Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2024Andreas Neumann, Gelehrsamkeit un...

2024

Andreas Neumann, Gelehrsamkeit und Geschlecht

Das Frauenstudium zwischen deutscher Universitätsidee und bürgerlicher Geschlechtsordnung (1865-1918)
Stéphanie Chapuis-Després
Référence(s) :

Andreas Neumann, Gelehrsamkeit und Geschlecht. Das Frauenstudium zwischen deutscher Universitätsidee und bürgerlicher Geschlechtsordnung (1865-1918), Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 2022, 420 p., 77,00 €.

Andreas Neumann, Gelehrsamkeit und Geschlecht. Das Frauenstudium zwischen deutscher Universitätsidee und bürgerlicher Geschlechtsordnung (1865-1918), Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 2022, 420 p., 77,00 €.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

période contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi l’accès des femmes aux universités allemandes a-t-il été si tardif par comparaison avec les autres pays industrialisés ? C’est la question à laquelle le livre d’Andreas Neumann répond grâce à l’analyse de publications qui entretiennent le débat sur l’entrée des femmes dans l’enseignement supérieur allemand au moment où il est le plus virulent, de 1865 à 1918. La thèse principale de l’ouvrage est qu’au cours de la période étudiée s’établit un consensus structurel entre les courants libéraux et conservateurs pour permettre aux femmes d’accéder à l’enseignement supérieur en Allemagne. L’originalité de l’ouvrage réside dans la volonté de comprendre comment ce consensus s’est constitué, c’est-à-dire comment l’idée de faire entrer des femmes dans les études supérieures est traitée dans le monde universitaire et dans la société allemande, et comment ces discours qui font état d’une réalité spécifique au Kaiserreich se sont modifiés et ont fini par influer en faveur de l’ouverture des universités aux femmes. L’auteur dépeint ainsi la manière dont les différents groupes sociaux se sont saisis de ce débat et entre autres, comment le premier mouvement féministe a œuvré en qualité de lobby auprès des différentes instances de décision dans un contexte universitaire et social où perdurent les modèles traditionnels des rapports entre les sexes. Dans son ensemble, le livre démontre la grande capacité de synthèse de l’auteur et un haut degré d’abstraction qui laissent pourtant une bonne part aux exemples nombreux et variés qui citent les grands noms du monde universitaire et du Frauenbewegung et permettent de découvrir des auteurs et autrices moins connus.

2Dans la version publiée de sa thèse soutenue à la Friedrich-Schiller-Universität de Iéna, l’auteur a analysé plus de 450 publications provenant d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse sur la question de l’ouverture des études supérieures aux femmes grâce au logiciel d’analyse de discours QDA et à des recherches dans des banques de données telles que la Gerritsen Collection of Arletta H. Jacobs. La mise en œuvre de nouvelles techniques d’analyse de discours, décrite avec une grande pédagogie, permet une étude quantitative et qualitative et ouvre de nouvelles perspectives à partir de sources déjà connues. Le livre est également agrémenté de tableaux et de graphiques qui permettent de mieux visualiser les résultats obtenus par le travail de codage.

3Les sources étudiées sont replacées de manière pertinente dans leur contexte d’élaboration. Dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’Empire allemand connaît une situation de croissance et d’urbanisation. De plus en plus de jeunes bourgeois étudient dans les universités en raison d’un besoin grandissant d’employés, de fonctionnaires et de chercheurs qualifiés. Dans le même temps, les postes universitaires restent rares et les jeunes diplômés se retrouvent, contraints de devenir « enseignants sans chaire » (Privatdozenten) et de s’armer de patience avant d’obtenir un poste de titulaire dans une université allemande. Le monde universitaire, comme la société wilhelminienne, ont le sentiment de vivre une situation de crise, ou du moins de transition. Il y a peu de place pour les femmes dans ces universités. Après avoir eu l’autorisation d’assister à certains cours en qualité d’auditrices libres, elles se voient refouler à l’entrée des dix universités prussiennes en 1886, avant que les autres universités allemandes ne suivent l’exemple prussien. Il ne leur reste plus qu’à aller étudier dans les universités étrangères, parmi lesquelles l’université de Zurich fait figure de pionnière puisqu’elle accueille des femmes depuis 1867.

4La méthodologie adoptée par l’auteur est résolument interdisciplinaire et confirme l’apport des catégories d’analyse sociologiques en histoire. Il s’appuie en effet à la fois sur les travaux du philosophe et historien Michel Foucault (L’Ordre du discours, 1971) et sur les travaux du sociologue Reiner Keller (Diskursforschung. Eine Einführung für SozialwissenschaftlerInnen, 2011, et Wissensoziologisches Diskursanalyse : Grundlegung eines Forschungsprogramms, 2011). L’auteur fait également sien le concept de « stabilisation dynamique » (dynamische Stabilisierung) emprunté au sociologue Hartmut Rosa pour décrire l’ouverture des universités à un public féminin.

5Le chapitre II intitulé « Potentiels de pouvoir » (Machtpotenziale) propose une reconstruction des différents discours en présence. Il met l’accent sur l’importance des titres et statuts des acteurs et du poids de l’institution dans la définition des arguments pour ou contre l’entrée des femmes à l’université et définit les champs d’action des acteurs et actrices. L’auteur dégage une forme d’homogénéité sociale des acteurs et actrices de ce débat : ils et elles évoluent toutes et tous dans un milieu bourgeois, protestant ou juif et urbain. Cette première partie permet cependant de dégager des nuances et des oppositions : tandis que la bourgeoisie possédante (Besitzbürgertum) s’exprime en faveur de l’ouverture des universités, la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum) y est plutôt opposée, par peur de la perte de prestige lié aux études et de la concurrence féminine.

6Le chapitre III portant le titre « Connaissances » (Wissensbestände) analyse différents champs thématiques mobilisés dans les discours sur l’accès des femmes à l’enseignement supérieur : société, politique, culture ; corps, sexe, esprit ; formation. Ce chapitre donne l’occasion d’identifier les nombreux clichés à l’encontre des étudiantes et des potentiels effets néfastes des études sur le corps féminin. Il met enfin au jour les tentatives de déstabilisation de ces discours, comme par exemple les discours produits dans les universités étrangères qui acceptent déjà les femmes.

7Le dernier chapitre intitulé « Effets du pouvoir-savoir » (Effekte des Macht-Wissen-Komplexes), reprenant des concepts foucaldiens, établit les conditions sociales et culturelles qui ont permis le changement, donc l’entrée des femmes dans les universités, les effets des discours sur l’institution et les changements dans ces discours. Il étudie également les effets de la diffusion des figures stéréotypées de l’étudiante sur le public universitaire.

8Pour conclure, l’auteur résume les stratégies discursives libérales ou conservatrices mises au jour par son étude et qui tournent autour de deux catégories clés : la Femme et l’Université allemande qui sont toutes l’objet d’idéalisation et de craintes (perte de la féminité dans les études, perte des spécificités de l’Université par la présence des femmes) qui ont donné lieu à la création du stéréotype de la femme d’exception (die Ausnahmefrau) dont la mise en discours a eu, entre autres pour conséquence le maintien d’une université essentiellement masculine. La mise au jour de cette représentation stéréotypée et de ses origines permet de comprendre le monde universitaire actuel, puisqu’elle a contribué à créer le plafond de verre qui empêche aujourd’hui encore la progression des carrières universitaires féminines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Chapuis-Després, « Andreas Neumann, Gelehrsamkeit und Geschlecht », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 10 juin 2024, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ifha/13517 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11sl2

Haut de page

Auteur

Stéphanie Chapuis-Després

Université Paris Cité – Laboratoire ICT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search