Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2023Rainer Loose, Gustav Schübler (17...

2023

Rainer Loose, Gustav Schübler (1787–1834)

Professor für Naturgeschichte und Botanik in Tübingen
Léna Pican
Référence(s) :

Rainer Loose, Gustav Schübler (1787–1834)-Professor für Naturgeschichte und Botanik in Tübingen, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2022.

Rainer Loose, Gustav Schübler (1787–1834)-Professor für Naturgeschichte und Botanik in Tübingen, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2022.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne

Index thématique :

Histoire des idées
Haut de page

Texte intégral

1Via l’étude de nombreuses sources et leur insertion dans le contexte intellectuel allemand du début du XIXe siècle, R. Loose propose dans cet ouvrage un portait circonstancié du naturaliste Gustav Schübler (1787-1834). Comme souligné dans l’introduction (pp. 13-16), l’activité académique de Schübler correspond à une période de mutations qui, après les guerres napoléoniennes, voit le retour de la paix et en conséquence un soutien croissant des sciences naturelles par les États (financements de nouvelles chaires, constructions de jardins botaniques ou enrichissements de collections déjà existantes) en vue de la mise en valeur de leurs territoires.

2A travers les 16 chapitres qui composent l’ouvrage, Loose procède à un développement chronologique et thématique. Les six premiers chapitres sont dédiés aux origines familiales de Schübler (pp. 17-19), à sa formation au sein de la faculté de médecine de Tübingen (pp. 20-23) à sa courte période d’exercice en tant que médecin à Stuttgart (pp. 24-25), à sa nomination au poste d’enseignant d’histoire naturelle au sein de l’Institut agricole d’Hofwyl en 1812 (pp. 26-31) et à ses voyages dans les Alpes puis à Genève (pp. 32-33). Ces pages offrent un aperçu des cours que Schübler a suivis à Tübingen, de l’évolution de son intérêt pour l’électricité (sa thèse s’intéressait à l’influence de l’électricité sur le sang et la respiration) et des savants avec lesquels Schübler a lié pendant son parcours.

3A partir du 7e chapitre, Loose s’attache aux activités de Schübler à Tübingen où il est nommé professeur titulaire d’histoire naturelle et de botanique en 1817 puis recteur en 1824. L’auteur procède alors à un découpage thématique par discipline afin de décrire l’activité académique du savant : géologie (pp. 63-95), botanique (pp. 96-104), météorologie (pp. 105-123), chimie agricole (pp. 124-129). Ces pages mettent en lumière l’étendue des domaines d’expertise de Schübler en indiquant ses publications mais surtout en s’attachant aux pratiques concrètes qui les ont rendues possibles. On pense par exemple aux difficultés d’harmonisation et au manque de précision des mesures de la pression atmosphérique issues des baromètres (pp. 63-64). Par ailleurs, Loose est toujours très soucieux de penser l’ancrage et l’application des connaissances qu’il expose. Qu’il s’agisse de la géologie, de la météorologie ou de la chimie, les recherches et apports de Schübler ont une incidence directe sur la mise en valeur du royaume de Wurtemberg, par exemple en permettant la création de cartes topographiques, la recherche d’eau potable ou en optimisant l’agriculture. C’est dans cette perspective que le livre s’interroge sur l’oubli dans lequel est tombé Schübler, alors même que les pages conclusives dédiées aux nécrologies et aux hommages montrent que le savant était une figure reconnue par ses contemporains (pp. 152-155).

4Dans cette présentation chrono-thématique, Loose accentue deux éléments. D’abord, celui-ci est très attentif aux obstacles rencontrés par Schübler dans le monde académique. Tout en occupant une position institutionnelle inégalée dans la faculté de médecine de Tübingen, celui-ci est souvent obligé de négocier avec ses collègues. Les quelques pages que Looser dédie au jardin botanique de Tübingen (présidé par Schübler) sont à ce titre passionnantes (pp. 52-62). Les règles qui définissent l’usage de ce jardin sont à l’origine de nombreuses oppositions. Celles-ci soulignent l’isolement de Schübler au sein de la faculté et mettent en lumière la relativité de son pouvoir académique. S’il peut au sein de l’université prétendre à l’usage exclusif du jardin botanique comme premier professeur titulaire (et donc rejeter les demandes de ses collègues désirant mettre en pratique leurs cours de botanique), il est rappelé à l’ordre par l’autorité royale qui permet à tous les enseignants d’en disposer. Ensuite, Loose accorde une grande attention aux sociabilités et à la manière dont elles rendent poreuses les frontières de l’Empire. Cela est notamment visible au chapitre 13 dédié aux sociétés académiques (pp. 133-151). Schubler est pleinement intégré aux sociétés scientifiques tels que la Société pharmaceutique de St. Petersburg ou la Royal Society of Medicine de Londres. Pour autant, ces sociabilités ne sont pas décrites dans le but de relier Schübler aux grands naturalistes de l’époque, comme Alexander von Humboldt, mais en vue de lui faire une place dans le paysage intellectuel européen.

5Pour finir, l’ouvrage est très bien sourcé et illustré. Les cartes citées dans le cœur du développement sont restituées en couleurs et deux annexes figurent dans les dernières pages du livre. La première est une liste des publications du savant, de ses recensions, commentaires d’autres ouvrages ou thèses qu’il a encadrées. La seconde se compose de plusieurs lettres. Enfin, un index permet de circuler facilement dans cet ouvrage d’une grande érudition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léna Pican, « Rainer Loose, Gustav Schübler (1787–1834) », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13171

Haut de page

Auteur

Léna Pican

EHESS, Centre Alexandre Koyré

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search