Navigation – Plan du site
1994

ESPAGNE, Michel, Le paradigme de l'étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle

Christophe Duhamelle et Patrice Veit
Michel ESPAGNE, Le paradigme de l'étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle, Paris: Cerf (Bibliothèque franco-allemande), 1993, 379 p., 185 FF.
Haut de page

Texte intégral

1Le premier cours de littérature étrangère en France, celui de Claude Fauriel, ne débuta à Paris qu'en décembre 1830. Est-ce à dire qu'on ignorait jusque-là tout des productions littéraires d'autres pays? Cette nouvelle création, que suit assez vite la mise en place du même enseignement dans les universités de province, est plutôt l'indice d'une transition entre une conception universelle de la littérature (un universel pensé comme naturellement dominé par la France) et l'appréhension des « caractères nationaux » à partir des ouvrages de l'esprit. En étudiant les chaires de littérature étrangère, M.E. peut donc reconstituer une facette officielle du prisme au travers duquel l'étranger est vu, en France, aux temps du nationalisme.

2Cet ouvrage permet de découvrir concrètement – en suivant les professeurs, leur formation, l'orientation de leurs cours, leurs auditoires souvent limités – l'apparition de la nouvelle discipline, qui tend à son tour à se diviser en « spécialités » à la fin du siècle, à mesure que les études germaniques, anglaises, italiennes, slaves, etc. s'individualisent. L'auteur montre ainsi comment, à partir d'analyses philologiques, se développe une nouvelle approche des textes étrangers, non plus sur le seul critère du goût, mais en fonction d'un concept d'identité culturelle fondé sur l'étude des grands textes et sur une division en « domaines » (le Nord, le Sud, les Slaves...).

3Dans ce procès d'invention de l'étranger, l'Allemagne joue depuis Madame de Staël – un rôle moteur sans que, tant s'en faut, les chaires de littérature étrangère aient l'initiative en ce domaine. Ce sont en effet les instruments d'analyse développés d'abord en Allemagne (philologie, historicisme...) qui, diffusés entre autres par une forte immigration allemande et par les Alsaciens, contribuent à forger la notion d'identité culturelle qui s'exprime dans le nouvel enseignement et rejaillit également sur l'étude de la littérature française ou régionale. Si l'Allemagne devient ainsi le paradigme de l'étranger, elle contribue donc aussi à construire, en réaction/imitation, le critère du national.

4Christophe DUHAMELLE, Patrice VEIT

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Duhamelle et Patrice Veit, « ESPAGNE, Michel, Le paradigme de l'étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 1994, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ifha/2053

Haut de page

Auteurs

Christophe Duhamelle

Articles du même auteur

Patrice Veit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals