Skip to navigation – Site map

HomeReviewsDate of review2013Michael Grunewald et Uwe Puschner...

2013

Michael Grunewald et Uwe Puschner (dir.), Krisenwahrnehmungen in Deutschland um 1900. Zeitschriften als Foren der Umbruchzeit im Wilheminischen Reich/Perceptions de la crise en Allemagne au début du XXe siècle. Les périodiques et la mutation de la société allemande à l’époque wilhelmienne

Bern : Peter Lang (Convergences, Vol. 55), 2010, 598 p., 76,60 €
Jochen Hoock
Michael Grunewald et Uwe Puschner (dir.), Krisenwahrnehmungen in Deutschland um 1900. Zeitschriften als Foren der Umbruchzeit im Wilheminischen Reich/Perceptions de la crise en Allemagne au début du XXe siècle. Les périodiques et la mutation de la soci
Top of page

Full text

1Ce gros ouvrage collectif réunit 27 contributions à un colloque organisé en décembre 2007 par le Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine (CEGIL) et le Friedrich Meinecke Institut de la Freie Universität Berlin qui se penchent sur le rôle de la presse périodique dans la perception et l’articulation d’une conscience de crise dans la société allemande au début du XXe siècle. Comment enregistre et façonne-t-elle l’expérience d’un changement accéléré ? Quelle en sont à ses yeux les causes profondes et comment conçoit-elle la sortie de crise ? De quelle manière enfin contribue-t-elle elle-même à la mutation de la société allemande au début du XXe siècle ?

2Après une esquisse des spécificités l’époque dite wilhelmienne, qui aborde pour l’essentiel ses caractéristiques politiques et culturelles, une série d’études de cas s’attache à une analyse de la conscience de crise telle qu’elle s’exprime dans les revues confessionnelles et politiques que complète un panorama des revues culturelles et de quelques organes de groupes spécifiques comme la noblesse, le corps militaire et le mouvement des femmes. Les trois premiers essais de Rüdiger vom Bruch, Reiner Markowitz et Gilbert Merlio tentent surtout de définir la notion de crise et d’en mesurer la portée dans des domaines aussi différents que ceux du système scientifique, de la politique extérieure et de la vie culturelle. C’est surtout Gilbert Merlio qui relève avec le syncrétisme propre à la critique culturelle la transversalité d’un courant critique qui affecte l’ensemble des manifestations de la vie sociale et politique.

3Cette analyse trouve en grande partie sa confirmation dans la présentation des courants confessionnels dont les principaux centres d’intérêt sont, à côté des tendances modernistes et antimodernistes, les relents d’antisémitisme qui traversent l’ensemble des courants de pensée et qui trouvent leur écho dans l’évolution du judaïsme allemand. L’analyse des revues politiques, allant des organes de tendance social-démocrate aux revues nationalistes en passant par ceux des libéraux du Sud-ouest et des conservateurs prussiens, révèle une attitude critique presque unanime face aux pouvoirs en place qui n’est pas sans surprendre. Le départ de Bismarck marque ici un point de rupture qui se confond avec celle du tournant du siècle qui devient l’occasion de mettre en relief toutes les tensions traversant la société allemande. Le rôle que jouent la sociologie naissante et l’histoire nationale dans ce contexte n’est, si l’on pense aux interventions d’Emile Durkheim dans le débat français, nullement une spécificité germanique, par contre son expression à travers l’anthropologie sociale tendant à faire de la biologie le facteur d’intégration par excellence atteint entre 1900 et 1914 un seuil significatif affectant au-delà des disciplines d’origine le discours culturel en général. La place des revues dites culturelles dans les débats de sociétés avant la première guerre mondiale est sans doute l’aspect le plus révélateur et intéressant dans ce vaste panorama sociétal. La Deutsche Rundschau, Der Kunstwart de Ferdinand Avenarius ou la Zukunft de Maximilian Harden marquent plus que toute autre publication l’air du temps tout en en révélant les profondes contradictions. De fait, même des revues comme Cosmopolis, dont le but explicite est l’entente internationale, n’échappent pas à la conscience de crise ambiante. Rien d’étonnant donc qu’elle trouve son expression particulièrement virulente dans les organes des groupes et milieux spécifiques comme ceux de la noblesse, des mouvements de jeunesse ou de défense des droits de la femme.

4La richesse de l’ensemble des analyses s’oppose à un résumé simple, mais elle invite à reconsidérer l’image d’une période qui aux yeux de contemporains comme Hermann Broch ou Stefan Zweig se présente plus qu’ambivalente. L’ouvrage constitue pour cela un instrument de première importance que sert un appareil critique tout à fait exemplaire.

Top of page

References

Electronic reference

Jochen Hoock, « Michael Grunewald et Uwe Puschner (dir.), Krisenwahrnehmungen in Deutschland um 1900. Zeitschriften als Foren der Umbruchzeit im Wilheminischen Reich/Perceptions de la crise en Allemagne au début du XXe siècle. Les périodiques et la mutation de la société allemande à l’époque wilhelmienne », Revue de l'IFHA [Online], Date of review, Online since 15 December 2013, connection on 25 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/7653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.7653

Top of page

About the author

Jochen Hoock

Université Paris VII – Denis Diderot

By this author

Top of page

Copyright

©IFHA

Top of page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search