Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2023Nicolai Hanning, Anette Schlimm, ...

2023

Nicolai Hanning, Anette Schlimm, Kim Wünschmann, Deutsche Filmgeschichten

Historische Portraits
Adrian Fix
Référence(s) :

Nicolai Hanning, Anette Schlimm, Kim Wünschmann, Deutsche Filmgeschichten. Historische Portraits, Göttingen : Wallstein, 2023, 288 p., 32 €.

Nicolai Hanning, Anette Schlimm, Kim Wünschmann, Deutsche Filmgeschichten. Historische Portraits, Göttingen : Wallstein, 2023, 288 p., 32 €.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Deutsche Filmgeschichten. Historische Portraits est un collectif paru en février 2023 aux éditions Wallstein (Göttingen), auquel l’on doit d’autres volumes. Sous la direction de Nicolai Hanning, Anette Schlimm et Kim Wünschmann, tous trois universitaires respectivement à Darmstadt, Münich et Hambourg, il rassemble presque quarante textes de divers auteurs internationaux, rédigés en allemand et en anglais. Chaque essai est consacré à un film allemand considéré comme historiquement marquant, l’ambition de l’ouvrage étant de proposer une anthologie de l’histoire du cinéma allemand au XXe siècle, sans prétendre ni à l’exhaustivité ni à l’exemplarité. Il ne s’agit pas de présenter des films historiques, ni des films qui ont fait l’histoire du cinéma, mais d’analyser des études de cas où un film est abordé en lien avec son contexte de production et de réception.

2L’introduction des trois co-directeurs énonce les intentions et l’organisation par ordre chronologique des 38 textes portant sur autant de films. Sous le titre Deutsche Filmgeschichte(n) im Portrait (Histoire(s) du cinéma allemand par le portrait), indique une volonté de proposer des entrées dans l’Histoire du cinéma, tel qu’impliqué dans une histoire plus large (politique, nationale, médiatique, technique, économique) et sans privilégier un registre : de grands succès populaires (Sissi, Good bye Lenin), largement diffusés à l’étranger, côtoient des films plus confidentiels dont la résonance est plus générationnelle et nationale. Film allemand, ou plutôt film en allemand, d’ailleurs, car ni l’ex-RDA ni l’Autriche ne sont oubliées dans ce volume, ce qui lui donne une intéressante pertinence dans le traitement des « mythologies allemandes » (Olympia, Mephisto). Le titre peut être compris comme une histoire des pays de langue allemande racontée à travers ses cinémas, à travers le cinéma qui a émergé de ces pays et de leurs événements déterminants (la résistance au nazisme avec La rose blanche, la séparation puis la réunification de l'Allemagne). L’introduction donne le ton des textes suivants, en proposant une analyse du film Affäre Blum d’Erich Engel (1948), récit policier reposant sur le suspense et la manipulation du spectateur, mais aussi film emblématique du cinéma est-allemand qui trois ans après la fin du conflit mondial et du nazisme relate le procès d’un juif injustement accusé. Reposant sur une analyse de sa réception très clivée par la presse spécialisée et de l’engouement du public est-allemand au moment de sa sortie, la démarche tend à faire de chaque film étudié un arrêt sur image d’un moment d’histoire. Les contextes de production et de réception, les battages médiatiques organisés par des partis politiques ou à l’inverse la relative confidentialité d’un film sont saisis comme autant d’entrées dans des moments d’histoire.

3L’organisation en un feuilletage chronologique de textes, chacun d’un auteur différent, et proposant chacun une perspective et un regard sur un moment d’histoire, à travers l’examen d’un film autorise une circulation choisie dans le volume : chaque texte peut se lire pour lui-même sans nécessiter d’avoir lu l’ensemble. En outre, s’il y a là une anthologie suivant un ordre chronologique selon une perspective historique linéaire traditionnelle, celle d’une frise, le contenu des différents textes reflète néanmoins différentes approches plus variées et originales. Certains font le choix de commenter un film méconnu, comme Paul Betts avec Solo Sunny, film de Wolfgang Kohlhaase et Konrad Wolf (1980) et ayant connu un grand succès mais depuis oublié. Le film donne un aperçu du cinéma produit en RDA et explore l’angoisse de la perte de l’identité nationale et son renouveau propre aux années 1980 à la fin de la Guerre Froide, en mettant en perspective les luttes politiques est-allemandes avec celles menées ailleurs en Europe et dans le monde. À sa sortie, le film se détachait de l’imaginaire habituel et de la facture du réalisme socialiste est-allemand pour explorer des thèmes inattendus (féminisme, quête de sens, subjectivité individuelle, rapports de force au sein du couple).

4Sur un sujet beaucoup plus exploité, Olaf Stieglitz sur le film Olympia de Leni Riefenstahl (1936), annonce le parti-pris d’explorer une dimension nouvelle d’un film sur lequel tout semble avoir été dit : la place qu’il occupe dans la filmographie de Leni Riefenstahl, son contexte de production et sa réception en tant qu’icône du cinéma de propagande). Son texte s’intéresse aux passages du film ne correspondant pas au modèle de représentation établi et recherché par le régime nazi. On y découvre un autre film dans le film : les séquences d'équitation, d’une durée inhabituellement longue de près de dix minutes, voient le ton changer brutalement après quelques images, délaissant les fanfares triomphantes pour adopter un ton beaucoup plus dramatique et grave, ponctué par de nombreuses chutes de chevaux et de cavaliers. La scène montre la lutte des cavaliers et des chevaux, la difficulté d’une épreuve, et l’échec des candidats éliminés plutôt que le triomphe et la réussite des athlètes. Cette mise en perspective des scènes sportives avec l’entraînement militaire (les cavaliers sont en uniforme de parade) décrit une opposition entre le caractère incontrôlable des animaux et la tentative vaine de démonstration de perfection et de maîtrise des humains. L’auteur indique par ailleurs que cette séquence montre que le film se rattache à des habitudes visuelles du public, loin des prises de vue innovantes saluées pour leur originalité et compare leur apparence à du slapstick (mise en scène humoristique et jubilatoire de la violence). Regards de biais, pas de côté accompagnent cette « histoire » qui avoue sans ambages des choix, des manques, des partis-pris.

5De fait, plusieurs auteurs adoptent un ton personnel pour évoquer le film, et mentionnent parfois le moment de leur vie où ils l’ont découvert, le mettant en relation avec le contexte historique, liant ainsi histoire et conscience de l’histoire. Le ton se fait parfois informel et les auteurs ont recours à l’anecdote. D’autres évoquent de façon plus pragmatique les conditions de production et de réception institutionnelle (les nombreux prix décernés au Ruban blanc de Michael Haneke) ou populaire (le nombre d’entrées de Good Bye Lenin, film allemand le plus vu en dehors d’Allemagne) du film. Dans son commentaire de l’adaptation en 1981 par István Szabó du roman Mephisto de Klaus Mann paru en 1936, Nicholas Stargardt met en perspective l’émergence du nazisme sous la République de Weimar dans les années 1930 et le contexte de la fin de la guerre froide et la puissance déclinante de la RDA. L’attitude opportuniste de son personnage principal, Hendrik Höfgen, un acteur de théâtre ambitieux, décrit la difficulté et le compromis auquel sont contraints les artistes pour continuer à exercer et à créer sous des régimes totalitaires. Dans son analyse de Das weiße Band de Michael Haneke(2009), Theresia Bauer s’interroge quant à elle sur les facteurs historiques ou historiographiques décelables dans l’art lors de la montée du nazisme en Allemagne. Son article adopte une perspective sociologique et prend le film et ses archétypes sociaux d’un petit village rural (avec sa distribution de portraits tels curé, médecin, sage-femme, instituteur, petit propriétaire terrien, baronne) comme exemples pour examiner comment le comportement humain, les relations sociales, l’éducation très stricte des enfants ont été des facteurs pour l’émergence et l’affirmation du fascisme en Allemagne. Elle opère une analyse de la généalogie de la violence et de l’autorité dans les espaces de socialisation comme l’église et l’école, donnant lieu à la punition et à l’humiliation publique, terreau et outils d’une domination à plus grande échelle.

6L’article de Norbert Finzsch sur Metropolis de Fritz Lang adopte également un angle original, et ne considère ni le récit ni la mise en scène du film, mais sa mise en musique et les variations qu’elle a connues, différents compositeurs s’étant succédés pour proposer une piste d’accompagnement au film. Évoquant la « recontextualisation sans fin » qu’engage la mise en musique d’un film, l’auteur inscrit le film dans une histoire de la musique en Allemagne au XXe siècle, de la musique orchestrale du début du siècle jusqu’à la musique électronique qui apparaît dans son dernier tiers. Notant que le cinéma muet se prête à une réorchestration, il fait mention de l’importance particulière de la correspondance synesthésique entre son et image dans le cas du muet. Finzsch commente également l’accueil parfois mitigé de certaines propositions et s’interroge sur la capacité de ces réorchestrations à capter un public plus jeune.

7Le lecteur en quête d’une histoire du cinéma allemand n’y trouvera pas toutes les dates, tous les films ni même tous les réalisateurs attendus. Mais l’approche par portraits doit son plaisir de lecture à sa subjectivité, son engagement, la qualité mêlée des anecdotes, des émotions, des souvenirs et des analyses. La quarantaine de textes du volume propose autant d’expériences filmiques, de films brillamment mis en perspective avec un moment de l’Histoire allemande, de regards en arrière et de films à voir ou revoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrian Fix, « Nicolai Hanning, Anette Schlimm, Kim Wünschmann, Deutsche Filmgeschichten », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 09 octobre 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/12883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.12883

Haut de page

Auteur

Adrian Fix

King’s College, Londres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search