Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Astrid Ackermann, Herzog Bernhard...

2024

Astrid Ackermann, Herzog Bernhard von Weimar

Militärunternehmer und politischer Stratege im Dreißigjährigen Krieg
Claire Gantet
Référence(s) :

Astrid Ackermann, Herzog Bernhard von Weimar. Militärunternehmer und politischer Stratege im Dreißigjährigen Krieg, Berlin/Boston: De Gruyter/Oldenbourg (Bibliothek Altes Reich, 34), 2023, 477 p.

Astrid Ackermann, Herzog Bernhard von Weimar. Militärunternehmer und politischer Stratege im Dreißigjährigen Krieg, Berlin/Boston: De Gruyter/Oldenbourg (Bibliothek Altes Reich, 34), 2023, 477 p.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Astrid Ackermann consacre sa thèse d’habilitation supervisée par Georg Schmidt à l’université d’Iéna en 2017 à la figure de Bernard de Saxe-Weimar (1604-1639). C’est une personnalité fort intéressante, de fait, un lointain cadet, entrepreneur de guerre, stratège et homme politique dont la carrière se déroule entre Weimar, la Suède et la France. Les ruptures de sa vie ont entraîné une historiographie très contrastée, du chef de guerre « contraint » à l’alliance avec la France pour éviter un assujettissement autrichien (Gustav Droysen) au héros national petit-allemand des récits prussiens puis au « Führer » militaire exalté par la propagande nazie. Pour reconstituer les facettes du personnage, Astrid Ackermann déroule un fil biographique. Sa prouesse a consisté à rassembler un corpus d’archives volumineux dispersé entre la Thuringe, la Saxe, la Saxe-Anhalt, Wurtzbourg, Wolfenbüttel, le Wurtemberg, Vienne, Paris et Berne.

2Bernard est le onzième enfant du duc Jean III de Saxe-Weimar, soit le septième fils qui parvient à l’âge adulte. Sa place tardive dans la dynastie et la proximité en âge des fils ont puissamment pesé sur sa carrière. Lorsqu’il naît, la dynastie s’est tout juste repliée sur la bourgade de Weimar, forte de seulement 3500 habitants, comme résidence après la perte de Wittenberg et du château de Torgau. Au début de la guerre de Trente ans, la cour de Weimar s’engage aux côtés du prince-électeur calviniste Frédéric V du Palatinat par crainte d’une menace impériale sur les « libertés » des états et dans l’espoir d’une gloire par les armes – au grand dam de la Saxe. Mais ce sont les frères plus âgés qui participent au combat de la Montagne blanche en novembre 1620. Bernard part faire de fort brèves études à Iéna avec son frère Frédéric-Guillaume, d’un an son aîné, puis à Cobourg, la petite résidence de Jean-Casimir, un parent. Dans les années 1620, Bernard adhère à des sociétés savantes et galantes dans les environs de Weimar. Il s’engage dans diverses armées à l’âge de 18 ans, d’abord sous le commandement de son frère Guillaume. Après la bataille de Stadtlohn (1623), il s’enfuit dans les Provinces-Unies où il continue à apprendre le métier des armes et à nouer des contacts. En 1625, alors qu’il s’est engagé au service du roi de Danemark, il devient majeur sans parvenir à obtenir des droits d’héritage. Sa percée vient avec son engagement dans l’armée de Suède au côté de ses frères. Tandis que Guillaume tente de gagner au duché de Saxe-Weimar des territoires de la principauté de Mayence, Bernard veut faire carrière. À la mort du roi de Suède Gustave-Adolphe, il tente de s’imposer comme son successeur, s’approprie la base territoriale de son frère en Franconie et finit par entrer en concurrence directe avec ses frères. En 1633-1634, il se fait appeler « duc de Franconie » en guise de base de négociation ou de compensation. Il refuse aussi la paix séparée de Prague (1635) que ses frères acceptent, puis place ses troupes au service du roi de France, contribuant ainsi décisivement au prolongement de la guerre. Après l’échec d’ambitieux projets de mariage, la prise de Brisach en décembre 1638 marque le sommet de sa carrière. Il vise une base en Alsace et continue d’occuper son armée, qui représente la base de son pouvoir. Il meurt d’une fièvre subite en juillet 1639.

3Au total, cette thèse d’habilitation précise et approfondit de nombreux points qui étaient déjà connus. C’est une biographie très classique qu’elle nous offre. On regrettera en particulier que son érudition sur la cour de Louis XIII, Richelieu et Mazarin soit quasiment exclusivement allemande. Même les ouvrages de référence de Peter Wilson sont peu utilisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Astrid Ackermann, Herzog Bernhard von Weimar », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 02 mai 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13440 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13440

Haut de page

Auteur

Claire Gantet

Université de Fribourg/Universität Freiburg, IHMC-UMR 8066

https://orcid.org/0000-0002-0553-0735

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search