Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Bernhard Jussen et Karl Ubl (dir....

2024

Bernhard Jussen et Karl Ubl (dir.), Die Sprache des Rechts

Historische Semantik und karolingische Kapitularien
Louis Genton
Référence(s) :

Bernhard Jussen et Karl Ubl (dir.), Die Sprache des Rechts. Historische Semantik und karolingische Kapitularien, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 2022.

Bernhard Jussen et Karl Ubl (dir.), Die Sprache des Rechts. Historische Semantik und karolingische Kapitularien, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 2022.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Age
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre résulte de la publication des actes d’un colloque qui a associé en février 2017, en partenariat avec l’Institut Historique Allemand, deux programmes de recherche : le projet d'Académie à Cologne « Edition der fränkischen Herrschererlasse » (édition des capitulaires francs) et le programme Leibniz « Computational Historical Semantics » consacré à l’étude du langage politique au Moyen Âge.

2En grande expansion au VIIIe siècle, les capitulaires sont des actes royaux ou impériaux, divisés en chapitres et contenant des décisions législatives ou administratives prises par le souverain pour contrôler son royaume. L’historiographie les perçoit classiquement comme des décrets exprimant le pouvoir d’État et servant à organiser juridiquement et à grande échelle le gouvernement carolingien. Ce type de document particulièrement hétérogène a été envisagé plus récemment comme des écrits pragmatiques qui peuvent servir à la communication entre les souverains et ses fonctionnaires locaux. Le champ de la sémantique textuelle c’est-à-dire l’étude de l’emploi et de la signification des mots, est resté le parent pauvre de ce renouveau.

3Le présent ouvrage comble cette lacune et se pose comme un jalon pour une nouvelle évaluation du caractère problématique des capitulaires. Ici, ces documents législatifs sont envisagés à travers une approche sémantique qui permet de mettre en valeur leur flexibilité matérielle et d’estimer le rôle non-négligeable qu’ils ont joué dans la relation communicationnelle entre le souverain et ses fonctionnaires sur le terrain. Les contributions du livre ont pour point commun de fonder leurs analyses sur une base de données lemmatisées de tous les textes capitulaires telle qu’elle a été développée par les deux projets de recherche.

4Les différentes contributions sont réparties en deux sections : la première (« Kapitularien und andere Textsorten », p.35-228) entend questionner la relation entre les capitulaires et d’autres types de textes (legs, chartes et sermons) qui présentent avec eux des recoupements au niveau du contenu et de la forme. Les études révèlent ainsi toute la plasticité matérielle de ce type d’écrit et leur aptitude à correspondre aux pratiques sociales du temps. Gerda Heydemann et Helmut Reimitz souligne que, faisant souvent abstraction du passé, les capitulaires insistent davantage sur les références bibliques. Magali Coumert montre que les antiques leges qui y sont citées sont moins des outils pour une application de la volonté souveraine à grande échelle que des instruments utiles au gouvernement local des fonctionnaires carolingiens. La classification des Capitularia monastica comme un écrit capitulaire, produit de la législation réformatrice de Louis le Pieux, est abandonnée par Steffen Patzold au profit d’une identification de sa production par les cercles monastiques de l’époque. La question du « genre du capitulaire » finit ainsi par se poser. L’enquête que conduit Britta Mischke sur les traces de formulaire dans ces écrits conclut que le genre ne se fixe qu’à l’époque carolingienne au moment où la charte commence à fonder la volonté souveraine dans un système mémoriel à la charge des missi dominici. Les deux articles restants offrent un décentrement intéressant pour une mise en contexte de ce type documentaire avec les autres pratiques sociales de l’époque. Par son analyse lexicale et sémantique de la langue des chartes et capitulaires de la CEMA (Chartae Europeae Medii Aevi), Nicolas Perreaux montre que la langue des diplômes change en permanence alors que celle des capitulaires reste relativement stable. Maximilian Diesenberger se penche enfin sur le rapport entre les capitulaires et la littérature de prédication et constate que les deux types de textes utilisaient un langage moral pour formuler des normes de comportement.

5Plus succincte que la précédente, la seconde partie (« Wortfelder in Kapitularien », p.229-374) est réservée à l’étude des champs lexicaux des capitulaires en eux-mêmes pour comprendre quelle place ont-ils pu jouer dans la construction sociopolitique carolingienne. Jennifer R. Davis montre que les termes capitulare, capitularia, capitulum et capitula sont apparus sous Charlemagne afin de transmettre les dispositions juridiques du souverain, à ses fonctionnaires, promouvant de la sorte une culture juridique de discussion et de consultation. L’idée d’un pouvoir partagé et négocié avec les élites jaillit également dans l’enquête de Jean Meyers qui souligne que le verbe iubere, fréquemment employé dans les capitulaires est utilisé dans le sens d’une mise en œuvre de décisions prises par consensus avec les grands princes. Stefan Esders se penche quant à lui sur la formule fideles Dei et regis et la classe comme un zeugme dans le langage juridique politico-religieux de l'empire carolingien. A partir de 790, la formule est utilisée de manière intensive par Charlemagne et ses conseillers. Enfin, l’article d’Els Rose souligne la constitution d’une société carolingienne par soustraction de ce qui lui est étranger en analysant les mots utilisés pour désigner l’extérieur ou pour distinguer celui qui est exclu du groupe social (famille ou communauté chrétienne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Genton, « Bernhard Jussen et Karl Ubl (dir.), Die Sprache des Rechts », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 05 février 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13263

Haut de page

Auteur

Louis Genton

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search