Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2023Gerhard Fritz, Studien zum Dreißi...

2023

Gerhard Fritz, Studien zum Dreißigjährigen Krieg.

Claire Gantet
Référence(s) :

Gerhard Fritz, Studien zum Dreißigjährigen Krieg, Stuttgart : Kohlhammer, 2022 (Geschichte in Wissenschaft und Forschung), 207 S., ISBN 978-3-170420-45-8, 45€.

Gerhard Fritz, Studien zum Dreißigjährigen Krieg, Stuttgart : Kohlhammer, 2022 (Geschichte in Wissenschaft und Forschung), 207 S., ISBN 978-3-170420-45-8, 45€.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne

Index thématique :

Histoire militaire
Haut de page

Texte intégral

1Sous le titre très général d’Études sur la guerre de Trente ans, Gerhard Fritz rassemble des études d’histoire militaire et religieuse dans le Wurtemberg. Le propos est donc beaucoup plus limité que la synthèse annoncée. Le livre se divise en trois parties, la première étant consacrée à l’étude sociale de quelques régiments du Wurtemberg, la seconde aux expressions de critique religieuse toujours dans le Wurtemberg, enfin aux « interdits de pensée et de langage » aux XVIe et XVIIe siècles, en comparaison aux XXe et XXIe siècles. La diversité des questionnements manifeste l’absence de problématique. L’auteur a certes lu des ouvrages mais son érudition se limite aux textes rédigés en allemand et il ne parvient pas à s’y insérer. C’est donc une histoire locale déclinée dans divers pans (militaire, religieux, langagier) qu’il nous propose. La faiblesse du questionnement transparait dans le choix des sources étudiées. Plutôt que de définir une méthode, l’auteur a simplement pris comme critère le caractère plus ou moins lisible des documents.

2Le détail de l’analyse n’est toutefois pas sans intérêt. Dans le Wurtemberg, c’est toujours une milice qui oblige les paysans (ou certains d’entre eux) à former le noyau de l’armée en cas d’attaque du territoire, et non des mercenaires aguerris. On mesure le poids de son inefficacité et des discussions politiques pour réformer le système. On envoie un contingent à l’Union évangélique mais avec mission de s’attaquer uniquement aux territoires catholiques voisins – et on se précipite de le renvoyer vers le Wurtemberg lorsque l’on apprend que l’Union évangélique marche sur Prague (en prélude à la bataille de la Montagne blanche en 1620). En revanche, des attaques ponctuelles d’abbayes proches sont menées, non sans arrière-pensées de sécularisation. Peu à peu, on engage des mercenaires et on met fin à la milice. L’étude statistique de trois compagnies montre que les soldats sont pour un tiers issus de régions hors du Wurtemberg et qu’ils sont souvent expérimentés (à partir de 1624) ; en l’absence de grandes batailles sur place, le service semble attractif. S’il n’y a pas trace d’amples trousseaux tels que ceux brossés par Bertolt Brecht dans Mère Courage, les soldats sont parfois accompagnés de leur famille, et doivent, avec l’argent de la solde (quand elle arrive) acheter leurs provisions et leurs vêtements, y compris leurs chaussures.

3La deuxième partie évoque des révoltes paysannes locales face à la pression de la guerre et sonde l’ampleur des critiques politiques et plus encore religieuses. L’auteur rapporte les différentes attitudes face au pouvoir à un clivage net entre culture des élites et culture populaire, pourtant critiqué par la recherche depuis les années 1990. Des passages intéressants relatent des fidèles morts de faim et dans le refus de l’Eucharistie, voire de la parole de Dieu. On est en revanche plus sceptique sur la généralisation de l’« athéisme ». Gerhard Fritz indique lui-même le succès des « prophètes » qui annoncent une parole biblique, différente, certes, de celle de l’Église institutionnalisée.

4La dernière partie, consacrée aux interdits de parole et de pensée, n’a plus grand-chose d’historique. Faisant du XVIIIe siècle, qualifié de « siècle de la lumière’ « (sic, p. 164), un temps de libération intellectuelle, l’auteur compare les limites et censures religieuses des « XVIe et XVIIe siècles », sans précision ni différentiation, avec les périodes nazies en Allemagne et soviétique en Russie, et avec la sensibilité aux termes connotés (« Indiens », « islamo-gauchisme », etc.) parallèle à un recours accru à la violence de nos jours.

5Cet ouvrage convainc malheureusement peu au total. La méthode est floue et le lectorat insuffisant ; il y a trop de fautes de frappe et de répétitions, et même un peu de copié-collé, ainsi p. 49 et 57. La matière, parfois tout à fait intéressante, aurait gagnée à une publication sous forme d’articles scientifiques plutôt que dans un livre vite rédigé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Gerhard Fritz, Studien zum Dreißigjährigen Krieg. », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 19 janvier 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11964

Haut de page

Auteur

Claire Gantet

Université de Fribourg (Suisse)/Universität Freiburg (Schweiz)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search