Navigation – Plan du site
2013

Lothar Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft

München : Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte, Band 25), 2012, 148 p., 19,80 €
Marie Drut-Hours
Lothar Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, München : Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte, Band 25), 2012, 148 p., 19,80 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Epochenübergreifend
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, consacré à l’analyse de l’évolution des structures sociales allemandes entre le milieu du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle, est la réédition d’un manuel paru en 1993 dans une collection bien connue des étudiants et du public éclairé allemands, qui n’est pas sans rappeler au lecteur français la collection Nouvelle Clio des P.U.F. ; elle n’en diffère que par l’ordre des rubriques constitutives du plan imposé à tous les auteurs : 1. l’état des connaissances sur la question traitée, 2. les problématiques et tendances de la recherche, 3. bibliographie analytique.

2Le contenu de l’ouvrage n’a fait l’objet d’aucun remaniement, ce dont l’auteur se justifie dans la préface à cette nouvelle édition en invoquant l’absence d’un véritable renouvellement de la recherche dans les deux dernières décennies, tant en ce qui concerne les thématiques que les schémas d’analyse. La première partie reprend donc telles quelles les grandes lignes de la démonstration originale : constat du décalage croissant, au XVIIIe siècle, entre le modèle de la société d’ordres et l’émancipation de certaines catégories sociales, analyse des facteurs démographiques, économiques et politiques du dynamisme social, rappel de l’impact de la Révolution française et surtout de l’occupation napoléonienne sur les mutations des sociétés allemandes, présentation des nouvelles théories et représentations de la société au début du XIXe, puis définition des structures de la société bourgeoise naissante, analyse des relations ambiguës entre anciennes et nouvelles élites et des nouveaux fronts conflictuels. Au terme de la démonstration, L. Gall précise ce qui constitue, à ses yeux, la spécificité de la société allemande de la première moitié du XIXe siècle, héritière de l’Aufklärung, fondée sur une foi partagée en l’avenir d’une société ouverte, capable à terme de transcender les clivages sociaux par la culture et l’éducation. Le bilan historiographique de la deuxième partie reprend aussi les grandes problématiques de la recherche des années 1970 à 1990 : les notions de modernité, de société d’ordres, de société bourgeoise, d’opinion publique, de réformisme, ainsi que les questions de l’influence de la Révolution française, de l’évolution des différents groupes sociaux et du rôle de la « révolution éducative » ; il s’appuie sur une bibliographie qui ne comporte aucune référence postérieure à la date de la première édition.

3C’est dans la préface écrite pour cette nouvelle édition qu’il faut chercher la nouveauté : elle réside dans la prise de position très offensive de l’auteur en faveur de la thèse défendue par « l’école de Francfort » et illustrée par ce volume, fondée sur le principe de la continuité entre ancienne et nouvelle bourgeoisies et expliquant l’évolution des structures sociales par une dynamique interne. Ce faisant, L. Gall critique sans ménagement ses collègues de « l’école de Bielefeld » qui, opposant radicalement anciennes et nouvelles bourgeoisies, ne conçoivent d’évolution que dans la rupture, au risque, selon lui, de forger un « idéal-type » du « vrai bourgeois » bien éloigné de la réalité historique. Ainsi, ce qui était implicite dans la première édition à travers la démonstration de la première partie de l’ouvrage, devient parfaitement explicite et la réédition à l’identique se trouve justifiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Drut-Hours, « Lothar Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ifha/7650

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals