Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Philipp N. Spahn, Die Bibel als N...

2024

Philipp N. Spahn, Die Bibel als Norm?

Das Ringen um das Recht der Kirche in Streitschriften aus der Zeit des Investiturstreits, ca. 1050-1140
Louis Genton
Référence(s) :

Philipp N. Spahn, Die Bibel als Norm ? Das Ringen um das Recht der Kirche in Streitschriften aus der Zeit des Investiturstreits, ca. 1050-1140, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 2022.

Philipp N. Spahn, Die Bibel als Norm ? Das Ringen um das Recht der Kirche in Streitschriften aus der Zeit des Investiturstreits, ca. 1050-1140, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 2022.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Age
Haut de page

Texte intégral

1Paru aux éditions Klostermann en 2022, Die Bibel als Norm ? Das Ringen um das Recht der Kirche in Streitschriften aus der Zeit des Investiturstreits, ca. 1050-1140 est une version publiée de la thèse de doctorat de Philipp N. Spahn, soutenue en 2020 à la Goethe Universität de Frankfort-sur-le-Main. Dans cette enquête, l’auteur (désormais : PS), envisage la Bible en tant que source du droit d’Église et analyse son interprétation par les auteurs d'écrits polémiques (pamphlets et traités) au temps de la célèbre Querelle des Investitures qui oppose l’empereur du Saint-Empire Henri IV (1084-1105) au pape Grégoire VII (1073-1085) au sujet de la nomination des évêques de la chrétienté. Derrière l’intransigeance des deux souverains se cachent deux conceptions de la Chrétienté : une de nature impériale, qui place l’empereur à la tête d’une Église dont le soutien matériel reste fondamental ; une autre de nature romaine et théocratique, qui fait du pape le chef de la Chrétienté et confère à l’empereur le statut de « premier des laïcs ».

2La thèse de PS prétend combler une lacune importante concernant les études en histoire du droit médiéval : considérant la Bible comme un écrit purement théologique, les travaux n’accordent que très peu d’attention au rôle des interprétations du texte sacré dans la formation du droit canonique au Moyen Âge. Après avoir présenté les principaux enjeux historiques et historiographiques de la Querelle, le propos déploie les deux principales problématiques de la thèse qui correspondent aux deux parties du livre.

3Dans un premier temps historiographique et méthodique, l’auteur analyse les méthodes des auteurs (théologiens, canonistes) de littérature polémique médiévale (définie comme telle par PS : un genre qui prend position sur un point litigieux de la Querelle et qui se confronte d'une part aux textes transmis et reconnus comme faisant autorité et d'autre part aux interprétations contemporaines de ces textes) afin de réinvestir l’importance de la Bible dans l’évolution de l’écriture du droit entre 1050 et 1150 (p.15-132). PS propose d’abord de présenter dans un premier chapitre la Bible comme une source du droit. Ce texte sacré n'est évidemment pas à l'origine de l’ensemble du droit canonique, mais, en tant qu’expression du ius divinum, il est considéré depuis la patristique comme un écrit dictant la norme d’Église sans contradiction possible. C’est ainsi que des passages de la Bible bien connus des polémistes des XIe et XIIe siècles sont interprétés comme des textes juridiques et figurent dans des recueils de droit ecclésiastique comme le Decretum de Gratien. Après un temps de définition de ces écrits de controverse, PS conclut cette partie en revenant sur les techniques de travail utilisées par leurs auteurs qui conduisent à une professionnalisation du traitement des textes qui fonderont l’autorité juridique.

4La deuxième partie de l’enquête permet de prendre la mesure du développement des fondements bibliques du statut juridique des pouvoirs universels de la Chrétienté à la lumière de la mobilisation d’arguments juridiques utilisés par les polémistes entre les XIe et XIIe siècle (p.133-276). Elle commence par un aperçu des étapes du développement du dualisme des pouvoirs dans l'histoire de la pensée. PS l’illustre notamment avec la mobilisation de passages du Nouveau Testament par les auteurs antipédeutiques (antipapistes) pour justifier une participation égale de l’empereur et du pape à la tête de l’Église. Les deux chapitres suivants établissent la différence de présentation des fondements bibliques de l'Église et de la papauté, entre les deux courants antipédeutique et propédeutique (en faveur de Rome). L’épineuse question est de savoir si Pierre avait un rôle de représentant pour tous les apôtres lors de la remise des clés. La partie propédeutique souligne la prééminence de l'apôtre et de ses successeurs, et donc légitime une Église romaine, universelle et hiérarchique. Pour la partie antipédeutique, Pierre n'a agi qu'en tant que vicaire et Rome doit être subordonnée au pouvoir séculier. Dans les deux derniers chapitres de l’ouvrage consacrés à des thèmes centraux du conflit (formation d’une communauté hors Église et intangibilité du souverain oint), l'auteur montre que la vision impériale du pouvoir peine à s’imposer. Malgré quelques tentatives, les auteurs antipapistes ne parviennent pas à reformuler les schémas d'interprétation utilisés par les auteurs propédeutiques pour revendiquer la nature hiérocratique du pouvoir pontifical. Ce n’est qu’au XIIe siècle, en s’appuyant sur des textes extrabibliques qu’ils parviennent à fonder la légitimité juridique du pouvoir séculier. La conclusion concise qui résume les résultats de l’étude (p.277-286) ouvre sur une vaste liste de sources et références bibliographiques, un catalogue de références bibliques ainsi qu’un index des lieux, des personnes et des sujets traités.

5Grâce à ce méticuleux travail au plus près des textes, l'auteur parvient à mettre en évidence le rôle central de la Bible dans l'histoire du droit canonique, mais aussi à mettre en évidence les méthodes de travail des auteurs, la logique d'argumentation des textes et les dynamiques intertextuelles, ce dont profiteront sans doute les spécialistes de la Querelle des Investitures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Genton, « Philipp N. Spahn, Die Bibel als Norm? », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 05 février 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13285

Haut de page

Auteur

Louis Genton

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search