Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Brigitta Triebel, Nation, Soziali...

2024

Brigitta Triebel, Nation, Sozialismus, globaler Kalter Krieg

Die slowakische und kroatische Kulturpolitik in Afrika und Asien in den 1970er Jahren
Coline Perron
Référence(s) :

Brigitta Triebel, Nation, Sozialismus, globaler Kalter Krieg. Die slowakische und kroatische Kulturpolitik in Afrika und Asien in den 1970er Jahren, Dresden : Sandstein Verlag (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa, 57), 2022, 260 p., 52€.

Brigitta Triebel, Nation, Sozialismus, globaler Kalter Krieg. Die slowakische und kroatische Kulturpolitik in Afrika und Asien in den 1970er Jahren, Dresden : Sandstein Verlag (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa, 57), 2022, 260 p., 52€.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Marquée par la « nouvelle histoire de la guerre froide » qui s’est développée dans le sillage des travaux d’Odd Arne Westad, Brigitta Triebel se propose, avec cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 2019 à l’université de Leipzig, d’interroger les liens qui purent se nouer entre pays socialistes européens et pays du Sud durant la « guerre froide globale ». Elle propose pour cela une perspective comparative entre la politique culturelle slovaque et croate en direction de l’Asie et de l’Afrique dans les années 1970. Son travail a le double mérite de mettre sur l’accent sur des acteurs européens habituellement considérés comme secondaires (la République fédérative socialiste de Yougoslavie et la République socialiste tchécoslovaque), et d’insister sur l’importance capitale revêtue par la politique culturelle durant la guerre froide. Loin de n’occuper qu’un simple rôle décoratif, cette dernière joue, comme le rappelle Brigitta Triebel, un rôle diplomatique majeur. Il s’agit d’un domaine dans lequel les pays socialistes s’investissent particulièrement : elle est une arme idéologique permettant de défendre sa vision du monde et de chercher une reconnaissance internationale.

2Brigitta Triebel défend l’idée que l’importance de la politique culturelle était d’autant plus forte dans le cas d’acteurs secondaires comme ceux cette étude est consacrée : les républiques fédérées de Croatie et de Slovaquie. Toutes deux intégrées au sein d’ensembles politiques plus vastes (respectivement la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie), leur situation vis-à-vis de l’Union soviétique est très différente, ce qui influence leur politique culturelle en direction des pays du Sud. La Yougoslavie, engagée dans le mouvement des non-alignés, cherche par cet intermédiaire à mettre en valeur la voie indépendante de l’Union soviétique qu’elle cherche à tracer. La Tchécoslovaquie s’efforce quant à elle de renforcer l’intégration dans le camp soviétique des acteurs africains et asiatiques avec lesquels elle établit des relations culturelles – tout en tentant de redorer son image internationale après la répression du printemps de Prague. Cependant, l’intérêt porté par Brigitta Triebel à des « sous-républiques » (Teilrepubliken) au sein de ces fédérations socialistes permet de mettre en valeur des points communs. L’une des thèses centrales de son travail est que les entités slovaque et croate investissent particulièrement la politique culturelle étrangère car ce domaine permet aux sous-républiques de mettre en avant leur particularité nationale, en bénéficiant d’une marge de manœuvre qui n’aurait pas été envisageable dans le domaine politique ou économique. Ce travail s’inscrit donc dans la tradition historiographique qui remet en cause l’homogénéité du bloc de l’Est et souligne la persistance du nationalisme au sein des pays socialistes européens, en se concentrant ici sur la vie interne de deux fédérations socialistes. La fédéralisation de ces deux pays dans les années 1960 constitue ainsi une césure politique importante dans son travail.

3Pour mettre en valeur ces aspirations nationalistes des deux républiques fédérées, Brigitta Triebel s’intéresse uniquement à la politique culturelle officielle, excluant les acteurs alternatifs (Églises, groupes indépendants). Son étude des activités culturelles n’a pas de prétention à l’exhaustivité : elle se concentre résolument sur l’échelle croate et slovaque – avec un certain déséquilibre des sources en faveur de la Slovaquie. Elle s’intéresse ainsi aux activités organisées par les administrations et les agences culturelles des deux sous-républiques, mais laisse de côté des acteurs importants du champ culturel au niveau central, comme les ministères fédéraux des Affaires étrangères, qui préparent et appliquent les décisions politiques, et les départements internationaux des partis communistes, qui coordonnent les sociétés d’amitié entre les peuples. Son analyse des imbrications Est-Sud pendant la guerre froide reste en outre exclusivement fondée sur des sources européennes – bien que Brigitta Triebel souligne que les États africains et asiatiques, loin d’être des récipiendaires passifs des initiatives politico-culturelles des deux camps, pouvaient eux aussi poursuivre leurs propres buts et leurs propres stratégies via la politique culturelle. Cela n’enlève rien à la pertinence de son étude, qui évoque en introduction une parenté de représentations entre les pays socialistes et le camp occidental concernant les pays du Sud pendant la guerre froide. Bien que s’opposant à la mise en place d’une économie capitaliste de marché dans ces pays, les pays socialistes voient également les pays du Sud comme des espaces à moderniser et utilisent le terme de « pays en développement » (Entwicklungsländer) pour les qualifier. Ce concept joue un rôle central dans la mise en place de leur politique culturelle étrangère. Les pays socialistes sont ainsi persuadés des vertus de l’industrialisation et de leur « capacités civilisatrices » vis-à-vis des pays africains et asiatiques – une vision similaire à celle portée par les acteurs de l’Ouest. Bien que ce point reste cantonné à quelques remarques en introduction, Brigitta Triebel a ainsi le mérite d’aborder la nécessaire remise en question de la dichotomie Est/Ouest au profit de la prise en compte des dynamiques Nord/Sud pendant la guerre froide.

4Son analyse, nourrie d’exemples tirés de la diplomatie musicale et de la circulation d’expositions dans le domaine des arts plastiques, contribue ainsi à décentrer l’histoire de la guerre froide en interrogeant le concept d’une « mondialisation socialiste » alternative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coline Perron, « Brigitta Triebel, Nation, Sozialismus, globaler Kalter Krieg », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 04 avril 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13402

Haut de page

Auteur

Coline Perron

Sciences Po Strasbourg – Université de Strasbourg - LinCS – UMR 7069

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search