Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Astrid Ackermann, Markus Meumann,...

2024

Astrid Ackermann, Markus Meumann, Julia A. Schmidt-Funke, Siegrid Westphal (dir.), Mitten in Deutschland, mitten im Krieg

Bewältigungspraktiken und Handlungsoptionen im Dreißigjährigen Krieg
Claire Gantet
Référence(s) :

Astrid Ackermann, Markus Meumann, Julia A. Schmidt-Funke, Siegrid Westphal (dir.), Mitten in Deutschland, mitten im Krieg. Bewältigungspraktiken und Handlungsoptionen im Dreißigjährigen Krieg, Berlin, Boston : De Gruyter, 2024 (Bibliothek Altes Reich, 33), 611 S., ISBN 978-3-11-069132-0.

Astrid Ackermann, Markus Meumann, Julia A. Schmidt-Funke, Siegrid Westphal (dir.), Mitten in Deutschland, mitten im Krieg. Bewältigungspraktiken und Handlungsoptionen im Dreißigjährigen Krieg, Berlin, Boston : De Gruyter, 2024 (Bibliothek Altes Reich, 33), 611 S., ISBN 978-3-11-069132-0.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne

Index thématique :

Histoire militaire
Haut de page

Texte intégral

1Deux grandes lignes d’interprétation ont dominé l’historiographie de la guerre de Trente ans jusqu’au début du XXe siècle, voire jusqu’à aujourd’hui dans les médias pour grand public : 1) elle aurait constitué le point névralgique de la nation allemande livrée à des nations étrangères, et en particulier à la France, avides de la démembrer – un topos retourné ensuite en positif, en particulier lors du 350e anniversaire des traités de Westphalie en 1998, où l’on vit dans les traités de 1648 une paix modèle, voire un socle de l’Union Européenne ; 2) la guerre de Trente ans aurait été un moment de furie dévastatrice, appréhendable par l’empathie. Plus ou moins amalgamés au début du XXe siècle, ces leitmotive font de la guerre de Trente ans la « catastrophe inaugurale » de l’histoire allemande, et de nos jours un réservoir d’idées pour tenter de penser les « nouvelles guerres » du Proche-Orient ou d’Afrique (Herfried Münkler).

2En rupture avec ces héritages, le présent volume sonde les réactions des contemporains face à la guerre, leurs stratégies de survie et leurs techniques d’accommodement ou de résistance, bref, la « normalité » en temps de guerre dans un espace médian du Saint-Empire – cet ouvrage résulte en effet d’un colloque organisé par le Centre de recherches de Gotha, l’Université Friedrich Schiller de Iéna et l’Université d’Osnabrück. Au-delà des récits de la guerre, formulés par les contemporains eux-mêmes, de Gryphius à Harsdörffer, et vivaces jusque dans le roman Tyll de Daniel Kehlmann (2017), le volume part donc avant tout en quête de pratiques.

3Les récits occupent toutefois la première partie. Au moyen de trois chroniques, Andreas Bähr développe l’hypothèse que les contemporains inscrivent le vécu dans la trame de l’histoire du salut pour survivre. Pour Dirk Niefanger, les célèbres Aventures de Simplicius Simplicissimus de Grimmelshaus (1668) déroulent une écriture extrême en guise d’avertissement aux générations futures. Plus originale est la contribution de Friedrich Beiderbeck qui interroge le traitement du traumatisme chez Gryphius et Grimmelshausen.

4Markus Meumann insiste sur le fait que les images de la guerre ne montrent pas seulement les débordements des soldats vis-à-vis de la population civile, mais aussi les emportements de la société civile, largement ignorés des textes destinés au grand public ; ces derniers ne relèvent pas seulement de représailles, mais aussi de la volonté de manifester une force autonome. Les deux types de violence, qui répondent à l’épuisement des ressources locales, exacerbent la violence physique au cours du temps. Stefanie Fabian s’attache aux femmes de la population civile, approchées au moyen de sermons funéraires et d’actes administratifs ; elle relève, comme on pouvait s’y attendre, le rôle complexe de femmes qui cherchent à approvisionner leur famille, à la mettre en sécurité, à organiser les fuites ou sauver les proches, et n’hésitent pas à envoyer pétitions et réclamations à l’administration. Johannes Kraus tire de sa thèse l’exemple du négociant Hans Castner du Haut-Palatinat, qui parvient à obtenir des autorités locales la sanction des soldats qui ont commis un cambriolage en son absence, signe que l’administration continue à fonctionner.

5Le bilan inégal de la guerre sur les administrations urbaines est illustré par différents exemples. La longue occupation par les Suédois, de l’automne 1642 à 1650, de la ville commerciale de Leipzig cristallise des revendications plus anciennes de participation de la bourgeoisie aux institutions municipales, tandis que certains négociants tirent profit de la guerre – ainsi Johann Zipfel (Alexander Zirr). Les villes du nord et du nord-ouest de l’Empire, qui ne souffrent pas directement des incursions militaires, sont toutefois aussi affectées par elles : elles en profitent même par la demande accrue d’armements et de financements, et par l’afflux de réfugiés. Si la bourgeoisie peut momentanément convertir sa lourde contribution aux montants de défense en une participation aux instances municipales, ces villes (à l’exception de Hambourg) sortent lourdement et durablement endettées de la guerre (Philip Hoffmann-Rehnitz). Reprenant des exemples de sa thèse d’habilitation, Astrid Ackermann illustre le destin contrasté de fournisseurs de Bernard de Saxe-Weimar.

6De gigantesques sommes d’argent dès la fin de la guerre sont mobilisées pour construire le château de Friedenstein à Gotha. Certes, analyse Stefanie Freyer, il y va de la représentation du pouvoir, mais aussi de l’approvisionnement et de la rémunération d’une partie des sujets. Siegrid Westphal rappelle la politique de neutralité du duc Jean-Casimir de Saxe-Cobourg, qui promeut le « tiers parti » lors des négociations de paix. La politique dans la Saxe ernestine est examinée par Marcus Stiebing et Ulrike Eydinger, qui montre que la collections de feuilles volantes du duc Ernest Ier de Saxe-Gotha est notamment destinée à étayer l’enseignement à la cour et dans le Gymnase.

7Les questions religieuses forment la dernière partie. Georg Schmidt formule la thèse abrupte d’une sécularisation de la pensée, qui a permis le triomphe du pragmatisme, la signature de la paix en 1648 et à terme les Lumières. Plus raffinée, Julia Schmidt-Funke souligne que la rhétorique de la guerre comme punition divine aux péchés humains ne prend pas toujours et que le duc de Saxe-Weimar doit plutôt miser sur le réconfort. Dorothea Meier se penche sur les projets pédagogiques et sociaux de Wolfgang Ratke et leur échec.

8Comme tous les recueils collectifs, celui-ci est de qualité inégale. À côté de certaines contributions peu novatrices ou aux thèses tranchantes, on retiendra des contributions très stimulantes, notamment celles d’Alexander Zirr et de Markus Meumann. On espère que ce recueil impulsera un élan de nouvelles recherches sur la guerre de Trente ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Astrid Ackermann, Markus Meumann, Julia A. Schmidt-Funke, Siegrid Westphal (dir.), Mitten in Deutschland, mitten im Krieg », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 07 mai 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11nj2

Haut de page

Auteur

Claire Gantet

Université de Fribourg (Suisse)/Universität Freiburg (Schweiz), IHMC-UMR 8066

https://orcid.org/0000-0002-0553-0735

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search