Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Christian Boseckert, Ein Herzog u...

2024

Christian Boseckert, Ein Herzog und sein Staat

Eine politische Biografie Herzog Johann Casimirs von Sachsen-Coburg (1564-1633)
Nathanaël Valdman
Référence(s) :

Christian Boseckert, Ein Herzog und sein Staat. Eine politische Biografie Herzog Johann Casimirs von Sachsen-Coburg (1564-1633), Cologne : Böhlau (Norm und Struktur. Studien zum sozialen Wandel in Mittelalter und Früher Neuzeit, 53), 2021, 584 p., 80,00 €

Christian Boseckert, Ein Herzog und sein Staat. Eine politische Biografie Herzog Johann Casimirs von Sachsen-Coburg (1564-1633), Cologne : Böhlau (Norm und Struktur. Studien zum sozialen Wandel in Mittelalter und Früher Neuzeit, 53), 2021, 584 p., 80,00 €
Haut de page

Texte intégral

1Comment asseoir son autorité et restituer le prestige de sa maison après avoir succédé à un père rebelle et déchu ? Telle est la question à laquelle fut confronté le duc Jean-Casimir de Saxe-Cobourg au cours de son règne, de 1586 à 1633, et qu’aborde Christian Boseckert dans cette biographie « politique », issue d’un doctorat soutenu à l’université de Wurtzbourg. Ce prince de la branche ernestine de la maison Wettin arrive en effet au pouvoir après deux règnes désastreux qui ont précipité l’abaissement de la dynastie. Alors que son grand-père Jean-Frédéric Ier s’était vu dépossédé de la dignité électorale au profit de la branche cousine des Albertins après la défaite de Mühlberg en 1547, ce fut au tour de son père Jean-Frédéric II de se révolter vingt ans plus tard contre l’empereur dans l’espoir de récupérer l’électorat et les territoires perdus. Vaincu en 1567, ce dernier fut déchu de son titre et passa le reste de sa vie en captivité. Jean-Casimir, alors enfant, obtint trois ans plus tard à la Diète de Spire de régner du vivant de son père sur le petit duché de Saxe-Cobourg, une principauté nouvelle de 55 000 habitants détachée de la Saxe-Weimar, attribuée à son oncle Jean-Guillaume.

2L’ouvrage de C. Boseckert vient combler un vide historiographique. Jean-Casimir, comme beaucoup de princes allemands de l’époque moderne, n’était à ce jour connu que par quelques études éparses relayant souvent des jugements hérités du XVIIIe ou du XIXe siècle. La parution de cet imposant travail, qui s’ajoute à d’autres biographies princières publiées ces dernières années, est à cet égard une heureuse nouvelle.

3Le livre, organisé en neuf chapitres, se concentre sur la biographie du prince au sein du territoire qu’il gouverne et renonce donc à étudier l’action du prince à l’extérieur, lors des Diètes d’Empire par exemple. Il revient d’abord sur la chute du père, vaincu par son cousin l’électeur Auguste de Saxe au siège de Gotha en 1567, et sur l’enfance de Jean-Casimir. Celle-ci correspond selon l’auteur à un moment de « perte de l’identité » dynastique ernestine. La jeunesse du prince est en effet marquée par le départ de ses parents en Autriche et par la domination pesante d’Auguste de Saxe, l’ancien ennemi qui remplace son entourage, oriente son éducation et exerce avec d’autres princes la tutelle sur la principauté. L’emprise de la Saxe électorale touche cependant à ses limites, dans la mesure où Jean-Casimir parvient à maintenir le contact avec ses parents, d’abord secrètement, et conserve à l’égard des Albertins une méfiance profonde lorsqu’il accède au pouvoir en 1586.

4Le prince s’emploie désormais à affirmer sa légitimité et sa réputation dynastique. Les stratégies du prestige passent tout d’abord par un premier mariage en 1586 avec la fille d’Auguste de Saxe, Anna (qui échoue cependant quelques années plus tard), l’entretien d’une cour nombreuse et animée où, écrit un contemporain, l’on vit « comme à la cour du roi Arthur » (p. 175), ou encore la réalisation de portraits, notamment des gravures qu’il offre en grand nombre au cours de ses voyages. La légitimation du pouvoir et la réhabilitation du passé dynastique se matérialisent enfin dans des réalisations architecturales comme l’école du Casimirianum ou encore le monument funéraire qu’il fait ériger à la gloire de son père, célébré comme un martyr de l’orthodoxie luthérienne, dans la Morizkirche de Cobourg.

5De sensibilité érasmienne, Jean-Casimir incarne le modèle classique du « père du pays » (Landesvater). Renonçant à la politique d’expansion territoriale agressive de ses prédécesseurs, il apparaît comme un prince en quête de compromis, soucieux à la fois de la défense de l’orthodoxie luthérienne et de la conservation de la paix dans l’Empire. Les prétentions du duc se heurtent cependant aux réalités d’une petite principauté désargentée et son règne finit sombrement dans les violences de la Guerre de Trente Ans avec le ravage de Cobourg par les troupes de Wallenstein.

6L’ouvrage présente plusieurs résultats très intéressants sur la légitimation du pouvoir par la politique du duc. Il montre tout d’abord qu’à aucun moment de son règne le droit de Jean-Casimir à gouverner n’a été sérieusement remis en cause. Si la déchéance du père demeure un sujet sensible, le prince réussit habilement à réhabiliter sa mémoire, en obtenant notamment de l’empereur Matthias qu’il lui accorde en 1613 une nouvelle lettre de fief supprimant toute mention de sa rébellion. C’est là probablement qu’il faut trouver le plus grand succès du règne. Enfin, la Saxe électorale, avec laquelle les relations sont fluctuantes et parcourues de tensions, apparaît ici comme un modèle à suivre, mais dont il faut à chaque fois se différencier pour maintenir une identité ernestine distincte.

7L’ouvrage, cependant, déçoit par son manque de problématisation. Ainsi, l’auteur tend malheureusement à dissoudre la question de la légitimité dans un inventaire des moyens de légitimation plutôt que d’en analyser les ressorts et d’en mettre en relief les causalités. Il aurait été intéressant, par exemple, de s’interroger plus avant sur les fondements structurants de l’autorité du prince (la décision de la Diète de 1570 et son rôle, par exemple), ou de comparer la trajectoire de Jean-Casimir avec les autres cas de princes confrontés à des problèmes similaires aux XVIe et XVIIe siècles. Des rapprochements avec d’autres travaux plus généraux sur l’honneur et la disgrâce dans les sociétés d’Ancien Régime auraient aussi pu être profitables. D’autre part, les catégories d’analyse employées masquent trop souvent l’ambiguïté et la complexité des réalités qu’elles décrivent sous l’apparence de fausses évidences ou d’étiquettes hypostasiées – et jamais nuancées : ainsi des distinctions entre « rationnel » et « irrationnel », « médiéval » et « moderne » ou encore de la notion d’identité, réduite à une substance, que l’on peut perdre ou sauvegarder. L’« outillage mental » de l’ouvrage s’en ressent souvent. L’argumentation présente par endroits des faiblesses, comme dans l’interprétation faite de l’union de Jean-Casimir avec la fille d’Auguste de Saxe, que ce dernier n’aurait pas eu les moyens de refuser selon C. Boseckert. Le moindre faste déployé par l’électeur dans les noces du duc de Saxe-Cobourg avec sa fille, contrastant avec la somptuosité de son propre mariage, célébré quelques semaines plus tôt, est ainsi analysé comme le signe manifeste de son « mécontentement » (p. 168) alors qu’il s’agit plutôt de l’expression normale de la différence des rangs entre les deux princes. Quelques remarques psychologisantes, certes rares, sont à déplorer, de même que des erreurs dans les transcriptions du latin (p. 136 note 42 et p. 145). On regrettera enfin les nombreuses redites au sein de chaque chapitre ainsi que l’absence de renvois dans le texte aux 15 illustrations présentées sans titre en fin d’ouvrage.

8Malgré ces réserves, le livre de C. Boseckert apporte une utile contribution à l’histoire des duchés ernestins et de leurs relations aux Albertins à l’époque moderne. Rédigé dans une langue agréable et toujours claire, appuyé sur des dépouillements d’archives d’une ampleur considérable, cet ouvrage met en lumière un personnage dont on n’avait à ce jour qu’une connaissance trop fragmentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathanaël Valdman, « Christian Boseckert, Ein Herzog und sein Staat », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 25 mars 2024, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13378

Haut de page

Auteur

Nathanaël Valdman

EHESS Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search