Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Julia Schneidawind, Schicksale un...

2024

Julia Schneidawind, Schicksale und ihre Bücher

Deutsch-jüdische Privatbibliotheken zwischen Jerusalem, Tunis und Los Angeles
Norbert Waszek
Référence(s) :

Julia Schneidawind, Schicksale und ihre Bücher. Deutsch-jüdische Privatbibliotheken zwischen Jerusalem, Tunis und Los Angeles, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2023 [Jüdische Religion, Geschichte und Kultur; vol. 34]. 308 pages. ISBN: 978-3-525-50031-6. € 49,00.

Julia Schneidawind, Schicksale und ihre Bücher. Deutsch-jüdische Privatbibliotheken zwischen Jerusalem, Tunis und Los Angeles, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2023 [Jüdische Religion, Geschichte und Kultur; vol. 34]. 308 pages. ISBN: 978-3-525-50031-6. € 49,00.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre est la version remaniée d’une thèse, dirigée par Michael Brenner à l’Université Ludwig-Maximilian de Munich et soutenue en Juillet 2023. L’Académie Moses Mendelssohn de Halberstadt a récemment décerné le prix Eduard Duckesz pour 2023 à cette thèse. Le livre sort maintenant, richement illustré, dans une prestigieuse collection chez Vandenhoeck & Ruprecht.

2Une bibliothèque privée est à la fois quelque chose d’intime – quand quelqu’un montre ce qu’il lit ou a lu, il dévoile en quelque sorte des traits de sa personnalité – mais aussi un fait sociologique qui suscite des questions autour de types idéaux (la bibliothèque d’un savant, d’un collectionneur, etc.). La recherche philosophique, par exemple, s’intéressa depuis longtemps aux bibliothèques des grands philosophes (Kant, Hegel) pour connaître leurs sources et inspirations. Mais que se passe-t-il si l’intimité de telles bibliothèques est forcée, comme à partir de 1933 par les Nazis ? Certains des victimes de telles intrusions ont réussi à sauver une partie de leurs bibliothèques eux-mêmes, mais dans la plupart des cas le destin de leurs livres fut plus compliqué.

  • 1 Schneidawind s’appuie sur Arjun Appadurai et Giorgio Riello – A. Appadurai, The social life of thin (...)

3Après une introduction très réussie (p. 11-25), qui explique les buts et la structure de l’étude et se positionne méthodologiquement dans le champ du « tournant matériel » (material turn)1, l’étude de Julia Schneidawind retrace en cinq chapitres les destins des bibliothèques privées de cinq juifs « allemands » (au sens large du terme : ils écrivaient en allemand) : Franz Rosenzweig (1886-1929), Lion Feuchtwanger (1884-1958), Stefan Zweig (1881-1942), Karl Wolfskehl (1869-1948) et Jakob Wassermann (1873-1934). Le choix de ces auteurs est expliqué par (a) la possibilité de reconstruire le trajet de leurs bibliothèques ; (b) la diversité des lieux actuels de leur préservation (Israël, Tunisie, USA, Brésil, Allemagne) ; (c) la période de leur activité : entre fin-de-siècle et la fin de la République de Weimar.

4Avant d’examiner les cinq cas, il faut souligner que Julia Schneidawind a suivi le destin des bibliothèques avec une grande persévérance en examinant non pas seulement une quantité de littérature secondaire, mais aussi de nombreuses archives, et, enfin, les fonds des bibliothèques qui accueillent les livres actuellement. En somme, un véritable travail de détective.

  • 2 Rosenzweigs Bibliothek: Der Katalog des Jahres 1939 mit einem Bericht über den derzeitigen Zustand (...)

5Le chapitre sur la bibliothèque de Rosenzweig (p. 27-73) montre les nombreuses qualités de l’étude de façon exemplaire. Rosenzweig décéda le 10 décembre 1929, il n'avait pas encore atteint 43 ans, mais sa bibliothèque comptait déjà plus de 3.000 volumes. Rosenzweig avait destiné sa bibliothèque à son unique enfant, Rafaël Nehemia (1922-2001). Après la ‘nuit de cristal’ (les 9 et 10 novembre 1938) la veuve de Rosenzweig, Edith, née Hahn (1895-1979), a permis à son fils, toujours mineur, de partir en Palestine dans le cadre de l’alya des jeunes. Elle-même ne quitta l'Allemagne pour la Palestine qu'à la dernière minute, en 1939. Dans l’intervalle, elle s’occupa de faire sortir la bibliothèque. Pour obtenir l'autorisation, les instances nazies avaient exigé que leur soit fournie une liste alphabétique détaillée des ouvrages (avec nom d'auteur, titre, maison d'édition, année, etc.). Un exemplaire de cette liste, plusieurs fois marquée d'un tampon de l'époque nazie, a été conservé dans la famille Rosenzweig et fut récemment édité.2 Ainsi, ce qui avait sans doute été conçu comme chicane se transforma en une faveur : la mesure nazie nous permet de savoir quels livres Rosenzweig possédait. Mais la bibliothèque elle-même, qui avait bien quitté l’Allemagne, n’est jamais arrivée en Palestine : avec le début de la guerre le vaisseau fut arraisonné et conduit en Tunisie, la cargaison confisquée.

  • 3 Cf. Anthony David, The Patron. A Life of Salman Schocken 1877-1959. New York, Metropolitan

6Ces informations étaient connues dans les grandes lignes, au moins par ceux qui ont étudié Rosenzweig, mais Julia Schneidawind a considérablement approfondi nos connaissances du trajet et du sort de la bibliothèque. Déjà pour la constitution de la bibliothèque : elle a étudié la correspondance entre Rosenzweig et sa mère, quand il était soldat dans les Balkans : dans ses lettres, il demandait régulièrement des livres – jusqu’à 16 titres par lettre (p. 39). Encore avant les efforts pour faire sortir la bibliothèque de l’Allemagne, mais après le décès du philosophe, son épouse organisa l’installation de la bibliothèque dans un nouvel appartement à Francfort où elle emménagea en 1935 (voir p. 46, avec un plan de l’appartement). Mais dès que la ‘nuit de cristal’ rendit une vie juive en Allemagne irréaliste, elle commença à réfléchir sur les possibilités d’installation de la bibliothèque en Israël, par exemple dans une bibliothèque universitaire (p. 50). Il est aussi intéressant d’apprendre que la veuve de Rosenzweig, après qu’elle avait entendu, en 1944, que la bibliothèque était arrivée à Tunis entreprit des démarches pour la récupérer à l’aide de l’éditeur et bibliophile Zalman Schocken3 (1877-1959 ; cf. Schneidawind, S. 63-66). Mais en vain, la bibliothèque resta à Tunis – jusqu’à ce jour. C’est là que l’auteure a pu l’inspecter, malgré les conditions difficiles de la pandémie. Du moins, nous rassure-t-elle, les conditions de conservation de la bibliothèque de Rosenzweig sont bonnes. Parmi les découvertes de Julia Schneidawind : de nombreux livres qui portent des inscriptions des leurs auteurs ; certains, une minorité, contiennent un ex libris (reproduit p. 37).

  • 4 Cf. Magali Nieradka-Steiner, Exil unter Palmen: deutsche Emigranten in Sanary-sur-Mer [2018], deuxi (...)
  • 5 Lion Feuchtwanger, Ein möglichst intensives Leben: die Tagebücher, éd. par Nele Holdack, Marje Schu (...)
  • 6 Marje Schuetze-Coburn, „Lion Feuchtwanger und seine Privatbibliothek: eine Geschichte von Verlust u (...)

7Le chapitre sur Lion Feuchtwanger (p. 75-113) traite non pas seulement d’une mais de trois bibliothèques. D’abord, celle de plus de 10.000 volumes – « 10.248 » selon une note de Lion (p. 89) –, que Feuchtwanger avait rassemblés dans sa villa de Berlin-Grunewald, d’abord comme outil de travail pour ses romans historiques. Mais une passion de collectionneur se développa rapidement chez lui (cf. le témoignage de sa femme Martha ; p. 90). La maison et la bibliothèque de Feuchtwanger furent pillées par la SA dès 1933. Nous n’avons pas de catalogue des fonds de cette époque et il faut se contenter de quelques photos et des souvenirs de Lion et Martha Feuchtwanger. La deuxième bibliothèque, qui atteignit rapidement environ 2.000 livres, fut établie à Sanary-sur-Mer, haut-lieu de l’exil allemand en France.4 Le journal intime de Lion5 nous informe sur certaines des acquisitions, d’autres détails se trouvent dans sa correspondance avec Arnold Zweig (1887-1968). Mais „l’exil sous les palmiers“ ne fut pas durable. Lion et Martha furent internés dès 1940 en tant que sujets d'un pays ennemi (p. 98). Avec de grandes difficultés et de la chance, ils réussirent à se réfugier aux Etats-Unis via l’Espagne et le Portugal. La secrétaire (et amante) de Feuchtwanger, Lola Sternau, a réussi à sauver une partie de la bibliothèque de Sanary (une lettre parle de « 39 caisses », p. 101) qui arriva seulement en 1942 en Californie, mais qui forma la base pour sa troisième et dernière bibliothèque, la plus riche, établie dans sa „Villa Aurora“ à Pacific Palisades. A sa mort en 1958, elle comptait environ 30.000 livres. Feuchtwanger est le seul des cinq cas examinés dans ce livre qui put reconstruire et encore enrichir ses bibliothèques perdues. La veuve de Feuchtwanger, Marta, légua la villa et la bibliothèque à l’Université de Southern California, mais y vécut encore avec les livres jusqu’à sa mort en 1987 (p. 111). Si cette dernière bibliothèque de Feuchtwanger est bien documentée6, Schneidawind est à nouveau innovative en ce qui concerne les origines de la bibliophilie de Feuchtwanger.

  • 7 Oliver Matuschek, „Der Verkauf der Sammlungen Stefan Zweig und Siegmund Freud“, in: Jüdischer Buchb (...)

8Le prochain chapitre (p. 115-168) se consacre aux collections (livres et autographes) de Stefan Zweig. Cet auteur est sans doute le plus connu des cas étudiés ici, et donc il existait déjà de solides investigations.7 Zweig étant un auteur à succès, il avait les moyens nécessaires à sa passion de collectionneur. Le point culminant de sa bibliothèque fut atteint dans les années qu’il passa à Salzburg (1919-1933) : les divers récits trouvés par Schneidawind relatent comment cette maison se transforma en un véritable temple de livres (p. 134-137). Même si Zweig mena une vie discrète, ni ses origines juives ni son pacifisme n’étaient inconnus des Nazis et il fut victime d’une perquisition dès 1934 (p. 143), bien avant l’Anschluss, ce qui le convainquit de quitter Salzburg et de s’installer en Angleterre. On ne sait pas combien de livres furent transportés en Angleterre. Zweig lui-même parla de seulement 500, son épouse de l’époque, Friderike, de 10 % à un tiers des 10.000 volumes de Salzbourg (p. 147). Une petite partie arrivera sous forme de don de Zweig à la Bibliothèque Nationale d’Israël, d’autres dans d’autres bibliothèques. La dernière étape de l’exil de Zweig au Brésil ne fut accompagnée que par peu de livres. Bref, sa bibliothèque est aujourd’hui dispersée entre l’Europe, Israël, les Etats-Unis et le Brésil.

  • 8 Schocken avait aussi publié Wolfkehl : Karl Wolfskehl, Die Stimme spricht, Berlin, Schocken, 1934; (...)

9Comme la bibliothèque de Karl Wolfskehl (p. 169-218) a suscité moins d’intérêt dans la recherche, Schneidawind est en mesure de fournir beaucoup de découvertes. Ici aussi, il s’agit en réalité de plusieurs bibliothèques. Après l’incendie du Reichstag, dans la nuit du 27 au 28 février 1933, Wolfskehl se réfugia en Italie et laissa sa bibliothèque de presque 9.000 volumes en Allemagne, mais pendant son séjour en Italie, de 1933 à 1938, il rassembla à nouveau un bon nombre de livres. Le rapprochement entre Mussolini et Hitler (1937/38) convainquit Wolfskehl qu’il ne serait plus en sécurité en Italie. Il chercha un lieu d’exil le plus loin possible de l’Allemagne nazie et son choix tomba sur la Nouvelle Zélande. Pour pouvoir financer le voyage, Wolfskehl vendit sa bibliothèque, qu’il avait mise à l’abri dans un village du Kaiserstuhl, à Zalman Schocken (déjà évoqué dans le contexte de Rosenzweig).8 Une partie de la collection qu’il avait rassemblée en Italie le suivit vers Auckland, où il décéda en 1948. Grace à sa partenaire de longue date, Margot Ruben (1908-1980), une partie de cette collection italienne, enrichie en Nouvelle Zélande, arrivera aux Archives littéraires allemandes de Marbach. Par contre, la bibliothèque « allemande », achetée par Schocken, et bien arrivée à Jérusalem, n’y resta qu’une trentaine d’années. Après la mort de Schocken en 1959, ses héritiers la mirent aux enchères dans les années 1970.

  • 9 Par exemple: Stefanie Mahrer, “Much more than just another private collection: the Schocken Library (...)

10La bibliothèque Wolfskehl-Schocken était déjà bien documentée, notamment par plusieurs travaux de Stefanie Mahrer.9 Mais Julia Schneidawind a réussi à trouver des traces de la collection « italienne » dans la correspondance de Wolfskehl et d’autres documents.

11Le dernier cas examiné est la bibliothèque de Jakob Wassermann (1873-1934, p. 219-256), auteur presque oublié aujourd’hui, mais très populaire à l’époque. A première vue, la situation semble plus simple, car sa bibliothèque de 3.000 livres a survécu indemne aux années de 1933 à 1945, dans un coin tranquille du Salzkammergut où Wassermann s’était retiré en 1919. C’est là qu’il rédigea ses textes les plus réussis et aussi son autobiographie, Mein Weg als Deutscher und Jude (1921). C’est là aussi qu’il décéda au début de 1934. Sa maison, avec sa bibliothèque, fut vendue aux enchères en 1835 et arriva ainsi en possession d’une famille d’hôteliers. De cette famille la bibliothèque municipale de Nuremberg racheta le fonds dans les années 1960, quand elle voulut créer une collection de franconia (Wassermann est originaire de Fürth). Julia Schneidawind montre pourtant que les choses n’étaient pas aussi simples. D’une part, ce ne sont pas tous les livres de Wassermann qui sont arrivés à Nuremberg. L’ex libris, que Wassermann s’est fait élaborer en 1899, ne se trouve que dans huit livres à Nuremberg (p. 228). Ensuite, la famille des propriétaires (entre 1935 et les années 1960) avait « enrichi » la bibliothèque, parfois par des livres d’Alfred Rosenberg, l’un des idéologues du parti national-socialiste et le responsable de nombreux pillages de bibliothèques juives (p. 252).

12Le premier livre de Julia Schneidawind est un excellent début. Chaque chapitre présente de nouvelles trouvailles et ouvre des perspectives, même dans les cas où d’autres publications avaient déjà exploré les bibliothèques en question. Cette étude confirme l’intuition de l’auteure : les bibliothèques sont un héritage important de leurs propriétaires persécutés. Nous avons donc ici une excellente contribution aux recherches sur l’exil, qui dépasse le destin des exilés.

Haut de page

Notes

1 Schneidawind s’appuie sur Arjun Appadurai et Giorgio Riello – A. Appadurai, The social life of things : commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986; Giorgio Riello, “The ‘Material Turn’ in World and Global History”, in: Journal of World History, Vol. 33:2 (2022), p. 193-232. En français il y a François-Xavier de Vaujany & Nathalie Mitev, "Introduction au Tournant Matériel", in: Théories des organisations : Nouveaux tournants, éd. par François-Xavier De Vaujany, Jean-Francois Chanlat, Anthony Hussenot, Paris, Economica, 2016.

2 Rosenzweigs Bibliothek: Der Katalog des Jahres 1939 mit einem Bericht über den derzeitigen Zustand in der tunesischen Nationalbibliothek, éd. par Norbert Waszek, Freiburg & Munich, Alber, 2017.

3 Cf. Anthony David, The Patron. A Life of Salman Schocken 1877-1959. New York, Metropolitan

Books, 2003; Stefanie Mahrer, Salman Schocken: Topographien eines Lebens, Berlin, Neofelis, 2021.

4 Cf. Magali Nieradka-Steiner, Exil unter Palmen: deutsche Emigranten in Sanary-sur-Mer [2018], deuxième édition: Darmstadt, WBG, 2022.

5 Lion Feuchtwanger, Ein möglichst intensives Leben: die Tagebücher, éd. par Nele Holdack, Marje Schuetze-Coburn et Michaela Ullmann, Berlin, Aufbau, 2018.

6 Marje Schuetze-Coburn, „Lion Feuchtwanger und seine Privatbibliothek: eine Geschichte von Verlust und Überleben“, in: Bibliotheken und Sammlungen im Exil, éd. par Claus-Dieter Krohn et Lutz Winckler, München, Ed. text + kritik, 2011, p. 229-240.

7 Oliver Matuschek, „Der Verkauf der Sammlungen Stefan Zweig und Siegmund Freud“, in: Jüdischer Buchbesitz als Raubgut, éd. par Regine Dehnel, Frankfurt am Main, Klostermann, 2006, p. 52-66; Stephan Matthias, Stefan Zweigs Bibliotheken, Dresden, Sandstein Verlag, 2018.

8 Schocken avait aussi publié Wolfkehl : Karl Wolfskehl, Die Stimme spricht, Berlin, Schocken, 1934; deuxième édition 1936.

9 Par exemple: Stefanie Mahrer, “Much more than just another private collection: the Schocken Library and its rescue from Nazi Germany in 1935”, in: Naharaim : Zeitschrift für deutsch-jüdische Literatur und Kulturgeschichte, 9 (2015), p. 4-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norbert Waszek, « Julia Schneidawind, Schicksale und ihre Bücher », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 30 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13257 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13257

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search