Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2008Müller-Benedict, Volker, Janssen,...

2008

Müller-Benedict, Volker, Janssen, Jörg, Sander, Tobias, Datenhandbuch zur deutschen Bildungsgeschichte, Band VI : Akademische Karrieren in Preussen und Deutschland 1850-1940

Marie-Bénédicte Vincent
Volker Müller-Benedict (unter Mitarbeit von Jörg Janssen und Tobias Sander), Datenhandbuch zur deutschen Bildungsgeschichte, Band VI : Akademische Karrieren in Preussen und Deutschland 1850-1940, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 2008, 301 p., ill., 74,90 €.
Haut de page

Texte intégral

1On sait que la publication de sources imprimées est une spécialité allemande enviée par les historiens français : la parution du sixième volume de la série Datenhandbuch zur Bilmdungsgeschichte ravira donc tous ceux qui recherchent des données sur les filières universitaires et les métiers de diplômés en Allemagne entre 1850 et 1940. Ce recueil est en fait conçu comme la suite du premier volume de H. Titze sur la fréquentation des universités prussiennes et allemandes par facultés (deux tomes parus en 1987 et 1991). Il peut s’utiliser à la fois comme un précieux outil de travail et comme l’aboutissement d’une enquête comparative.

2Six filières universitaires ont été choisies : la théologie protestante, le droit, la médecine et la pharmacie, le professorat, les sciences de l’ingénieur et la chimie. Ces filières regroupent à elles seules 90% des étudiants jusqu’en 1900 et encore plus de 70% jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Elles permettent d’aborder la diversité des métiers de diplômés, en termes de statut (fonctionnaires, professions libérales, employés), d’ancienneté (opposition entre les anciens et les nouveaux métiers) ou de degré de « professionnalisation » (on entend par ce terme d’origine anglo-saxonne la marge d’autonomie des métiers vis-à-vis de l’État et le contrôle exercé par les pairs sur le recrutement et la régulation des carrières). Rappelons que le thème de la « professionnalisation » a été au cœur du débat sur l’idée d’une éventuelle « voie séparée » allemande par comparaison avec les autres pays d’Europe de l’Ouest. T.S., l’un des co-auteurs du livre, fait d’ailleurs un point très utile sur le sujet.

3 La structure de l’ouvrage est elle aussi extrêmement claire. La première partie, comparative, traite l’ensemble des filières : construite thématiquement, elle aborde successivement les aspects de croissance et différenciation des métiers, la question de l’organisation des examens universitaires et d’État, la structure par âge des métiers, les revenus des titulaires, ainsi que le développement inégal des organisations professionnelles. La seconde partie présente ensuite successivement chacune des filières universitaires, avec à chaque fois une structure analogue et les mêmes subdivisions de chapitres, de manière à favoriser la comparaison. On a d’abord une description de l’évolution générale du métier (chronologie de la mise en place des examens, croissance et différenciation des effectifs, structure du marché du travail sur la durée, origine sociale des individus). Suivent les tableaux de données et les graphiques. Ainsi pour le droit, on dispose des statistiques concernant les deux examens d’État (jusqu’alors ces données étaient uniquement disponibles dans les archives de Prusse, Geheimer Staatsarchiv Preussicher Kulturbesitz), l’évolution du nombre de juges, procureurs, avocats et notaires en rapport avec la croissance de la population prussienne, mais aussi les « années d’attente » jusqu’à la titularisation des assesseurs dans la fonction publique et la structure par âge des magistrats (thème de la « saturation » récurrente du marché du travail et du sentiment de « crise » de la profession, comme par exemple sous la République de Weimar par opposition aux années précédant la Première Guerre mondiale, avec les conséquences politiques que l’on connaît).

4L’originalité de ce recueil, répétons-le, réside dans l’importance des données ainsi rendues disponibles aux historiens. L’équivalent en français n’existe pas. Difficile donc de ne pas être satisfait ! La seule limite à l’ouvrage est peut-être son cadre géographique, puisqu’il ne traite que la Prusse (exceptionnellement la Saxe et la Bavière). Le plus : une banque de données internet est adossée au recueil (une innovation par rapport aux volumes précédents). Elle est accessible via deux sites web qui, outre l’ensemble des données publiées sur papier, apportent compléments et références d’archives précises : http://www.zml.uni-flensburg.de/akka ; http://www.histat.gesis.org.

5Marie-Bénédicte Vincent (Université d’Angers)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Bénédicte Vincent, « Müller-Benedict, Volker, Janssen, Jörg, Sander, Tobias, Datenhandbuch zur deutschen Bildungsgeschichte, Band VI : Akademische Karrieren in Preussen und Deutschland 1850-1940 », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.1723

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search