Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Maya Zellweger, Die «Seel des Com...

2024

Maya Zellweger, Die «Seel des Commercii» der «Fetzen Krämer» Zellweger von Trogen

Textilfernhandel aus Appenzell Ausserrhoden nach Lyon und Genua, 1670 bis 1820
Filippo Contarini
Référence(s) :

MAYA ZELLWEGER, Die “Seel des Commercii” der “Fetzen Krämer” Zellweger von Trogen. Textilfernhandel aus Appenzell Ausserrhoden nach Lyon und Genua, 1670 bis 1820, Diss. Zurich, Schwabe, Bâle 2023, 537 pp.

Maya Zellweger, Die “Seel des Commercii” der “Fetzen Krämer” Zellweger von Trogen. Textilfernhandel aus Appenzell Ausserrhoden nach Lyon und Genua, 1670 bis 1820, Diss. Zurich, Schwabe, Bâle 2022, 540 pp.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1L’étude de micro-histoire économique nous plonge dans la correspondance de commerce d’une famille suisse de la fin du XVIIe au début du XIXe siècle : les Zellweger [ZW] de Trogen, Canton Appenzell Rhodes-Extérieures. Le corpus principal de données est constitué de 15 Briefkopiebücher (les copies de toutes les lettres envoyées de Trogen par les sociétés des ZW) pour les périodes 1747-1780 et 1800-1822, de 500 à 1200 pages chacun, que l’autrice parcourt avec habileté et maîtrise.

2Dans les lettres, on relève le réseau productif, l’assortiment des marchandises, les produits utilisés et les exigences des marchands. Elle montre que les ZW ne font pas de distinction entre vie professionnelle et vie privée (p. 57, 77, 297, 479) et évitent les conflits en se remettant directement aux arbitres (p. 174). L’étude réfute le « syndrome de Buddenbrock » (p. 90) ; révèle l’espionnage ‘industriel’ (p. 404) ; donne à voir des interactions commerciales oubliées (p. 296, 387) et des transmissions transnationales de compétences (p. 247). De même, sont identifiés divers contrats de travail de première importance pour les historiens du droit (p. 99 et l’index final).

3La saga familiale commence par la construction d’un réseau commercial fondé sur l’exportation de toiles de lin local, puis également étranger (de Bavière, Bohême, Silésie). Les ZW ne disposent pas d’un grand entrepôt à Trogen, mais se procurent toutes les marchandises en fonction de la commande hebdomadaire de Lyon. Les marchandises de l’Appenzell se dirigent vers le marché colonial atlantique, en passant par la foire française de Beaucaire (p. 271). En l’absence de sources de la filiale de Lyon, on ignore l’origine du capital des acheteurs. Les revenus sont envoyés chaque semaine au moyen d’une lettre de change à Trogen, qui est toujours tirée sur Amsterdam (p. 323). De Trogen, elle est envoyée à Augsbourg, ou le banquier de famille – qui informe les ZW tous les trois jours (p. 169) sur les taux de change et les agios (p. 326) – encaisse les sommes et leur envoie les pièces.

  • 1 O. Le Gouic, Lyon et la mer au XVIIIe siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial, Presses (...)
  • 2 G. Forster, Les Suisses et la traite négrière. État des lieux et mises en perspective, dans : Les p (...)

4Les années 1760 sont l’âge d’or des ZW (p. 171). Il n’est pas clair dans quelle mesure l’importante relation d’affaires avec J.R. Wetter d’Herisau (Appenzell Rhodes-Extérieures) l’influence. Au milieu du XVIIIe siècle sa manufacture (500 ouvriers) imprime toiles de coton blanches, dans cette période généralement en provenance de l’Inde.1 Les sources n’indiquent pas quelles sont les affaires auxquelles le ZW participent (p. 397). On sait néanmoins que les « indiennes » sont souvent utilisé comme monnaie d’achat pour les esclaves sur la côte africaine. Il n’est donc pas étonnant qu’en 1760 Wetter s’allie à la famille de négriers bordelais Nairac.2 L’autrice ne mentionne ce mariage (cfr. p. 140).

5Les ZW à leur tour sont alliés au frère de J.R. Wetter déjà de 1754. Leur relation est étroite. À Lyon J.R. Wetter leur donne en dépôt beaucoup de marchandise comme garantie pour leur engagement dans ses affaires (p. 183). En 1768, année de sa faillite, les ZW, qui commercent déjà des articles en coton en Suisse, ouvrent une filiale à Gênes pour importer en Suisse le coton d’Amérique du Sud (produit par l’emploi d’esclaves) et de l’Empire Ottoman. En Suisse, ils le délivrent à des dizaines de tisseurs (p. 286 ss.) et organisent un vaste réseau de teinturiers et imprimeurs. Ils complètent ainsi le marché du lin, dont le prix s’effondre après la Guerre de sept ans. Mais bientôt, en 1785 ils doivent faire face à l’ostracisme de la France à l’égard des importations de coton (p. 300).

6Entre 1790 et 1800 leurs affaires sur la filiale de Gênes augmentent de façon significative (p. 426). C’est Napoléon et la révolution industrielle qui mettent fin à ces dynamiques. Les ZW se réorientent alors vers la production mécanique de tissus de coton, importé d’autres marchands. La saga se termine avec l’implosion des activités familiales vers 1820.

7Les sources ne disent pas si les ZW ont participé au marché des esclaves. Ce qui est clair en lisant l’étude est que les ZW ne réalisent pas une plus-value seulement grâce à la capacité de donner forme à leurs réseaux commerciaux (comme le propose l’autrice). Ils activent également des structures économiques très particulières car autoréférentielles, comme le marché des changes et un système esclavagiste qui atteint le comble du paradoxe en obligeant les esclaves à cultiver le coton pour permettre aux Européens d’acheter davantage d’esclaves.

Haut de page

Notes

1 O. Le Gouic, Lyon et la mer au XVIIIe siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial, Presses universitaires de Rennes, Rennes 2011.

2 G. Forster, Les Suisses et la traite négrière. État des lieux et mises en perspective, dans : Les ports et la traite négrière. France, Les Anneaux de la Mémoire de Nantes 11 (2007), pp. 195-213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filippo Contarini, « Maya Zellweger, Die «Seel des Commercii» der «Fetzen Krämer» Zellweger von Trogen », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 09 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13214

Haut de page

Auteur

Filippo Contarini

PostDoc du Fonds national suisse de la recherche (FNS)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search