Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2007JÜNGER, Ernst, HIELSCHER, Friedri...

2007

JÜNGER, Ernst, HIELSCHER, Friedrich, BREUER, Stefan, SCHMIDT, Ina, Ernst Jünger – Friedrich Hielscher: Briefwechsel

Nicolas Le Moigne
Ernst Jünger – Friedrich Hielscher : Briefwechsel, éd. Stefan BREUER et Ina SCHMIDT, Stuttgart : Klett-Cotta, 2005, 556 p., 34 €.
Haut de page

Texte intégral

1Les spécialistes de l’Allemagne contemporaine connaissent le sociologue S.B. pour ses travaux sur la droite allemande, comme L’anatomie de la Révolution conservatrice, qui a été traduite en français. Son élève I.S. s’est pour sa part signalée en 2005 par la publication de sa biographie du penseur néo-païen Friedrich Hielscher (Der Herr des Feuers, voir le compte rendu dans le présent Bulletin) dont elle publie ici avec S.B. la correspondance avec Ernst Jünger. En France, on a tendance à retenir de ce dernier surtout l’écrivain combattant des Orages d’Aciers, ou le vieux sage esthète des Chasses subtiles. Ici, c’est le publiciste politique de la République de Weimar qui apparaît, engagé dans les rangs de ce qu’A. Mohler, qui a été son secrétaire, a baptisé la « Révolution conservatrice ». S.B. et I.S. préfèrent parler de néo-nationalisme : celui des penseurs de la droite allemande qui acceptent la fin de la monarchie et veulent assumer le monde moderne et notamment la technique, comme le fait Jünger à l’époque en portant aux nues l’homme prométhéen dans Le Travailleur (1932). Jünger professe également à l’époque des sympathies pour les courants nationaux-bolchéviques autour d’Ernst Niekisch. Hielscher quant à lui dirige une Église néo-païenne qui mêle des éléments pseudo-nordiques et un mode de vie communautaire autour du gourou. Loin d’être pris pour un illuminé, il a pignon sur rue dans l’intelligentsia de droite de Weimar ; son groupe se maintiendra jusqu’à sa mort en 1985, en passant par la résistance au nazisme.

2La correspondance éditée ici s’étire sur une longue période : 1927-1985, avec de longues interruption (aucune lettre pour les années 1970). Les thèmes politiques disparaissent peu à peu après la Seconde Guerre mondiale. Le thème dominant pour la période de Weimar et l’époque nazie est celui de la « germanité ». Définition mouvante chez Jünger (assomption de la modernité, rôle de la Bildung, expérience de la guerre et de la défaite), obsession de le « mission sacrée » chez Hielscher, qui exhorte ses fidèles à noyauter les positions de pouvoir pour être la caste de prêtres qui dirigera la nouvelle Allemagne : les deux hommes témoignent de sensibilités opposées, mais qui se rejoignent dans la dimension centrale qu’ils accordent tous deux à la définition de l’« Être allemand » (Deutschsein). Tous deux grossiront à partir de 1933 les rangs de l’« exil intérieur », celui des intellectuels conservateurs opposés au nazisme, et se retrouveront sous les barreaux après l’attentat du 20 juillet 1944, illustrant le drame des penseurs de la tradition face à la tragédie nazie.

3Nicolas LE MOIGNE (Lycée Michel-de-Montaigne, Mulhouse)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Le Moigne, « JÜNGER, Ernst, HIELSCHER, Friedrich, BREUER, Stefan, SCHMIDT, Ina, Ernst Jünger – Friedrich Hielscher: Briefwechsel », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/545 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.545

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search