Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Jeanette Roche, Queere Nation?

2024

Jeanette Roche, Queere Nation?

(Re-)Imaginationen des Nationalen im queeren deutschen Film der Nachwendezeit
Adrian Fix
Référence(s) :

Jeanette Roche, Queere Nation? (Re-)Imaginationen des Nationalen im queeren deutschen Film der Nachwendezeit, Bielefeld: Transcript, 2023, 402 p., 49€.

Jeanette Roche, Queere Nation? (Re-)Imaginationen des Nationalen im queeren deutschen Film der Nachwendezeit, Bielefeld: Transcript, 2023, 402 p., 49€.
Haut de page

Texte intégral

1Queere Nation? (Re-)Imaginationen des Nationalen im queeren deutschen Film der Nachwendezeit est paru en août 2023 aux éditions Transcript (Bielefeld), spécialisées dans les sciences humaines et sociales, auxquelles on doit d’autres ouvrages de référence en études de genre ou Queer Studies. Queere Nation? est la première publication de cette ampleur de Jeanette Roche, chercheuse en littérature allemande et en sciences des médias à la FernUniversität de Hagen. Cet ouvrage interroge la place de la notion de queerness dans la nation allemande post-réunification, et examine quels récits cinématographiques cette période de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle fait émerger.

2Jeanette Roche analyse la construction d’un imaginaire de la nation, définie comme un « ordre d’appartenance natio-ethno-culturel codé », ayant historiquement donné lieu à une politisation de la sexualité et à une normalisation de sa représentation, particulièrement dans l’histoire des totalitarismes allemands. Il en ressort que le discours nationaliste étant sexiste, tout discours sur le nationalisme doit être sexualisé et doit être abordé par les questions de genre. En articulant identité nationale et identité sexuelle et de genre, l’autrice confronte deux imaginaires réputés difficilement conciliables, l’un étant homogène et uniforme, l’autre protéiforme et fluide. L’introduction énonce l’organisation en cinq parties de l’ouvrage ainsi que la méthodologie suivie. Roche commence par exposer dans un premier chapitre posant les termes de sa recherche les liens qu’elle tisse entre la nation, l’ethnicité, le genre et la sexualité. Après une exposition des outils et des notions employés, vient celle du cinéma revendiqué comme objet de recherche scientifique dans le second chapitre. Le suivant scrute des traces et des signes queer dans l’histoire du cinéma allemand (notamment dans le cinéma expressionniste de la période de Weimar). Le cinquième et dernier chapitre consiste en une analyse méthodique d’une sélection de films réalisés dans la période après 1989. Les titres choisis sont autant des films à petit qu’à grand budget, indépendants ou produits par des studios. Jeanette Roche en analyse les contextes sociaux extra-filmiques, les conditions de production, le genre du film et ses stratégies narratives au niveau macro ; elle procède également au niveau micro à une analyse proprement esthétique, narrative et stylistique du film, en examinant le cadrage, le montage et les mouvements de caméra.

3En termes de méthodologie, Roche s’appuie principalement sur la Queer Theory et sur l’histoire culturelle, en empruntant aux Cultural Studies, visant à expliquer des phénomènes esthétiques et visuels par le contexte historique, politique et culturel duquel ils émergent. Considérant, dans le sillage d’Ernest Gellner et Benedict Anderson, que la nation, l’État-nation, et le sentiment national sont des notions ébranlées par la mondialisation, Jeanette Roche estime que ce moment de pivot historique et culturel a aussi bouleversé la normativité des représentations sociales produites et diffusées au cinéma, ouvrant la voie au multiculturalisme et à des représentations d’identités plurielles.

4L’Allemagne est un exemple particulièrement significatif à cet égard, puisqu’elle est passée d’une organisation et d’une division bipolaire Est-Ouest à la réunification et l’intégration dans l’Union Européenne, voyant ses constellations de pouvoir, influences et circulations culturelles globalement modifiées. L'Allemagne contemporaine est décrite comme un lieu devenu presque « naturellement » multilingue, multiethnique et majoritairement queer, en raison du caractère protéiforme de son identité nationale et de son organisation fédérale du point de vue administratif. La décennie 1990 et plus généralement la période suivant la fin de la Guerre Froide est abordée comme une période majeure d’acquis sociaux et de droits pour les personnes LGBTQ+ (avec par exemple la dépénalisation de l’homosexualité en 1994), mais voyant plus largement le développement d’autres modes de vie que la famille nucléaire hétérosexuelle traditionnelle, des changements qui se reflètent dans le cinéma de cette période. Cette période de transition est marquée par un examen au niveau national, dans la presse et les positionnements des partis politiques, de ce qui doit être conservé du passé et de ce qui doit en être rejeté.

5Dans ce contexte de reconstruction et de ré-examen de l’identité nationale, la queerness constitue une résistance au récit national de normalisation de l’identité, et une remise en question des idées hégémoniques sur l’ordre d’appartenance nation-ethno-culturel. Le cinéma, suppose l’autrice, comme médium audiovisuel de masse, est un instrument de représentativité pour les groupes sociaux marginalisés. Il ne se limite cependant pas à refléter les évolutions sociales et les rapports de force, mais contribue de manière déterminante à les façonner. De fait, la nation allemande, dans sa forme actuelle, est aussi énoncée par l’imaginaire cinématographique de l’Allemagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrian Fix, « Jeanette Roche, Queere Nation? », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 12 février 2024, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13340 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13340

Haut de page

Auteur

Adrian Fix

King’s College, Londres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search