Navigation – Plan du site
2013

Monika Kubrova, Vom guten Leben. Adelige Frauen im 19. Jahrhundert

Berlin : Akademie Verlag (Elitenwandel in der Moderne 12), 2011, 422 p., 99,80 €
Thierry Jacob
Monika Kubrova, Vom guten Leben. Adelige Frauen im 19. Jahrhundert Berlin : Akademie Verlag (Elitenwandel in der Moderne 12), 2011, 422 p., 99,80 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Neuere und Neueste Geschichte
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse soutenue à l’université de Halle en 2009, cet ouvrage présente deux grands mérites : il comble d’abord une lacune d’importance en s’intéressant aux femmes de la noblesse de l’époque contemporaine, thématique fortement négligée par l’historiographie, il inscrit deuxièmement cette thématique dans une démarche heuristique alliant histoire du genre, de la « nobilité » (Adeligkeit), de la famille et de l’usage de l’autobiographie comme source.

2Le but de M. Kubrova n’est pas en effet d’écrire une histoire de la noblesse au féminin, mais de s’interroger sur ce qui fait une « vie accomplie » (« ein gutes Leben ») d’une femme de la noblesse du XIXe siècle en examinant la relation entre les normes posées par le groupe et les pratiques et expériences individuelles des femmes, le rapport à la famille et le fait d’« avoir une famille » revêtant une importance centrale. L’étude se fonde sur l’exploitation de 36 autobiographies de femmes rédigées (et publiées pour l’essentiel) entre 1900 et 1930 et centrées sur la seconde moitié du XIXe siècle, le panel retenu permettant d’appréhender la diversité sociologique du monde noble, de l’épouse de souverain à celle du propriétaire foncier local. C’est donc à une analyse des autoreprésentations des femmes de la noblesse que se livre M. Kubrova, sans cependant s’enfermer dans ce strict cadre puisqu’elle inscrit également sa démarche en constant rapport avec les représentations du monde masculin.

3La première partie de l’ouvrage montre qu’il n’existe pas un modèle bourgeois et masculin unique d’autobiographie, mais que tout dépend de l’utilité et du sens que son auteur lui donne comme de son inscription dans la réalité sociale. Selon M. K., deux types d’autobiographies caractérisent ainsi les récits des femmes de la noblesse : d’une part l’« autobiographie centrée sur le ‘je’«  qui laisse place à l’expression de la personnalité et au déroulé chronologique de la vie en prenant ses distances par rapport aux conventions du genre et du groupe nobiliaire, et, d’autre part, le « récit du nous » (« Wir-Geschichten ») qui, au contraire, inscrit son auteure pleinement dans son groupe et la présente comme une représentante parfaitement intégrée dans les attentes et normes d’une vie nobiliaire.

4Cette distinction entre deux types de récit autobiographique donne son armature aux trois parties suivantes. La seconde analyse les « récits du nous » et passe en revue tous les critères d’une « biographie normale », c’est-à-dire d’une femme mariée et dotée d’une famille, en montrant aussi bien l’importance fondamentale de cette dernière dans la structuration de sa vie, mais aussi le partage des tâches entre hommes et femmes et les divers rôles qu’assument les femmes de la noblesse entre actions caritatives, fonctions curiales et représentation en tant qu’épouses d’officiers, de diplomates ou de propriétaires fonciers. Consacrée aux conflits biographiques, la troisième partie thématise, à partir de cinq exemples, les itinéraires de vie « non-conformes » de femmes en rupture avec leur milieu familial (mésalliances, volonté d’autonomie individuelle et professionnelle, socialiste…) ou pour lesquelles l’instance familiale ne joue plus son rôle structurant, notamment en termes matériels ou de socialisation. Le « je » se montre ici pris entre autonomie et lien au groupe, reconnaissance et rejet de la situation personnelle et tous les récits ont en commun de mettre en avant que les rôles « genrés » et traditionnels assignés aux femmes ont constitué un obstacle à leur accomplissement personnel, notamment en matière d’éducation. La dernière partie aborde des femmes prises entre « nous » et « je », à savoir les femmes demeurées célibataires, certes intégrées dans leur monde mais jouant un rôle plus périphérique. Pour appréhender ces célibataires, M Kubrova s’intéresse à l’évolution des chapitres nobiliaires (Stift) qui leur servaient autrefois de cadre d’existence pour montrer que ces derniers perdent de plus en plus d’importance au début du XXe siècle face aux velléités d’autonomie ou de carrière professionnelle, de plus en plus acceptées.

5Bien documenté, remettant en cause bien des a priori du rapport hommes-femmes et de la situation et des rôles des femmes de la noblesse, cet ouvrage relit l’histoire culturelle de la noblesse à partir de l’outil d’analyse du genre et la méthode s’avère ici fructueuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Jacob, « Monika Kubrova, Vom guten Leben. Adelige Frauen im 19. Jahrhundert », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ifha/7527

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals