Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Johannes Kraus, Tradition und Pra...

2024

Johannes Kraus, Tradition und Pragmatismus

Herrschaftsakzeptanz und lokale Verwaltungspraxis im Dreißigjährigen Krieg
Claire Gantet
Référence(s) :

Johannes Kraus, Tradition und Pragmatismus. Herrschaftsakzeptanz und lokale Verwaltungspraxis im Dreißigjährigen Krieg, Göttingen: V&R unipress (Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit, 27), 2021, 498 p.

Johannes Kraus, Tradition und Pragmatismus. Herrschaftsakzeptanz und lokale Verwaltungspraxis im Dreißigjährigen Krieg, Göttingen: V&R unipress (Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit, 27), 2021, 498 p.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Cette thèse consacrée à la guerre de Trente Ans se penche sur un sujet passionnant : l’acceptation par les populations des changements brusques, voire brutaux, de gouvernants au gré des défaites ou des victoires militaires. La question est posée d’après l’exemple de la ville calviniste de Neumarkt – la deuxième ville en nombre d’habitants (1776 en 1630 !) du Haut-Palatinat, dominée par des cultivateurs et des artisans –, qui devient à partir de 1621 une ville durablement bavaroise et catholique. Au moyen de sources mobilisées dans des fonds situés à Munich, Amberg, Eichstätt et Neumarkt, il part à la trace des motifs de l’« acceptation » (Stefan Brakensiek) par les sujets des pouvoirs locaux. Johannes Kraus se revendique tant des travaux de l’anthropologue Clifford Geertz et de la méthode de la « description intense » que de la thèse avancée par Johannes Burkhardt d’une guerre qui aurait promu la « construction de l’État », et s’attache à divers domaines : la confessionnalisation catholique, l’approvisionnement des armées, la délinquance des soldats, enfin les interactions en ces champs.

2Selon un schéma déjà éprouvé – mais en sens inverse, en faveur du calvinisme –, la pression catholique commence avec la présence de soldats catholiques dans l’arrière-pays. Elle s’accentue avec la prise de la ville, le renouvellement du personnel administratif selon des critères confessionnels, avec des expulsions dès 1628, la surveillance de la fréquentation de la messe catholique et des mesures attractives, ainsi la promotion de la confrérie du Corpus Christi, de pèlerinages ou de processions, et hiérarchie des bancs dans les messes. Même si la présence de l’armée favorise l’application rapide de ces mesures, des communautés protestantes sont encore découvertes dans les années 1640.

3Les sujets ont dû, ensuite, loger et nourrir les armées. Johannes Kraus se penche sur les pratiques locales du financement de la guerre et de ravitaillement des troupes. Les autorités, sur place, s’efforcent de faire peser le poids du logement et du versement des contributions de façon égale sur les sujets, en s’inspirant des schémas rôdés de perception des impôts. Mais les sujets eux-mêmes reprennent des anciens procédés en négociant auprès des autorités les montants qu’elles sont aptes à verser. Tous ont de fait intérêt à des impôts modérés.

4Dans la lutte contre la délinquance des soldats, les autorités locales dépendent de la disposition de la population à dénoncer des délits ou à réclamer des mesures. Les dispositions se veulent préventives (ainsi le contrôle des papiers, ou de troupes de passages) ; mais les commis du prince s’immiscent aussi directement dans la justice militaire en agissant auprès des officiers. Les sujets sont des parties prenantes de ces procédés de contrôle et de poursuite, et en sont les bénéficiaires dans la mesure où elles aboutissent. Leur succès dépend des employés locaux du gouvernement, qui partagent souvent les intérêts des sujets.

5En dépit de dégâts et de pertes considérables, les structures politiques et administratives restent en place. Leur résistance s’explique, pour Johannes Kraus, par le respect des procédés rôdés, notamment en matière fiscale ; et personne n’a intérêt à une profonde déstabilisation. Une « construction de l’État » par en bas aurait ainsi lieu.

6Si le cas est bien étudié et éclairant, une comparaison avec un autre cas moins évident que Neumarkt (passage définitif du calvinisme au catholicisme sous la pression constante des soldats bavarois) aurait permis d’étayer et d’approfondir la démonstration. Johannes Kraus (notamment p. 454) relève que les sujets justifient leurs refus de versement des impôts et contributions par le fait que les autorités politiques ne sont pas en mesure de faire respecter l’ordre et la sécurité, tandis que ces dernières légitiment les contributions par le souci d’éviter les troubles et immixtions des soldats. On se demande donc si au lieu de l’approche assez univoque de Stefan Brakensiek une inspiration plus internationale, appuyée notamment sur la notion de Figuration de Norbert Elias et les travaux de Rachel Renault sur la perception de l’impôt, n’aurait pas pu dynamiser l’analyse. L’historiographie de la guerre de Trente ans a du mal à s’internationaliser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Johannes Kraus, Tradition und Pragmatismus », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 02 mai 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.13458

Haut de page

Auteur

Claire Gantet

Université de Fribourg/Universität Freiburg, IHMC-UMR 8066

https://orcid.org/0000-0002-0553-0735

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search