Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Marco Michael Rösner, Herrschafts...

2024

Marco Michael Rösner, Herrschaftswissen

Imperiale Begegnungen in der deutschen kolonialen Schule 1885-1929
Lise Galand
Référence(s) :

Marco Michael Rösner, Herrschaftswissen. Imperiale Begegnungen in der deutschen kolonialen Schule 1885-1929, Baden-Baden, Nomos, 2023, 646 p., 134 €

Marco Michael Rösner, Herrschaftswissen. Imperiale Begegnungen in der deutschen kolonialen Schule 1885-1929, Baden-Baden, Nomos, 2023, 646 p., 134 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce livre publié à partir de sa thèse, Marco Michael Rösner s’intéresse aux « écoles coloniales » (koloniale Schulen), c’est-à-dire aux écoles créées par l’administration coloniale dans les colonies allemandes. Après des décennies d’« amnésie partielle » (Debora Gerstenberger), l’histoire coloniale allemande recouvre aujourd’hui un large spectre de thèmes, comme les sociétés missionnaires ou la mémoire de la colonisation allemande. Toutefois, certains sujets ont encore été peu explorés, parmi lesquels figure la question des écoles coloniales. Marco Michael Rösner est le premier à y consacrer une étude d’envergure, tant en ce qui concerne le champ géographique (colonies d’Afrique et du Pacifique) que la période chronologique (1885-1929).

2Inscrivant son travail dans le courant de la « nouvelle histoire impériale » (New Imperial History), laquelle accorde une attention particulière aux acteurs, l’auteur s’intéresse au vécu et à la carrière des enseignants allemands partis travailler dans les écoles coloniales. En raison de leur fonction et des contacts qu’ils avaient tant avec la population indigène qu’avec l’administration coloniale, ils ont constitué des acteurs quotidiens de l’autorité coloniale. Le but de l’auteur est triple : retracer la biographie professionnelle de ces enseignants ; étudier leur contribution dans la production, la diffusion et l’utilisation du « savoir de domination » coloniale (Herrschaftswissen) ; et analyser le rôle et la fonction de l’école coloniale et du corps professoral dans l’établissement de la domination coloniale.

3L’auteur s’appuie sur un vaste corpus de sources. Parmi les archives consultées figurent notamment celles des écoles et des administrations coloniales (Bundesarchiv Berlin), qui contiennent entre autres les dossiers personnels de certains enseignants. Pour ce qui est des sources imprimées, l’auteur s’est principalement appuyé sur les journaux officiels de l’administration coloniale ainsi que sur les manuels rédigés par les enseignants.

4L’étude se compose de trois parties, agencées de manière chrono-thématique. La première s’intéresse à l’établissement des premières écoles coloniales. La deuxième traite des mesures de réorganisation de ces écoles, notamment en vue de mieux asseoir la domination coloniale. La troisième analyse les effets de césure et de continuité induits par le déclenchement de la guerre en 1914 et la perte définitive des colonies allemandes en 1919. Le livre comporte également plus d’une soixantaine de pages d’annexes, qui se composent de tableaux et de graphiques établis par l’auteur, apportant des informations tant sur les enseignants eux-mêmes que sur les écoles coloniales (données personnelles, disciplines enseignées, nombre d’élèves, etc.).

5Un des grands mérites de cet ouvrage est la somme de connaissances fournies sur le parcours biographique et professionnel des enseignants, depuis leur candidature pour enseigner dans les colonies jusqu’à leur retour en Allemagne en passant par leur action sur place. Ce faisant, l’auteur montre à quel point le corps professoral a joué un rôle central dans l’établissement du savoir de domination, en particulier via sa politique linguistique. Plus que de diffuser la langue allemande, il s’est agi essentiellement d’exercer une influence culturelle sur les langues locales, notamment en les soumettant aux représentations grammaticales latines. En ce sens, les enseignants ont grandement contribué à l’établissement de l’autorité coloniale. Les rapports de domination correspondaient toutefois à des processus plus complexes qu’on ne pourrait le penser, l’auteur soulignant que l’école a été un instrument de « pacification » civile, une sorte d’alternative à l’action militaire. Non seulement les enseignants, en contact quotidien avec les populations locales, ont eu tendance à adopter une attitude mêlant autorité et indulgence paternaliste. Mais en plus les rapports de domination étaient en constante renégociation, tant entre les populations locales et les acteurs coloniaux qu’entre les différents acteurs coloniaux eux-mêmes (administration coloniale, enseignants, missions, etc.).

6Un des autres intérêts du livre est de mettre en avant le rôle actif joué par les réseaux personnels voire institutionnels dans l’élaboration du savoir de domination coloniale, aussi bien entre les différentes colonies allemandes qu’entre les colonies et la métropole.

7Enfin, le regard porté au-delà de 1914 permet de montrer que l’histoire de l’école coloniale ne s’est pas arrêtée avec le déclenchement de la guerre. D’une part, les écoles coloniales n’ont pas toutes fermé au début de la guerre et certains enseignants ont même continuité d’enseigner sur place après 1919. D’autre part, le révisionnisme colonial porté par certains professeurs une fois rentrés en Allemagne fait partie intégrante de l’histoire de l’école coloniale.

8Pour conclure, il ne fait aucun doute que l’approche adoptée par Marco Michael Rösner est particulièrement féconde : en centrant son étude sur les acteurs, il parvient à varier les perspectives et à fournir une interprétation à la fois complexe et différenciée des structures et des rapports de domination dans les colonies allemandes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Galand, « Marco Michael Rösner, Herrschaftswissen », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 07 février 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13306

Haut de page

Auteur

Lise Galand

Docteure de Sorbonne Université - UMR 8138 Sirice

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search