Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2023Fabian Weber, Projektionen auf de...

2023

Fabian Weber, Projektionen auf den Zionismus.

Nichtjüdische Wahrnehmungen des Zionismus im Deutschen Reich 1897–1933.
Olivier Baisez
Référence(s) :

Fabian Weber, Projektionen auf den Zionismus. Nichtjüdische Wahrnehmungen des Zionismus im Deutschen Reich 1897–1933 (Religiöse Kulturen im Europa der Neuzeit. Band 018), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, 2020, 377 p., relié, ISBN: 978-3-525-37094-0.75€.

Fabian Weber, Projektionen auf den Zionismus. Nichtjüdische Wahrnehmungen des Zionismus im Deutschen Reich 1897–1933 (Religiöse Kulturen im Europa der Neuzeit. Band 018), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, 2020, 377 p., relié, ISBN: 978-3-525-37094-0.75€.
Haut de page

Texte intégral

1Le sionisme n’est pas seulement l’affaire des Juifs. On pourrait résumer ainsi le point de départ et la justification de la démarche choisie par Fabian Weber dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2019 à l’Université de Munich, et qui se donne pour objet la réception du sionisme dans des parties de l’opinion publique allemande entre 1897 (fondation du mouvement sioniste au congrès de Bâle) et 1933 (arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler et fin de la République de Weimar). L’auteur présente cette période comme celle de la réalisation du projet d’émancipation politique des Juifs et rappelle que le sionisme s’inscrit dans le cadre des tentatives de résolution de la « question juive », qui préoccupe des auteurs juifs aussi bien que non-juifs depuis les années 1840. Il s’attache à analyser la manière dont le sionisme est perçu en dehors d’une Öffentlichkeit juive. Il distingue dans ses sources deux manières principales de considérer le sionisme : soit comme un problème intérieur lié à la place des Juifs dans la société allemande, soit comme un problème extérieur lié à l’édification d’un État juif en Palestine, et pose la question des « images du Juif et du judaïsme » (Bilder des Jüdischen) à l’œuvre dans les perceptions du sionisme.

2Le livre se compose d’une assez longue introduction (p. 9-47) qui présente et défend la structure du développement en trois chapitres correspondant à trois champs distincts de l’opinion publique allemande. Le premier (p. 49-143) se concentre sur les débats autour de la politique coloniale. Le deuxième (p. 145-245) s’intéresse aux polémiques antisémites contre le sionisme. Le troisième, plus court (p. 247-310), examine le point de vue eschatologique des missionnaires protestants. Une brève ouverture (p. 311-314) fait office de conclusion et propose une analyse des projections de l’extrême-droite allemande d’aujourd’hui sur l’État d’Israël. Les conclusions de chapitres, qui en récapitulent efficacement le contenu, contrebalancent l’absence d’une conclusion générale. La bibliographie s’étend sur une cinquantaine de pages et contient des références en langue allemande et anglaise. Elle est suivie d’un index des noms de personnes.

3Le premier chapitre s’interroge sur les motivations de l’intérêt pour le projet sioniste dans le contexte du colonialisme et distingue trois phases dans le rapport au sionisme des agents de l’expansion impériale allemande : une première période de curiosité et d’intérêt jusqu’en 1914, une période d’élargissement du soutien au sionisme pendant la Première Guerre mondiale, et enfin un nouveau positionnement face au sionisme dans le cadre postcolonial de l’après-Versailles. F. Weber souligne que sionistes comme impérialistes allemands ont en partage une « mentalité de la mise en valeur » (p. 60) et montre comment se développe l’idée d’un sionisme utile aux objectifs de la Weltpolitik de l’empire wilhelmien, non seulement dans des publications d’auteurs comme Paul Rohrbach ou Friedrich Naumann, mais aussi parmi les diplomates. La question récurrente dans ce contexte est : de quelle puissance le sionisme sert-il les intérêts au Proche-Orient ? Les sionistes cherchent à obtenir un soutien officiel pour conforter la situation précaire des premières colonies juives en Palestine, conscients qu’ils sont d’être un enjeu dans la rivalité germano-britannique. L’argument de la convergence des intérêts allemands (puissance), ottomans (modernisation) et juifs (sécurité) dans la colonisation sioniste est mobilisé par Franz Carl Endres (non-juif) comme par Otto Warburg, le président de l’Organisation sioniste, et se fonde notamment sur la germanophonie de nombreux sionistes. Les autorités allemandes ne se déclarent officiellement favorables au sionisme et ne créent un service dédié aux « affaires juives » au sein du ministère des Affaires étrangères qu’en réaction à la déclaration Balfour du 2 novembre 1917. F. Weber indique que le champ étudié dans ce chapitre diffère des deux suivants dans la mesure où les Juifs y figurent non seulement en tant qu’objet de représentations ou surface de projection, mais aussi comme des interlocuteurs individuels, comme l’attestent les échanges avec des sionistes du groupe de pression Pro-Palästina-Komitee, qui rassemble des personnalités non-juives soutenant l’idéal d’une Palestine peuplée de Juifs rendus « normaux » par l’enracinement dans la terre ancestrale.

  • 1 Anita Shapira, Anti-Semitism and Zionism, Modern Judaism 15/3 (1995), p. 215-232.

4Cet idéal, s’il peut être jugé utile ou être instrumentalisé dans le cadre de l’impérialisme allemand, pose beaucoup plus de problèmes aux antisémites, dont F. Weber explique le tiraillement entre, d’un côté, le désir d’éloigner les Juifs et l’approbation de leur départ pour la Palestine, et, de l’autre, l’hostilité au sionisme comme nouvel avatar de la « question juive ». Il construit son analyse du rapport de l’antisémitisme au sionisme à la fois avec et contre l’historiographie et s’inscrit notamment dans la continuité d’Anita Shapira1. Comme dans le chapitre précédent, F. Weber fait une distinction chronologique entre l’antisémitisme marginal d’avant-guerre et l’antisémitisme consubstantiel au discours politique de la droite nationaliste sous la République de Weimar. Sous l’Empire – et surtout après la crise boursière de 1873 – se développe un « antisémitisme de lutte des classes et paysan » (p. 165), liant « question juive » et « question sociale » et postulant un rapport différent à l’argent et au travail chez les Juifs. Le fantasme d’expulsion des Juifs n’est pas corrélé à une approbation du projet sioniste : au contraire, des auteurs comme Theodor Fritsch ou Wilhelm Marr considèrent leur installation en Palestine comme un châtiment, puisque selon eux les Juifs ne peuvent qu’échouer à édifier une société productive ou un État véritable. F. Weber analyse en détail le cas particulier du sociologue Werner Sombart, le plus éloquent défenseur de l’équation entre judaïsme et capitalisme, à laquelle il confère une légitimité scientifique du fait de son statut, et qui représente une sorte d’antisémitisme philo-sioniste, affirmant que l’assimilation n’est ni possible, ni souhaitable, et la séparation nécessaire. D’autres antisémites de premier plan, comme Eugen Dühring, voient dans le projet sioniste une potentielle aggravation de la « question juive », et préparent en quelque sorte la transition vers le discours raciste et conspirationniste de l’après-guerre. On sait l’importance de la thèse du « complot juif » dans les explications cherchées à la défaite de 1918. Dans les années d’après-guerre, une organisation nationaliste et antisémite comme le Deutschvölkischer Schutz- und Trutzbund défend par exemple l’idée qu’il serait possible de limiter l’influence des Juifs dans le monde en les enfermant dans leur propre État. En même temps, l’hostilité au sionisme est très forte dans les milieux antisémites. La diffusion à partir de 1920 d’une version allemande des Protocoles des Sages de Sion, forgerie de la police secrète russe qui établit un lien entre le sionisme et un supposé complot juif mondial, y joue un grand rôle. Au même titre que la guerre, la défaite et les révolutions, le sionisme est alors perçu comme un élément du plan secret des Juifs pour asseoir leur domination sur le monde. Pour les auteurs qui élaborent un nouvel antisémitisme paranoïaque et apocalyptique (dont des nazis comme Hitler ou Alfred Rosenberg), les sionistes constituent la tête du complot juif et entendent utiliser la Palestine comme une base dans une lutte des races. Au total, dans ce chapitre, F. Weber s’efforce de prendre au sérieux les arguments des antisémites, tout en relevant le paradoxe qui veut qu’un peuple incapable ou une « race inférieure » domine le monde.

5Les missionnaires protestants dont traite le troisième chapitre (par exemple Carl Friedrich Heman ou Otto von Harling) sont eux aussi hostiles à l’assimilation des Juifs, puisque leur messianisme leur assigne une fonction en tant que « peuple d’Israël », bien distinct, dans l’histoire du Salut. Leur perception du sionisme, mouvement essentiellement politique et séculier, est teintée de méfiance et de désapprobation.

  • 2 Dana von Suffrin, Pflanzen für Palästina. Otto Warburg und die Naturwissenschaften im Jischuw, Tübi (...)
  • 3 Albrecht Spranger, Theodor Zlocisti. Die multiplen Zugehörigkeiten eines Zionisten, Berlin, Neofeli (...)
  • 4 Lisa Sophie Gebhard, Davis Trietsch – Der vergessene Visionär. Zionistische Zukunftsentwürfe zwisch (...)
  • 5 Stefan Voigt, Subalterne Positionierungen. Der deutsche Zionismus im Feld des Nationalismus in Deut (...)
  • 6 Olivier Baisez, Architectes de Sion. La conception par les sionistes allemands de la colonisation j (...)

6Le livre de F. Weber s’inscrit dans un renouveau récent des études sur le sionisme en Allemagne. On peut citer en particulier les travaux à caractère biographique de Dana von Suffrin (sur Otto Warburg)2, Albrecht Spranger (sur Theodor Zlocisti)3 et Lisa Sophie Gebhard (sur Davis Trietsch)4. La démarche de F. Weber, moins centrée sur un acteur singulier, s’apparente davantage à celle de Stefan Voigt5 sur les rapports entre sionisme et nationalisme allemand, voire à ma propre monographie6, et apporte une contribution utile, pour ainsi dire éclairée de l’extérieur, à l’histoire du sionisme, dans laquelle le contenu lui-même est moins neuf que l’angle d’approche.

Haut de page

Notes

1 Anita Shapira, Anti-Semitism and Zionism, Modern Judaism 15/3 (1995), p. 215-232.

2 Dana von Suffrin, Pflanzen für Palästina. Otto Warburg und die Naturwissenschaften im Jischuw, Tübingen, Mohr Siebeck, 2019.

3 Albrecht Spranger, Theodor Zlocisti. Die multiplen Zugehörigkeiten eines Zionisten, Berlin, Neofelis, 2020.

4 Lisa Sophie Gebhard, Davis Trietsch – Der vergessene Visionär. Zionistische Zukunftsentwürfe zwischen Deutschland, Palästina und den USA, Tübingen, Mohr Siebeck, 2022.

5 Stefan Voigt, Subalterne Positionierungen. Der deutsche Zionismus im Feld des Nationalismus in Deutschland, 1890-1933, Göttingen, Wallstein, 2016.

6 Olivier Baisez, Architectes de Sion. La conception par les sionistes allemands de la colonisation juive en Palestine (1896-1919), Paris, Hermann, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Baisez, « Fabian Weber, Projektionen auf den Zionismus.  », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 27 janvier 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/11979 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.11979

Haut de page

Auteur

Olivier Baisez

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search