Navigation – Plan du site
2014

Christiane Reves, Vom Pomeranzengängler zum Großhändler? Netzwerke und Migrationsverhalten der Brentano-Familien im 17. und 18. Jahrhundert

Paderborn : Schöningh (Studien zur historischen Migrationsforschung 23), 2012, 369 p., 39,90 €
Guillaume Garner
Christiane Reves, Vom Pomeranzengängler zum Großhändler? Netzwerke und Migrationsverhalten der Brentano-Familien im 17. und 18. Jahrhundert Paderborn : Schöningh (Studien zur historischen Migrationsforschung 23), 2012, 369 p., 39,90 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne

Index thématique :

Histoire sociale
Haut de page

Texte intégral

1C. Reves, dans cet ouvrage issu d’une thèse de doctorat, se propose de comprendre le phénomène migratoire à l’époque moderne entre l’Italie du Nord et l’Allemagne. Elle étudie pour ce faire l’histoire de quatre familles de commerçants qui portent toutes le nom – devenu célèbre à Francfort – de Brentano et qui sont issues de Tremezzo, sur les rives du lac de Côme. Cette délimitation précise de son objet d’étude lui permet d’utiliser des sources se rapportant à la fois à la zone d’émigration et à la zone d’immigration, en l’occurrence les villes de Francfort et (secondairement) de Mayence. C’est là une qualité majeure de cette étude qui s’attache à reconstituer les relations engagées par les membres des familles Brentano tant dans leur région d’origine que dans leur lieux d’implantation et les villes dans lesquels ils ont des partenaires commerciaux, l’objectif de C. Reves étant de comprendre comment le phénomène migratoire et l’intégration dans la ville d’accueil sont liés à la constitution de réseaux qui sont également fondamentaux pour la pratique du commerce.

2Sur le phénomène migratoire proprement dit, l’auteure s’inscrit dans la lignée des travaux qui remettent en cause les interprétations en termes facteurs répulsifs ou attractifs (pull and push factors). Elle montre en effet que l’émigration à partir du lac de Côme s’inscrit dans une tradition ancienne qui remonte au Moyen Âge et qu’elle est constitutive de l’économie de cette région : il ne s’agit donc en rien d’une émigration de la pauvreté, comme l’a également montré Laurence Fontaine à propos des colporteurs alpins, ce qui explique la persistance des liens entre les Brentano et Tremezzo. En étudiant les lieux de décès, l’origine des époux ou les lieux de naissance des enfants issus de ces mariages, elle montre cependant une nette tendance à la sédentarisation en Allemagne à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle.

3Un autre thème majeur de l’ouvrage concerne les réseaux commerciaux noués par les Brentano. Dans ce domaine également, les similitudes avec les résultats formulés par d’autres études sont frappantes. Ces réseaux s’appuient en effet sur un triple ensemble de relations : avec la région d’origine (dans lesquelles les épouses qui ne migrent pas jouent un rôle fondamental), avec d’autres commerçants originaires du lac de Côme dans le cadre de sociétés de commerce ayant une durée souvent réduite, enfin avec des commerçants également originaires de la région du lac de Côme, mais établis dans différentes places de commerce en Europe.

4C. Reves clôt enfin son propos par l’étude des mécanismes et des difficultés de l’intégration dans la société francfortoise et en se livrant à une comparaison avec le cas de Mayence. Elle montre clairement à quel point l’obtention d’un statut juridique – celui de bourgeois ou plus souvent de résident protégé Beisasse – est centrale, d’autant plus qu’à partir des années 1670, les conflits avec les commerçants francfortois s’aiguisent nettement. Ces conflits sont intéressants, car si les commerçants francfortois cherchent (et obtiennent) l’appui des autorités de la ville, les migrants italiens (les Brentano) se tournent vers l’empereur pour défendre leurs intérêts. Il ne faut cependant pas surestimer la cohésion des migrants italiens, car leur intégration croissante au XVIIIe siècle, la spectaculaire ascension sociale réalisée par certains d’entre eux (parmi les Brentano mais également dans d’autres familles) conduisent à un relâchement des relations familiales, voire à des conflits entre parents Brentano qui aboutissent à des procédures judiciaires.

5On peut formuler quelques regrets à propos de cette étude, dont le propos est parfois trop descriptif, qui ne recourt absolument pas à l’outil cartographique pour présenter ses résultats et on peut déplorer que l’éditeur n’ait pas jugé utile d’insérer un index des noms ou des lieux. Mais reposant sur des dépouillements minutieux, agrémentés de nombreux tableaux statistiques, cet ouvrage est très recommandé à qui souhaite comprendre les mécanismes de la migration dans les sociétés urbaines allemandes à l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garner, « Christiane Reves, Vom Pomeranzengängler zum Großhändler? Netzwerke und Migrationsverhalten der Brentano-Familien im 17. und 18. Jahrhundert », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 14 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ifha/8181

Haut de page

Auteur

Guillaume Garner

ENS Lyon/ UMR 5190 LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals