Navigation – Plan du site
2013

Michael Borgolte, Juliane Schiel, Bernd Schneidmüller, Annette Seitz (dir.), Mittelalter im Labor. Die Mediävistik testet Wege zu einer transkulturellen Europawissenschaft | Michael Borgolte, Bernd Schneidmüller (dir.), Hybride Kulturen im mittelalterlichen Europa. Vorträge und Workshops einer internationalen Frühlingsschule. Hybrides Cultures in Medieval Europa. Papers and Workshops of an International Spring School

Berlin : Akademie Verlag (Europa im Mittelalter 10), 2008, 596 p., 69,80 € | Berlin : Akademie Verlag (Europa im Mittelalter 16), 2010, 342 p., 69,80 €
Pierre Monnet
Michael Borgolte, Juliane Schiel, Bernd Schneidmüller, Annette Seitz (dir.), Mittelalter im Labor. Die Mediävistik testet Wege zu einer transkulturellen Europawissenschaft, Berlin : Akademie Verlag (Europa im Mittelalter 10), 2008, 596 p., 69,80 €
Michael Borgolte, Bernd Schneidmüller (dir.), Hybride Kulturen im mittelalterlichen Europa. Vorträge und Workshops einer internationalen Frühlingsschule. Hybrides Cultures in Medieval Europa. Papers and Workshops of an International Spring School, Berlin : Akademie Verlag (Europa im Mittelalter 16), 2010, 342 p., 69,80 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Mittelalter

Index thématique :

Kulturgeschichte
Haut de page

Texte intégral

1Ces deux ouvrages rassemblent les résultats d’étape des travaux d’un grand projet de recherche conduit entre 2005 et 2011 sous la responsabilité de M. Borgolte (Berlin) et B. Schneidmüller (Heidelberg) et financé par la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft) sous l’appellation de Schwerpunktprogramm (SPP, programme thématique). 50 chercheurs issus de 14 disciplines différentes, originaires de 17 universités allemandes et européennes ont été mobilisés dans ce cadre pour observer les phénomènes « d’intégration et de désintégration des cultures au Moyen Âge ». Partant de l’hypothèse que l’Europe n’a jamais constitué une unité culturelle, pas plus au Moyen Âge qu’à d’autres époques, les concepteurs du programme ont pris pour fil rouge l’étude des transferts, échanges et adaptations de cultures diverses au cours du millénaire médiéval, la religion chrétienne constituant certes un système d’interprétation, le plus cohérent et le plus dominant du moment, mais sans prédisposition à l’exclusion de l’autre. Il en résulte que l’ensemble des travaux a été guidé par la prise en compte de l’interaction entre les monothéismes au Moyen Âge, non seulement au cœur de la Chrétienté occidentale mais aussi et plus encore par contraste en ses périphéries, de Moscou à la Scandinavie, de l’Irlande à l’Andalousie, des confins asiatiques aux bords africains. Seule une telle approche est de nature, pour suivre l’argumentaire principal du projet dont ces deux publications se font le fidèle reflet international, interculturel et interdisciplinaire, à surmonter à la fois l’histoire nationale et son grand récit façonné par l’État-nation moderne d’une part et la notion d’identité qui lui est idéologiquement arrimée de l’autre.

2C’est donc dire si la dynamique historique recherchée sur le temps long et dans la diversité spatiale des sociétés médiévales est associée non à une quelconque spécificité périodique mais bien davantage à la nature originale, au type d’expressions et de supports des processus d’intégration et de désintégration que l’on peut y repérer. L’originalité de l’approche se double d’une originalité méthodologique et technologique : un fonctionnement en réseau et par équipes disséminées sur tout le territoire allemand et européen, mais aussi la création (précisément pour permettre à ce réseau articulé autour de sept groupes de recherche de communiquer) d’une plateforme de travail collaboratif baptisée « SPPedia » (http://www.spp1173.uni-hd.de/​wasistspp.html et https://www2.hu-berlin.de/​sppedia/​index.php5/​Hauptseite).

3Cinq grands colloques fédéraux, neuf publications collectives (parmi lesquelles figurent les deux présentement recensées), 24 sous-projets ont été coordonnés au sein de ce programme d’une ampleur et d’une variété sans équivalent comme on le voit, articulés autour de sept groupes de travail : les contacts entre monde byzantin, russe et scandinave (I), les expériences de l’altérité et du paganisme (II), les contacts entre minorités confessionnelles et les hérésies (III), les transferts culturels et linguistiques entre christianisme, islam et judaïsme (IV), les liaisons et ruptures entre Orient et Occident (V), les pouvoirs politiques et la gestion de l’altérité (VI), les processus d’acculturation (VII). C’est toute la richesse de ces projets que l’on retrouve déclinée dans les deux ouvrages, dont la table des matières reprend les thématiques poursuivies et approfondies par les sous-projets : l’ordre impérial à Byzance, la culture mozarabe, la culture des conciles et des assemblées, les processus de traduction entre Orient et Occident, les conceptions du temps, la formation des élites dans les milieux juifs, chrétiens et mozarabes, les représentations de la mission entre Empire et papauté, les processus d’acculturation linguistique, la pensée de l’altérité, les marges comparées de l’islam et de la chrétienté, les transferts artistiques, les espaces oraux et écrits dans la communication alto-médiévale, la perception des hérésies, les contacts russo-byzantins, russo-scandinaves et byzantino-scandinaves au Moyen Âge central, les expériences et les définitions de l’hérésie au sein des trois monothéismes, la représentation comparée du monde et des frontières par la carte entre Orient et Occident, la construction des identités par la littérature, la pensée de l’échec après la fin des Croisades, les motifs et topoï comparés de la conversion…

4Au terme de la lecture de cette variété baroque, ce n’est pas à l’impression d’une incohérente hétérogénéité que l’on aboutit mais c’est bien plutôt un monde (médiéval puisqu’il faut bien le situer ainsi dans le discours des historiens et pour les institutions qui en financent l’étude) de l’hybridité, de l’adaptation des différences au sein d’une « zone des monothéismes », de la mixité des transferts et des échanges qui s’ouvre ; à l’opposé de l’image idéologiquement construite d’une chrétienté médiévale unie par sa latinité, la foi de son Eglise et l’ardeur conquérante de sa chevalerie. Ce renversement des paradigmes sonne certes très politiquement correct mais il applique au Moyen Âge, avec vraisemblance et innovation, à la fois les méthodes d’une comparaison transculturelle et un postulat heuristique productif, à savoir que la construction de la catégorie de soi est indissociable des processus d’inclusion et d’exclusion qui la traversent, avec ses déviances, ses importations, les succès et les échecs de ses emprunts. Au détour, c’est aussi toute la puissance de construction idéologique et sociale de la « littérature » qui est remise au cœur de l’enquête, une littérature certes produite par une minorité de lettrés, mais écoutée et appropriée par un nombre toujours plus large et divers qu’on ne le pense ordinairement pour le Moyen Âge.

5Les résultats finaux du programme ont été publiés en 2011 par Michael Borgolte, Julia Decker, Marcel Müllerburg et Bernd Schneidmüller (dir.), Integration und Desintegration der Kulturen im europäischen Mittelalter, Berlin : Akademie Verlag (Europa im Mittelalter 18), 2011, 650 p., 99,80 €.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet, « Michael Borgolte, Juliane Schiel, Bernd Schneidmüller, Annette Seitz (dir.), Mittelalter im Labor. Die Mediävistik testet Wege zu einer transkulturellen Europawissenschaft | Michael Borgolte, Bernd Schneidmüller (dir.), Hybride Kulturen im mittelalterlichen Europa. Vorträge und Workshops einer internationalen Frühlingsschule. Hybrides Cultures in Medieval Europa. Papers and Workshops of an International Spring School », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ifha/7508

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals