Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2022Frank-Lothar KROLL, Christian HIL...

2022

Frank-Lothar KROLL, Christian HILLGRUBER, Michael WOLFFSOHN (Hrsg.), Die Hohenzollerndebatte. Beiträge zu einem geschichtspolitischen Streit.

Corentin MARION

Entrées d’index

Index chronologique :

Epoque Contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. « Gesetz über staatliche Ausgleichsleistungen für Enteignungen auf besatzungsrechtlicher oder b (...)

1En 2019, les négociations menées depuis 2014 par Georg Friedrich, Prince de Prusse – arrière-arrière-petit-fils du dernier Empereur allemand Guillaume II – avec le Land de Brandebourg sont rendues publiques. Pour l’héritier Hohenzollern il s’agit d’obtenir la restitution et une indemnisation pour les expropriations menées par les autorités militaires soviétiques après 1945, qui concernent notamment le château Cecilienhof à Potsdam et diverses œuvres d’art. Rendues publiques, ces négociations échouent et doivent désormais être réglées devant les tribunaux. La loi fédérale de compensation de l’État pour les expropriations, datée de 1994, indique qu’une compensation peut être perçue sauf si le demandeur (ou ici son ancêtre) a « considérablement favorisé » (erheblichen Vorschub geleistet) le régime nazi dans son instauration et son renforcement.1 Au centre de l’attention médiatique – et désormais juridique – se trouvent alors les actions du « Kronprinz » Guillaume, fils de Guillaume II et arrière-grand-père de Georg Friedrich, entre 1931 et 1934.

  • 2 Les expertises sont consultables en ligne : http://hohenzollern.lol/ (consulté le 21/07/2022).
  • 3 Klaus Wiegrefre, « Historiker wehren sich gegen juristischen Feldzug der Hohenzollern », Spiegel.de(...)
  • 4 Eva Schlotheuber, Eckart Conze, « Die Ehre der Familie », Frankfurter Allgemeine Zeitung, https://z (...)

2Que le Kronprinz ait été un soutien d’Hitler à la fin de la République de Weimar et même après la nomination de ce dernier comme chancelier, ne fait aujourd’hui plus l’ombre d’un doute : à l’élection présidentielle de 1932 il se désista en faveur d’Hitler et appela clairement à voter pour lui, de plus Guillaume pris part à la journée de Potsdam en mars 1933 – pour ne citer que quelques exemples. Là où les historiens divergent, c’est sur l’adverbe « considérablement » (erheblich) dans la notion de favorisation considérable du régime nazi. Dans l’action juridique qui oppose la famille Hohenzollern avec l’État du Brandebourg, chaque parti a recours à des expertises d’historiens : Peter Brandt et Stephan Malinowski (mandatés par l’État) sont positifs quant à une favorisation considérable des nazis par le Kronprinz ; Christophe Clark et Wolfram Pyta (mandatés par les Hohenzollern) tiennent la position inverse.2 En décembre 2019, le Spiegel révèle que Georg Friedrich von Preußen a engagé des actions juridiques contre les historiens et journalistes qui se montreraient critiques envers la maison Hohenzollern, dont notamment Stephan Malinowski.3 En réaction à cette annonce, les historiens Eva Schlotheuber (présidente de l’Union des historiens et historiennes allemands) et Eckart Conze publient une tribune dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung en septembre 2020 dans laquelle ils dénoncent la volonté de l’héritier Hohenzollern de façonner et d’influencer la discussion publique et notamment scientifique des historiens.4 Les deux historiens affirment en outre dans cet article qu’il existe un consensus scientifique autour de la question de la favorisation considérable du régime par le Kronprinz, ce que contestent plusieurs historiens, notamment parmi les éditeurs du présent volume.

3À en croire l’avant-propos du volume édité par Frank-Lothar Kroll (spécialiste du IIIe Reich et de la résistance au nazisme, connu pour ses prises de positions conservatrices dans plusieurs journaux allemands), Christian Hillgruber (juriste, remarqué pour des propos homophobes et fils du directeur de thèse de F.-L. Kroll) et Michael Wolffsohn (historien, spécialiste d’histoire juive et retraité depuis 2012, également connu pour des prises de position très conservatrices voire islamophobes), le débat mené depuis 2019 autour des Hohenzollern est marqué par une forte « émotionnalité et une regrettable unilatéralité sur le fond » (p. 5). L’ouvrage entend ainsi « débloquer la situation » et également éclairer de manière informée les débats en analysant les divers aspects relevant de l’histoire, du droit, du journalisme et de la politique. L’ouvrage se divise en six parties : la première est consacrée à des « mises au point » juridiques et historiographiques, la seconde à des « controverses » sous forme de prises de positions, la troisième traite spécifiquement de la question de la favorisation du régime nazi par le Kronprinz, la quatrième partie entend quant à elle livrer de nouvelles interprétations sur l’Empire allemand (1871-1918), la cinquième partie opère ensuite un pas de côté en proposant des comparaisons à travers les époques et les pays, et la dernière partie, enfin, compile des interviews de plusieurs historiens autour de la question des Hohenzollern.

4La première partie opère ainsi à un retour sur les questions juridiques et historiographiques qui sous-tendent le débat actuel, et s’ouvre sur un article d’Ulrike Schlie et Thomas Weber sur la maison Hohenzollern pendant la période nazie, tendant à démontrer que cette dernière n’a pas été utilisée par le régime nazi pour la promotion du régime. L’argumentation est assez unidirectionnelle, ne répondant pas aux contre-arguments offerts par le débat, et les tentatives d’analyses quantitatives laissent fortement dubitatif (utilisation sans précaution de Google N Gram et d’un portail de journaux numérisés limité au seul Land de Rhénanie du Nord-Westphalie). Suit alors un article de Christian Hillgruber et Philipp Bender sous forme de commentaire juridique de la loi fédérale de compensations de l’État, en particulier de son article 1, alinéa 4 (qui traite justement de la favorisation du régime nazi) ; pour eux cet alinéa ne s’applique pas car le Kronprinz n’a pas considérablement favorisé le régime. La partie se clôt sur l’article de Klaus Ferdinand Gärditz (juriste spécialiste en droit public) qui rappelle utilement la « dissonance fonctionnelle » (p. 87) entre un « jugement » historique et juridique, en particulier au niveau épistémologique et des possibilités de sa révision. Toutefois, pour lui les historiens ont mal compris leur mandat et se sont laissés aller à des jugements en termes mémoriels et politiques, ce qui est une dure critique assez peu convaincante, tout comme la critique de ses opposants au sein du débat, réduits à des « bavardages sur twitter et [à de la] rhétorique moralisante » (p. 70).

5La seconde partie, intitulée « controverses », inclut cinq articles prenant une claire position politique. Le premier est celui de Frank-Lothar Kroll dont la prise de position est clairement pro-Hohenzollern, critiquant de manière particulièrement virulente ses contradicteurs, traitant ainsi (p. 93) Stephan Malinowski et Karina Urbach de « jacobins de chambrée » (Stubenjakobiner), ou encore qualifiant, non sans misogynie, (p. 94) Eva Schlotheuber (médiéviste et présidente de l’Union des historiennes et historiens d’Allemagne) de chercheuse en monastère (Klosterforscherin), le tout sans argument véritablement scientifique et en reprochant à ses contradicteurs de ne pas évoquer de contre-arguments à leurs positions – il semblerait dès lors que F.-L. Kroll s’inspire de ce qu’il dénonce puisqu’il ne cite aucun argument des historiennes et historiens qu’il critique ad hominem comme ad personam. Le deuxième article de la section est signé par Michael Wolffsohn et argumente d’un point de vue éthique (ou plus précisément de l’éthique « judéo-chrétienne occidentale », qui apparait sous sa plume comme un monolithe qu’il ne se donne pas la peine de définir). Il critique ainsi, sans convaincre, la loi fédérale de compensation comme « cimentation » (Zementierung) de la réforme soviétique du droit de la propriété, qualifiant l’expropriation des Hohenzollern de « vol légal ». Suit un article de Peter Brandt et Lothar Machtan, selon qui il y eut plein d’autres personnalités autrement plus influentes que le Kronprinz pour précipiter la fin de la République de Weimar en 1933, jugeant en outre que les positions pro-Hitler du fils de Guillaume II ont simplement été un frein à une alternative conservatrice au nazisme (p. 126), ce qui semble à rebours des conclusions de Brandt dans sa propore expertise judiciaire. Uwe Walter (historien de l’Antiquité) publie quant à lui une critique à l’encontre de la présidente de l’Union des historiennes et historiens d’Allemagne, dénonçant une tendance à la politisation de l’Union dans le sens d’une politique mémorielle (Geschichtspolitik) – Walter s’était d’ailleurs déjà prononcé publiquement contre plusieurs résolutions votées par l’Union en 2018 notamment. Pour lui, le présent article – remanié d’un manuscrit soumis à la revue de l’association des professeurs allemands d’histoire mais jamais paru – a fait l’objet d’une censure car trop critique d’Eva Schlotheuber, mais il n’est pas en mesure de le prouver. L’article s’achève dans une diatribe contre, pêlemêle et sans grand sens, le fait de donner une agentivité à tout un nouvel ensemble d’acteurs, d’éliminer des « mauvais » noms de rue ou la volonté de se « débarrasser » d’artefacts coloniaux (p. 130). Thomas Schmidt, enfin, clôt la section en s’intéressant à ce qui confère son potentiel de débat au cas des Hohenzollern. Il cible « l’activisme historien », qui selon lui entend imposer une vision et une lecture du passé à partir de normes actuelles, et passant par des historiens se muant en « influenceurs » (p. 139) pour servir une actualisation de l’histoire depuis le présent.

6La troisième partie, davantage rigoureuse et scientifique, a pour but de revenir sur la question précise de la favorisation du régime nazi par le Kronprinz. André Postert argue ainsi que, comme d’autres, le Kronprinz a pu faciliter la prise de pouvoir d’Hitler mais rappelle que ce dernier a surtout été amené au pouvoir par des moyens démocratiques et s’appuie bien davantage sur le rejet latent du parlementarisme chez les conservateurs et monarchistes de Weimar que sur l’influence du Kronprinz. Hans-Christof Kraus abonde en ce sens en soulignant l’image fortement dégradée du Kronprinz, de Guillaume II et de la monarchie dans l’Allemagne de l’après-1918 de manière générale, ainsi que l’absence d’un parti monarchiste à partir duquel les Hohenzollern auraient pu exercer une influence. Benjamin Hasselhorn discute ensuite la thèse (formulée dans un vocabulaire wébérien) selon laquelle « le potentiel charismatique et symbolique » du prince-héritier aurait été d’une importance particulière pour la prise de pouvoir des nazis. Il insiste de manière très juste sur le fait que le scandale du Daily-Telegraph en 1908 et la défaite ainsi que l’exil de la famille impériale dix ans plus tard ont conduit à une perte d’autorité et de capital symbolique pour les Hohenzollern. Hasselhorn rappelle en outre que la figure du maréchal Hindenburg a exercé une forte concurrence face à celle de l’ancien Empereur dans les milieux monarchistes et conservateurs. Rüdiger von Voss clôt la section de manière originale et pertinente en s’intéressant à partir d’archives personnelles du Kaiser, du Kronprinz et de divers responsables nazis aux relations d’abord amicales puis conflictuelles (notamment une fois que l’option d’une restauration est définitivement écartée) entre Hohenzollern et (futurs) cadres du régime nazi.

7La quatrième partie, en grand décalage par rapport au débat, vise à déplacer légèrement le débat et revient sur les discussions autour de l’Empire allemand, qui joue un rôle majeur dans l’image des Hohenzollern au-delà du Kronprinz et des actions juridiques du XXIe siècle, entendant proposer de nouvelles interprétations. Pour Peter Heroes il y a certes eu des critiques envers les Hohenzollern du temps de l’Empire, mais l’essentiel de l’interprétation communément admise de Guillaume II et du Kaiserreich vient de la période 1918-1939, et des débats historiens de l’après-1945 autour de Hans-Ulrich Wehler, Thomas Nipperdey ou encore Michael Stürmer. Il note enfin très justement une renaissance actuelle de la thèse d’une voie particulière allemande (Sonderweg) par Heinrich August Winkler et Eckart Conze, y compris lors de débats avec leurs contradicteurs (Christopher Clark ou Hedwig Richter notamment). Oliver Haardt à sa suite revient sur des lieux communs concernant l’Empire et sa constitution (tels que l’idée d’une constitution octroyée par en haut ou d’une naissance par la guerre du premier État-Nation allemand par exemple). L’argumentation est néanmoins très peu empirique, tendant parfois plus à l’affirmation qu’à l’administration rigoureuse de la preuve, et revenant sur des topoi déjà décriés depuis un certain nombre d’années par la recherche. Rainer Schmidt, enfin, fait le compte-rendu de l’ouvrage d’Eckart Conze, Schatten des Kaiserreichs (2020). Il critique l’aspect « judiciaire », sans analyse et sans contradiction de l’ouvrage. Il refuse notamment l’idée présente chez Conze d’une continuité entre 1871 (fondation de l’Empire allemand) et 1945, tout comme d’autres clichés historiographiques présents dans le livre (comme l’esprit de sujétion, le militarisme omniprésent, ou encore le déficit chronique de démocratie de l’Empire).

8La cinquième partie propose des perspectives de comparaison mais passe complètement à côté de son but, car elle juxtapose des articles parlant de situations plus ou moins analogues dans d’autres régions ou à d’autres périodes, mais sans proposer de parallèle direct avec le débat autour des Hohenzollern, réussissant parfois même l’exploit de ne pas mentionner leur nom. F.-L. Kroll ouvre ainsi la section en évoquant les restaurations et le devenir des anciennes familles royales ailleurs en Europe, par exemple en Italie, en Grèce et dans plusieurs anciennes républiques populaires, comme l’Albanie, la Roumanie, le Monténégro. Hans Ottomeyer, ensuite, évoque la vente d’objets d’arts issus des confiscations de 1945, notamment en critiquant leur perte pour l’État liée à une volonté de solder rapidement ces biens, mais sans en tirer le meilleur parti historique ou financier, défendant de fait sa propre action comme conservateur de diverses institutions au cours du dernier tiers du XXe siècle. Björn Thümler (ministre chrétien-démocrate de la science et de la culture du Land de Basse-Saxe) revient quant à lui sur les biens de la seconde lignée Welfe et les efforts récents du Land de valoriser et de restaurer ou conserver au mieux châteaux et objets d’arts, en dialoguant activement avec les dernier descendants vivants concernés. Il s’agit ici avant tout de la défense d’un bilan, mais la contribution permet d’élargir la perspective au-delà du cas Hohenzollern, très liés à la politique nationale. Enfin, Michael Sommer (historien de l’Antiquité) se penche dans un complet hors-sujet sur les « prismes mémoriels » à-travers lesquels l’image de l’Empereur romain Caligula a été déformée jusqu’à devenir l’archétype du despote fou, ainsi qu’à la manière dont était traitée la mémoire des anciens empereurs à Rome.

9La dernière partie consiste en une série d’interviews d’historiens, interrogés sur le cas Hohenzollern et qui livrent des réflexions très convenues, tant la réflexion épistémologique est faible. Le premier entretien est donné par Horst Möller (ancien directeur de l’Institut für Zeitgeschichte) pour qui le débat autour des Hohenzollern est absurde car le faible rôle du Kronprinz est connu. Il fustige ainsi un débat avant tout politique, critiquant au passage l’Union des historiennes et historiens d’Allemagne et sa « politisation ». Möller défend une vision « nuancée » des Hohenzollern, marquée à la fois par des aspects négatifs et de plus « grands personnages » s’inscrivant davantage dans des politiques de tolérance et de réformes du droit. L’interview de Lothar Machthan (professeur retraité de l’Université de Brême depuis 2015), qui est la version complète d’une interview donnée pour un documentaire, revient – une énième fois – sur la faible influence du Kronprinz ainsi que sur la distinction entre les questions morales et juridiques autour du débat sur les Hohenzollern. Enfin, Thomas Brechenmacher, spécialiste d’histoire juive-allemande, revient – encore – sur la politique de tolérance des Hohenzollern aux XVIII et XIXe siècles, n’accordant que peu de mots au débat actuel.

10Le présent ouvrage est donc marqué par plusieurs graves manques et écueils. Premièrement l’absence totale de travail de cadrage de la part des éditeurs du volume : nombre de contributions se répètent, d’autres sont largement hors-sujet, l’ensemble du volume paraît incohérent, beaucoup sont des versions longues d’articles déjà parus dans la presse, la table des illustrations consiste en une liste confuse de liens internet (google ou bing) sans explication et l’introduction se limite à un vague avant-propos de deux pages ne permettant en rien de poser les bases du débat, contrairement à ce que les éditeurs annoncent vouloir faire. Ensuite, le choix des auteurs laisse songeur : sur 24 auteurs, une seule femme est présente (et ce uniquement afin de donner la parole à un homme lors d’une interview) – alors qu’il y a moult chercheuses compétentes dans ce champ historiographique –, de plus nombre de contributeurs utilisent leur place au sein de l’ouvrage afin de régler des désaccords voire des querelles personnelles avec d’autres historiens, ou à des fins de promotion de leur propre action. Enfin, le ton d’un certain nombre de contribution n’est pas scientifique mais bien plus polémique, avec des critiques personnelles, et tout en critiquant l’unidimensionnalité des critiques à l’encontre des Hohenzollern, le volume réussit à reproduire la même chose en sens inverse, en qualifiant les contre-arguments de « non-scientifiques », d’« ignorants scientifiquement », sans même les exposer, étalant une rhétorique et un positionnement conservateur et parfois monarchiste, tout à fait pro-Hohenzollern. Si certaines contributions ont un intérêt – et sont ne serait-ce que correctement argumentées – elles sont noyées dans un volume décousu, à la limite du diffamant, au ton polémique et à la composition plus que discutable. Ce sujet mérite une vraie discussion critique, nous l’attendons encore…

Haut de page

Notes

1 Cf. « Gesetz über staatliche Ausgleichsleistungen für Enteignungen auf besatzungsrechtlicher oder besatzungshoheitlicher Grundlage, die nicht mehr rückgängig gemacht werden können (Ausgleichsleistungsgesetz - AusglLeistG) » (1994), https://www.gesetze-im-internet.de/ausglleistg/BJNR262800994.html (consulté le 18/07/2022).

2 Les expertises sont consultables en ligne : http://hohenzollern.lol/ (consulté le 21/07/2022).

3 Klaus Wiegrefre, « Historiker wehren sich gegen juristischen Feldzug der Hohenzollern », Spiegel.de, https://www.spiegel.de/geschichte/hohenzollern-historiker-wehren-sich-gegen-juristischen-feldzug-a-1301166.html, 13/12/2019 (consulté le 18/07/2022).

4 Eva Schlotheuber, Eckart Conze, « Die Ehre der Familie », Frankfurter Allgemeine Zeitung, https://zeitung.faz.net/faz/feuilleton/2020-09-09/die-ehre-der-familie/503019.html, 09/09/2020 (consulté le 18/07/2022).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corentin MARION, « Frank-Lothar KROLL, Christian HILLGRUBER, Michael WOLFFSOHN (Hrsg.), Die Hohenzollerndebatte. Beiträge zu einem geschichtspolitischen Streit. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 04 août 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11675

Haut de page

Auteur

Corentin MARION

Université Paris Cité, laboratoire ICT UR 337/Universität Bielefeld

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search