Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2022Adamantios Theodor Skordos, Südos...

2022

Adamantios Theodor Skordos, Südosteuropa und das moderne Völkerrecht.

Eine transregionale Geschichte im 19. und 20. Jahrhundert.
Philipp Glahé
Référence(s) :

Adamantios Theodor Skordos, Südosteuropa und das moderne Völkerrecht. Eine transregionale Geschichte im 19. und 20. Jahrhundert: Wallstein Verlag, 2021, 528 p., 44 €.

Entrées d’index

Index chronologique :

Epoque contemporaine

Index thématique :

Histoire du droit
Haut de page

Texte intégral

1Le 9 octobre 1934, le roi de Yougoslavie Alexandre Ier se rendit en France pour une visite d'État. Il fut reçu à Marseille par le ministre français des Affaires étrangères Louis Barthou. La visite d'Alexandre Ier ne devait durer qu'un quart d'heure. Bien que les services secrets yougoslaves l'aient averti, le roi et le ministre sont montés dans une limousine ouverte sur le Vieux-Port et ont défilé au pas sur la Canebière. Les bords de la route étaient bordés de badauds et de journalistes en liesse. Après seulement 100 mètres, la course s'arrêta brusquement. Un homme, identifié plus tard comme le terroriste macédonien Vlado Georgiev Černozemski, se précipita vers le véhicule et tua Alexandre Ier et Louis Barthou. Deux passants et un policier sont également morts sous les balles, avant que Černozemski ne soit lynché par les policiers et les personnes présentes. L'attentat suscita l'horreur au niveau international. Le fait que les auteurs de l'attentat, appartenant à deux groupes terroristes croates et macédoniens, aient trouvé refuge en Italie, mais que le gouvernement italien ait refusé de les extrader, déclencha une crise diplomatique. Du côté français et yougoslave, l'indignation fut grande, si grande même que la France remit sur la table un projet qui avait été discuté sans résultat depuis des décennies dans les cercles juridiques et politiques : la création d'un tribunal pénal international. Jusqu'en 1937, deux conventions relatives à la lutte contre le terrorisme et à l'établissement d'une cour pénale internationale virent le jour au sein de la Société des Nations. La "Convention pour la prévention et la répression du terrorisme" n'entra toutefois jamais en vigueur et la Cour pénale internationale n'a été créée qu'en 1998. Un échec sur toute la ligne ? Pas pour Adamantios Theodor Skordos qui, dans son œuvre monumentale, jette des perspectives interdisciplinaires, mais surtout régionales, entièrement nouvelles sur l'histoire du droit international. Skordos explique minutieusement comment la Convention sur la création d'une Cour pénale internationale, signée en 1937, a indirectement jeté les bases du droit pénal international actuel. Déjà à l'époque le principe aut dedere aut judicare, dit principe de complémentarité, avait été établi, selon lequel un État doit soit juger lui-même les terroristes internationaux, soit les livrer à un tribunal international.

2Dans son étude, Skordos ne se contente pas de réévaluer les étapes décisives de l'histoire du droit international public d'un point de vue historique, son travail se concentre avant tout sur le lien géographique avec l'Europe du Sud-Est. Située à première vue en marge du continent, fragmentée politiquement, culturellement et ethniquement et secouée par des guerres et des conflits, cette région a pourtant toujours été au centre de la politique européenne. La chute de l'Empire ottoman et de l'Empire austro-hongrois, la succession à peine visible des naissances et le déclin de nombreux États successeurs ont engendré des crises récurrentes qui dépassant largement la région et ayant, comme la Première Guerre mondiale, des conséquences globales. Skordos tente de repenser l'histoire d'une région que l’on considère condamnée au conflit. Il ne veut pas s'épuiser dans un "récit de catastrophe", mais voit au contraire la région comme un moteur de l'innovation en matière de droit international, chaque crise dans les Balkans ayant nécessité une solution politique et juridique. Même si la communauté internationale n'a jamais réussi à instaurer une paix durable et des conditions politiques stables dans la région, de nombreuses innovations juridiques ont vu le jour, comme le montre la convention de 1937 sur la création d'un tribunal pénal international, qui ont eu une influence non-négligeable sur le droit international à moyen et à long terme.

3Avec une grande facilité, Skordos livre un portrait d'époque d'une région rapidement dépassée par sa complexité, suivant les développements depuis la guerre d'indépendance grecque de 1821-1830 au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie au début des années 2000. Malgré l'ampleur et la complexité du sujet, l'auteur parvient à le structurer de manière claire et concise. Skordos ne se contente pas de donner un aperçu complet de la méthodologie, de l'historiographie et des sources qui révèle une fois de plus la pénétration théorique du sujet et le courage de l'auteur en matière d'interdisciplinarité. Il facilite aussi particulièrement l'étude de son ouvrage par de courtes introductions aux chapitres, aux priorités chronologiques et thématiques parfois très différentes, et par des bilans intermédiaires. Il fait ainsi preuve d'une connaissance impressionnante non seulement de la région, mais également des discours juridiques et historiques qu'il réunit sous une forme jusqu'ici peu pratiquée. En bref : une performance remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philipp Glahé, « Adamantios Theodor Skordos, Südosteuropa und das moderne Völkerrecht.  », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11861

Haut de page

Auteur

Philipp Glahé

Max Planck Institute for Comparative Public Law and International Law (Heidelberg)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search