Navigation – Plan du site
2005

GIESE, Martina, Die Annales Quedlinburgenses

Philippe Depreux
Martina GIESE (éd.), Die Annales Quedlinburgenses, Hannover : Hahn (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 72), 2004, 680 p., 60 €.
Haut de page

Texte intégral

1Martina GIESE (éd.), Die Annales Quedlinburgenses, Hannover : Hahn (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 72), 2004, 680 p., 60 €.

2Les allusions à Quedlinbourg sont si fréquentes qu’il n’y a pas de doute possible sur le lieu où ces Annales, particulièrement importantes pour l’histoire ottonienne, furent rédigées. M.G. en propose une nouvelle édition, issue de la thèse qu’elle a soutenue devant l’université de Munich en 1999. Il s’agit d’un travail considérable et d’une somme d’érudition, alors même que ce texte n’est transmis que par un seul manuscrit, du XVIe s., conservé à Dresde. Or ce manuscrit n’est pas complet ; M.G. s’est appliquée à reconstituer ce que devait probablement être le texte initial, d’après les sources utilisées par l’auteur, qui sont bien identifiées. En effet, l’essentiel de ce travail d’édition consistait, non pas en l’établissement du texte, mais en l’identification des emprunts et en la constitution d’un apparat critique fort riche en commentaires historiques. Ce texte, rédigé en plusieurs étapes (vers le tout début du XIe s., avec une rédaction, semble-t-il, assez contemporaine des événements dans les années 1008-1015, puis une reprise dans les années vingt), pourrait bien avoir été rédigé par une seule et même chanoinesse, si l’on peut se fier à l’analyse de la langue. Ce document, qui propose un récit original à partir du règne d’Otton Ier, constitue par ailleurs un jalon important de l’histoire littéraire d’Attila et de Théodoric, alias Thierry (Dietrich) de Berne. Il connut une réception historiographique extrêmement rapide, puisque Thietmar de Mersebourg l’utilisa. Il convient de saluer l’édition très solide de ce témoignage, proche de la famille régnante, sur l’histoire de l’Empire ottonien (l’introduction compte près de 400 pages, sans compter les indices habituels).

3Philippe DEPREUX (MHFA)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Depreux, « GIESE, Martina, Die Annales Quedlinburgenses », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ifha/814

Haut de page

Auteur

Philippe Depreux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals