une enfance lübeckoise marquée par le régime nazi jusqu’au décès de Blumenberg en 1996, en passant par ses années de formation en théologie à Paderborn et Francfort (1939-1940), l’incendie de sa bibliothèque en 1942, sa brève carrière dans l’industrie, sa déportation en 1945, la reprise de ses études de philosophie à Hambourg, l’obtention de son doctorat en 1947 puis de son habilitation en 1950, ainsi que ses nominations successives aux universités de Kiel (1951), Hambourg (1958), Gießen (1960), Bochum (1965) et Münster (1969), ses rares voyages et sa retraite à Altenberge (1985), Zill exploite un grand nombre d’archives pour documenter de nombreux aspects méconnus de la vie de Blumenberg. Il restitue l’atmosphère des universités allemandes d’après-guerre, reconstitue le réseau des amis et des adversaires, soupèse l’influence qu’ont exercée divers auteurs et professeurs sur Blumenberg, relate ses rapports parfois difficiles avec ses éditeurs et avec les administrateurs de l’université, ou encore souligne la diversité des formes que prend sa pensée en fonction de son public et de son objet. Mais cette première partie ne se contente pas de décrire les étapes d’une vie d’intellectuel. Elle s’emploie également à commenter avec bonheur un certain nombre de textes inédits, des plus anecdotiques aux plus fondamentaux – quitte justement à remettre en cause, dans un geste éminemment blumenbergien, cette hiérarchie entre différents formats. On apprend par exemple que, dès ses douze ans, Blumenberg a fondé une revue intitulée Erdball und Weltall avec l’ambition précoce de montrer « l’étroite connexion entre la science et la vie » (p. 74).

3Si Zill se refuse à toute interprétation systématique – il assume par exemple privilégier les textes les moins connus des archives de Marbach –, il n’en suit pas moins un fil interprétatif bien défini au cours de son étude, puisqu’il considère que « la philosophie de Blumenberg est celle d’un lecteur » (p. 9). Plus précisément, Zill évoque à titre de leitmotiv la figure blumenbergienne du « lecteur absolu », c’est-à-dire du lecteur qui répondrait en tout point aux exigences de l’auteur mais qui, par conséquent, ne peut être qu’une figure de l’impossible, une « idée régulatrice » ou, en termes blumenbergiens, une « métaphore explosive (Sprengmetaphorik) » (p. 12). L’ouvrage se donne donc pour objectif de « montrer que Blumenberg a trouvé des stratégies de lecture pour saisir cette métaphore explosive et ainsi développer ses formes particulières d’abandon productif » (ib.). C’est surtout la seconde partie (« Travail à l’œuvre », pp. 363-411), brève mais centrale, qui répond à cette ambition. En s’intéressant aux rapports que Blumenberg, en ses diverses qualités d’éditeur, d’auteur et surtout de lecteur, a établis avec le livre comme objet de travail, Zill déploie en effet sa propre théorie de la lecture absolue. Après avoir relaté l’échec des premiers projets éditoriaux de Blumenberg et avoir décrit sa situation longtemps paradoxale d’auteur en quête de livre (jusqu’à ses 45 ans et la parution, en 1965, de Die kopernikanische Wende, le premier ouvrage qu’il estima digne de paraître), Zill analyse les diverses phases de la méthode de travail de Blumenberg. À un premier niveau, Blumenberg s’approprie les textes qu’il lit en les soulignant puis en reportant références, citations et extraits sur des fiches qu’il classe et commente abondamment ; à un second niveau, il documente ce travail en établissant un catalogue de ces fiches ainsi que des listes de lecture et d’écriture. Là non plus, Zill ne se contente pas d’une description, mais offre également une interprétation du fameux fichier de Blumenberg. Selon lui, ce système de fiches ne fait pas seulement office de mémoire externe, mais est bien plutôt le moyen, voire le milieu, d’une « synthèse idéelle » entre le lecteur et ce qu’il lit – et donc rien de moins que la condition de possibilité d’un « lecteur absolu » (p. 390). Le fichier permet en effet de rendre simultanées les traces de lectures éloignées dans le temps, de nouer des dialogues virtuels entre des auteurs que tout sépare et, par cette expérimentation continue sur des pensées décontextualisées puis recontextualisées, de faire apparaître des motifs qui demeuraient jusque-là insoupçonnés. En somme, ce système de mise en coprésence des absents produit un nouveau surcroît de « signification et de signifiances » (p. 391) justifiant qu’on lui applique la méthode (ou l’anti-méthode du détour) empruntée par Blumenberg lui-même pour rendre compte d’autres dispositifs régissant l’économie du sens (le nom, la métaphore, le mythe, le concept…).

4Dans la troisième partie (« Le procès d’une curiosité philosophique », pp. 415-584), Zill se propose, à partir de quatre textes dotés d’un haut degré de réflexivité mais sans s’y limiter, de reconstituer l’image que Blumenberg pouvait avoir de lui-même en tant que philosophe. Il s’agit de rendre visible pour le lecteur contemporain ce qui alors allait de soi pour l’auteur. Ces quatre textes sont respectivement « La philosophie face aux questions du temps » (1949), « Images du monde et modèles du monde » (1961), « Approche anthropologique de l’actualité de la rhétorique » (1971), « Pensivité (Nachdenklichkeit) » (1980). Ils permettent en effet à Zill de retracer l’horizon sur lequel se détachent les grandes inflexions méthodologiques et thématiques de la philosophie de Blumenberg. Ce faisant, le programme de Zill recoupe ici en partie celui de Jürgen Goldstein (Hans Blumenberg. Ein philosophisches Portrait, Berlin, Matthes & Seitz, 2020), qui cherche lui aussi, la même année, à brosser le « portrait philosophique » de Blumenberg à partir de sa seule œuvre, dès lors que celle-ci se présente comme la « discrète expression de soi (Selbstausdruck) de ce philosophe ».

5Enfin, après quelque 125 pages de notes (pp. 585-710), Zill établit une chronologie des événements biobibliographiques les plus importants jusqu’à 2020 (pp. 711-724), ainsi qu’une bibliographie fort utile de littérature primaire (livres, articles, contributions encyclopédiques, correspondances, éditions ; feuilletons ; archives) et secondaire (à la fois les œuvres lues par Blumenberg et celles qui lui sont consacrées) (pp.725-792). Ces appendices font de cet ouvrage, outre sa grande richesse factuelle et sa haute tenue intellectuelle, une ressource précieuse pour tous les lecteurs de Blumenberg qui, contraints de renoncer à l’absolu, souhaitent néanmoins s’approcher au plus près du laboratoire de sa pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Stuckel, « Rüdiger Zill, Der absolute Leser. Hans Blumenberg – Eine intellektuelle Biographie. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11667 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11667

Haut de page

Auteur

Alban Stuckel

École Normale Supérieure Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search