Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Ernst Hanisch, Unwirtliche Zeiten

2024

Ernst Hanisch, Unwirtliche Zeiten

Salzburg nach dem Zeiten Weltkrieg 1945-1947
Marie-Bénédicte Vincent
Référence(s) :

Ernst Hanisch, Unwirtliche Zeiten. Salzburg nach dem Zeiten Weltkrieg 1945-1947, Vienne/Cologne, Böhlau, 2023, 248 p.

Ernst Hanisch, Unwirtliche Zeiten. Salzburg nach dem Zeiten Weltkrieg 1945-1947, Vienne/Cologne, Böhlau, 2023, 248 p.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Cette synthèse très informée sur l’immédiat-après Seconde Guerre mondiale à Salzburg (ville et Land) est rédigée par un spécialiste de l’histoire du nazisme et de la dénazification en Autriche, auteur de plusieurs articles déjà publiés sur ces sujets : Ernst Hanisch, professeur émérite de l’Université de Salzburg, connaît de toute évidence bien son sujet par sa biographie (il est né en 1940 et a connu l’après-guerre en Autriche) et surtout comme historien. Il s’appuie en effet sur des documents d’archives nombreux (archives de la ville, archives du Land et archives de l’occupation américaine numérisées).

2L’ouvrage traite principalement des années 1945-1947 et suit un plan thématique permettant de dresser un tableau assez complet avec sept chapitres de tailles très inégales portant respectivement sur les rapports de forces politiques dans le Land en 1945 (notamment la faible audience des communistes comparativement au reste de l’Autriche), l’occupation américaine et l’action du gouvernement militaire, la renaissance d’une vie politique autrichienne et la mise en place du gouvernement du Land (d’abord nommé) et l’élection du premier Landtag (25 novembre 1945), les énormes problèmes sociaux et économiques (la misère règne, la population souffre des pénuries de biens alimentaires, de charbon, de logements, d’habits, etc.), l’afflux considérable des réfugiés et personnes déplacées en transit, qui vont jusqu’à dépasser dans la ville de Salzbourg le nombre des autochtones (environ 91 000 habitants en 1946), et enfin la renaissance précoce d’une vie culturelle, depuis la reprise du célèbre festival dès août 1945 par volontarisme (retrouver une « normalité » après la guerre) et ce malgré les immenses difficultés du moment (beaucoup d’artistes sont en cours de dénazification ou en exil) jusqu’aux pratiques culturelles populaires comme le sport, qui fait l’objet d’une loi du Land en 1947. Des photos en noir et blanc (dont beaucoup ne sont pas datées) illustrent le propos.

3Les atouts de cet ouvrage sont liés au genre de la monographie à l’échelle fine dans lequel il s’inscrit : proximité avec le terrain et les acteurs induite par les sources locales, nombreuses données empiriques et exemples concrets, facilité de lecture du fait du découpage clair du livre (même si se dégage un effet-tableau peu original). Les difficultés ne sont pas esquivées : ainsi les sources américaines étant difficiles à exploiter, le chapitre sur le gouvernement militaire est présenté comme à compléter par de futures recherches. De même les statistiques sur la société sont à prendre avec prudence pour l’immédiat-après-guerre car le premier recensement officiel en Autriche date de 1951.

4Le livre restitue bien les représentations de l’époque, notamment la peur de l’URSS (qui fait ressentir l’occupation américaine sévère dans les premiers temps comme un moindre mal) et l’image des « Amis », qui apportent notamment pour les jeunes « un nouveau monde » (ce qui n’empêche pas des critiques envers le comportement des soldats en garnison : alcoolisme, prostitution, etc.). Ressortent bien aussi la domination des problèmes économiques au quotidien et le « problème principal » pour la population que constitue la présence d’autant d’étrangers dans le Land. L’auteur note ici le désintéressement de l’Eglise catholique pour les DP’s juifs à l’inverse des Volksdeutsche. L’antisémitisme populaire reste fort : selon un sondage américain de mars 1948, un tiers de la population n’est pas prête à travailler avec des Juifs. Hanisch insiste sur le rôle politique joué par l’archevêque catholique Andreas Rohracher comme interlocuteur des Américains et la proximité de celui-ci avec le nouveau parti des chrétiens sociaux (ÖVP), qui détient la majorité absolue au Landtag de Salzburg à partir des élections de novembre 1945 pour lesquelles les femmes représentaient plus de 60 % des électeurs (ce qui n’empêche pas la constitution d’un gouvernement de coalition avec le SPD, le second grand parti). La nécessaire réintégration à court terme des ex-nazis (un quart de la population en incluant les familles) est expliquée. On est étonné de voir que dans les camps d’internement comme celui de Marcus W. Orr (Glasenbach) aucun programme de rééducation n’ait été mis en place par les Américains. Ceux-ci n’hésitent pas à employer d’anciens SS comme Wilhelm Höttl et Hermann Höfle dans leur service de renseignements du fait de leurs connaissances précieuses sur l’Europe centrale. Le champion de ski Bubi Bradl, qui fut interné par les Américains, est néanmoins interdit de participation aux JO de Saint-Moritz en 1948.

5Les bémols que l’on peut évoquer sont les suivants : la césure revendiquée en introduction de 1947 n’apparaît finalement pas si claire à la lecture et de nombreux chapitres la franchissent, ne serait-ce que pour la dénazification où la loi de reclassement des ex-nazis en deux catégories (« compromis » et « peu compromis ») date de 1948. Un autre regret est le manque de comparaison avec les autres zones occidentales, ne serait-ce que la zone britannique en Carinthie et Styrie (la zone française du Tyrol et du Vorarlberg est montagneuse et moins peuplée). Il manque enfin de substantielles introduction et conclusion qui mettraient en perspective historiographique ce travail : l’auteur se présente comme un des initiateurs de la transformation de l’ancienne Landesgeschichte en Regionalgeschichte intégrée dans une histoire de la société très large (Gesellschaftsgeschichte) qui inclut le politique, l’économique et le culturel sur le modèle de Hans-Ulrich Wehler. Comment aujourd’hui ce type d’histoire est-il renouvelé par les perspectives transnationales ? Il est dommage aussi de ne pas avoir évoqué la mémoire de cette période de l’occupation alliée en Autriche, d’autant que l’ouvrage s’ouvre avec la constatation que le 8 mai 1945 n’apparaît pas dans les sources consultées comme un jour de joie et de libération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Bénédicte Vincent, « Ernst Hanisch, Unwirtliche Zeiten », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13243

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search