Navigation – Plan du site
1995

TAMMEN, Silke, Manifestationen von Antiklerikalismus in der Kunst des Mittelalters

Joseph Morsel
Hans BELTING, Das Bild und sein Publikum im Mittelalter. Form und Funktion früher Bildtafeln der Passion, Berlin: Gebr. Mann (Studio-Reihe), 1995 (2e éd.), 317 p., 68 DM.
Günther BINDING, Andreas SPEER (dir.), Mittelalterliches Kunsterleben nach Quellen des 11. bis 13. Jahrhunderts, Stuttgart/ Bad Cannstatt: frommann-holzboog, 1993, 346 p., 81 DM.
Silke TAMMEN, Manifestationen von Antiklerikalismus in der Kunst des Mittelalters, Frankfurt am Main/ Griedel: Afra (AAS, Kunstwissenschaften), 1993, 212 p., 30 DM.
Haut de page

Texte intégral

1Au moins depuis H.B., on sait que l'emploi de la notion d'« art » est extrêmement problématique pour caractériser et situer dans l'ensemble des productions culturelles de la société médiévale les objets en deux ou trois dimensions, sculptés et/ou peints, qui figurent dans nos musées, ces imagines dont la fonction était tout autre que de décoration. Pourtant, ces objets se caractérisent par une forme spécifique, qui ne les laisse pas réduire à de simples supports d'un message particulier: ce qu'ils disent, ils le disent d'une certaine manière (ce qui inclut non seulement le style, mais également des aspects extérieurs comme la dimension), et il est certain que dans ce domaine - comme d'ailleurs dans celui de ce qu'on appellera plus tard la littérature - la forme fait sens. A travers l'étude d'un motif et d'une forme spécifique, la représentation de la Passion sur panneau, H.B. tente de montrer comment la fonction attribuée à l'image, et donc le public envisagé, détermine la forme du motif. Cette étude qui a fait date et dont la première édition date de 1981 vient d'être heureusement rééditée en format de poche.

2L'ouvrage dirigé par G.B. et A.S. s'est assigné également une forte ambition théorique. Fruit d'un séminaire interdisciplinaire d'histoire de l'art et de philosophie, centré sur une période et une réalisation précise (avec leurs précédents, leurs après et leurs à-côtés), l'abbaye de Saint-Denis au temps de Suger, il a pour objectif, étant entendu que la notion d'« art » fait problème, de vérifier s'il existe une « esthétique » médiévale, terme lui-même trop moderne et donc remplacé par celle - dont les auteurs reconnaissent les difficultés - de Kunsterleben (appréhension, expérience de l'activité artistique). On a donc ici affaire essentiellement à un ouvrage de « philosophie historique du discours esthétique », qui s'attache aux textes produits non seulement par Suger mais par d'autres de ses contemporains sur les problèmes de formalisation, ce qui explique entre autres l'absence totale de reproductions d'oeuvres d'art (alors qu'on y trouve des éditions et traductions - en allemand - de textes philosophiques latins): il s'agit moins d'expliquer une oeuvre d'« art » (en l'occurrence l'abbaye de Saint-Denis) que de mettre à jour les principes de formalisation du « beau » qui y ont présidé. On a ainsi une étude sur la notion d'ars chez Hugues de Saint-Victor (notamment dans son Didascalicon), une sur celle de contemplatio chez Richard de Saint-Victor (avec édition et traduction d'une partie du De gratia contemplationis), une sur la notion d'architector chez Thomas d'Aquin et une autre sur celle de forma chez Robert Grosseteste (avec édition et traduction de sa lettre De unica forma omnium). Suger a quant à lui laissé trois textes importants concernant son abbaye (une Ordinatio vers 1140/42, un De consecratione postérieur à 1144/45 et un De administratione antérieur à 1151). Ces textes sont donc longuement étudiés ici, et ce dans deux perspectives différentes: les trois textes livrent les conceptions de Suger en matière de liturgie, conçue comme un ensemble de signes visibles susceptibles de restituer l'invisible (benedictionibus visibilibus invisibiliter restauras, dit Suger, ce qui correspond tout à fait à l'« imagination de l'invisible » dont parlait Hugues de Saint-Victor au sujet de l'art sacré), signes par ailleurs inséparables de la disposition architecturale des lieux de culte, d'où la possibilité d'étudier ces trois textes dans la perspective d'un discours sugérien sur l'architecture sacrée et la production d'un sens positif. Par ailleurs, l'examen plus détaillé du De consecratione ecclesiae Sancti Dionysii fait apparaître que Suger ne dispose pas d'une culture technique et architecturale supérieure (ni inférieure) à celle de ses contemporains (il ne peut être non plus considéré comme l'« inventeur » de la construction gothique), mais doit plutôt être replacé dans la tradition des grands prélats bâtisseurs comme Bernward de Hildesheim, Meinwerk de Paderborn ou Bennon d'Osnabruck. Deux études consacrées à deux autres bâtiments choisis pour comparaison et qui occupent une place importante dans l'histoire architecturale closent l'ouvrage: l'une sur le Tractatus de Gervais de Canterbury concernant la cathédrale Christ Church du lieu, détruite en 1174 par un incendie et dont la reconstruction et les choix architecturaux y afférents ont fait l'objet d'un commentaire par le moine Gervais; l'autre sur l'abbatiale Sainte-Bénigne de Dijon, dont la construction au début du XIe s. a été relatée par un moine dans la chronique de l'abbaye - laquelle, en l'absence de l'église, aujourd'hui disparue, constitue la seule source permettant d'imaginer ce que celle-ci fut, ce qui permet aussi de mieux percevoir les points forts (et donc significatifs) d'une telle description, puisque l'absence de l'original se traduit par des « blancs » ou des parties surchargées (par exemple les autels et tombes présents dans l'église) dans notre connaissance, que la présence de l'original nous amènerait à régulariser implicitement. Un bel ouvrage.

3La critique radicale de l'Eglise, que S.T. rattache à l'hérésie et à l'anticléricalisme, ne s'est pas seulement manifestée par la critique verbale et/ou textuelle et par l'iconoclasme, mais également par la production d'images et d'une iconographie précisément « anticléricale » ou « hérétique ». Prenant ainsi le contre-pied de la tradition (remontant au moins à Pierre Francastel), S.T. livre ici une étude de quelques thèmes « anticléricaux » des XIVe et XVe s. (avant, il n'y a rien, après il y a la Réformation et ses positions spécifiques) comme les Dominicains régurgitant des grenouilles, les Papes représentés comme bêtes de l'Apocalypse ou comme Antéchrist et Empereur hostile aux Chrétiens, les Enfers pleins de clercs sur les Jugements derniers, les évêques représentés comme Juifs, ou meurtriers des Apôtres, ou piétinés, etc. Un dossier de 29 images clôt l'ouvrage. Problème fondamental: est-il légitime de considérer les catégories « hérétique » ou « anticlérical » comme descriptives, propres à classifier des thèmes? Ne s'agit-il pas là plutôt d'un résultat de l'affrontement de discours, ces images illustrant moins l'anticléricalisme des auteurs (dont la plupart sont inconnus, mais dont certains semblent être eux-mêmes des clercs) qu'ils ne permettent de construire peu à peu une représentation de l'anticléricalisme qui appartient aujourd'hui encore à notre culture visuelle. Bref, l'anticléricalisme n'est-il pas au débouché plutôt qu'à l'origine de ces images?

4Joseph MORSEL

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Morsel, « TAMMEN, Silke, Manifestationen von Antiklerikalismus in der Kunst des Mittelalters », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 1995, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1904

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals