Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2023Christian Landrock, Nach dem Kriege

2023

Christian Landrock, Nach dem Kriege

Die Nachkriegszeit des Dreißigjährigen Krieges am Beispiel der kursächsischen Stadt Zwickau, 1645–1670
Claire Gantet
Référence(s) :

Christian Landrock, Nach dem Kriege. Die Nachkriegszeit des Dreißigjährigen Krieges am Beispiel der kursächsischen Stadt Zwickau, 1645–1670, Leipzig : Leipziger Universitätsverlag (Schriften zur sächsischen Geschichte und Volkskunde, 69), 2022, 375 p., 55,- €

Christian Landrock, Nach dem Kriege. Die Nachkriegszeit des Dreißigjährigen Krieges am Beispiel der kursächsischen Stadt Zwickau, 1645–1670, Leipzig : Leipziger Universitätsverlag (Schriften zur sächsischen Geschichte und Volkskunde, 69), 2022, 375 p., 55,- €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

époque modern
Haut de page

Texte intégral

1La guerre de Trente Ans a fait l’objet d’un flot de publications pour en 2018, en l’honneur des 400 ans du début de la guerre en 1618. Les publications dominantes étant rédigées par des historiens confirmés, voire à la retraite, elles ont déroulé un récit déjà bien connu des événements confessionnels et politiques concentré sur la première moitié du conflit jusque vers 1635, mieux connu. On ne peut donc que se réjouir de la publication d’une recherche fraîche, d’une thèse consacrée à l’« après-guerre » dans la ville de Zwickau, située en Saxe électorale. L’auteur justifie ce choix par sa banalité. Cette ville de taille moyenne (ca. 5300 habitants) a été ravagée par la guerre à partir du premier siège en 1631 : en l’espace de dix ans, de 1631 à 1641, elle est assiégée huit fois par des partis différents et cinq fois occupée. Jusqu’à la fin des combats, elle perd la moitié de sa population ; nombre de ses bâtiments sont inhabités ou démolis, et l’économie, en particulier l’artisanat textile, est ruiné.

2Pour traiter de la reconversion des habitants et de la ville de Zwickau après la guerre de Trente Ans, l’auteur adopte l’expression de « l’après-guerre », qui fait immédiatement écho au contexte du XXe siècle. Ce choix sémantique n’est guère justifié. Pourquoi ne pas parler de « reconversion » ou de « pacification » comme le font les études existantes, dont l’auteur ne connait que celles rédigées en langue allemande ? Ce choix le mène à remettre en cause, à juste titre, la césure de la signature des traités de Westphalie le 24 octobre 1648. La fin de la guerre est peu claire pour les habitants, et s’étend entre l’armistice de Kötzschenbroda (6 septembre 1645) et les années 1660, voire 1670.

3L’essentiel du travail de l’auteur est consacré à la reconversion économique et à l’appel à l’immigration. Malgré un début prometteur, l’économie n’est pas revivifiée. L’administration de la ville est en effet liée à la politique, en particulier fiscale, de la principauté électorale qui exige des impôts élevés pour entretenir la cour de Dresde. Les contre-mesures de la ville restant sans effet, le capital manque à Zwickau. L’attractivité de la ville restant peu élevée, l’immigration vers la ville est modeste (hormis en 1649-1650) ; seuls 27 immigrés originaires de Bohême, d’horizons sociaux divers, peuvent être décomptés, le reste des migrations ayant lieu avec l’arrière-pays comme avant la guerre. L’auteur identifie 76 vétérans qui trouvent à se réinsérer sans problème lorsqu’ils disposaient d’une instruction ou d’une formation préalable ; encore leur hétérogénéité ne permet-elle pas de brosser un profil global de ces « orphelins de Mars », comme l’auteur les nomme. Dans un chapitre très narratif, l’auteur tente de cerner les « conséquences psychiques de la guerre ». L’incendie du clocher de l’église en 1650 est perçu (ou plutôt stylisé) dans la plus pure tradition comme une « punition divine » ; la chronique du clerc et membre du conseil Tobias Schmidt, préfère glorifier la beauté de la ville et vanter son importance dans l’électorat de Saxe, que d’en décrire le déclin économique et démographique.

4Appuyée sur de nombreux documents archivistiques de première main, cet ouvrage livre une étude approfondie d’un cas « banal » des difficultés de la reconversion après trente années de guerre. Si l’étude des répercussions psychiques ne se satisfait que de généralités superficielles, le reste de l’enquête offre des renseignements précis. On regrettera la méconnaissance par l’auteur de l’historiographie internationale sur le sujet (notamment Claire Gantet, La Paix de Westphalie, 2001, et Peter H. Wilson, War, State and Society in Württemberg, 2009) qui aurait pu permettre des comparaisons intéressantes : l’historiographie de la guerre de Trente Ans ne s’internationalise que lentement. L’auteur aurait enfin pu mieux justifier le choix du terme d’« après-guerre ». S’agit-il d’un véritable concept heuristique, ou d’une manœuvre de l’éditeur pour faire vendre le livre ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Christian Landrock, Nach dem Kriege », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 19 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13131 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13131

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search