Navigation – Plan du site
2014

Hans-Werner Goetz, Die Wahrnehmung anderer Religion und christlich-abendländisches Selbstverständnis im frühen und hohen Mittelalter (5. -12. Jahrhundert)

2 tomes, Berlin : Akademie Verlag, 2013, 942 p., 44,80 €
Claire de Cazanove
Hans-Werner Goetz, Die Wahrnehmung anderer Religion und christlich-abendländisches Selbstverständnis im frühen und hohen Mittelalter (5. -12. Jahrhundert) 2 tomes, Berlin : Akademie Verlag, 2013, 942 p., 44,80 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1En deux tomes, Hans-Werner Goetz nous livre les résultats de trois années de travaux sur la perception des autres religions et l’image que se font les chrétiens d’Occident d’eux-mêmes au haut et bas Moyen Âge. Outre les deux autres religions monothéistes (islam et judaïsme), l’auteur inclut dans l’étude le paganisme, l’hérésie ainsi que les chrétiens orthodoxes d’Orient. Pour chacun de ces cas, qui constituent les cinq grandes parties de l’ouvrage, l’accent est mis sur la perception, la représentation que se font les chrétiens d’Occident de ces religions et l’image que cela leur donne d’eux-mêmes en retour. Cette analyse se place au cœur de l’histoire des idées au Moyen Âge, où la religion occupe une place centrale dans la société et où les sources sont écrites par des hommes issus en grande partie du monde ecclésiastique. Partant d’un constat d’une historiographie inégale selon les religions et l’absence d’une étude globale à l’échelle de l’Occident, Hans-Werner Goetz entreprend, à travers une grille d’analyse, un travail pionner d’étude de la perception qui dépasse les seules religions monothéistes.

2Étudier de la perception des auteurs des VIe-XIIe siècles des autres religions montre comment se construit l’Autre et Soi à travers la définition de frontières, de délimitations. L’analyse des sources laisse apparaître des différences entre les auteurs, selon les régions (en contact ou pas avec les autres religions), selon les époques et selon leurs statuts. Le résultat est une vision souvent nuancée et diverse des autres religions par les chrétiens d’Occident, même si les perceptions restent proches sous la plume des auteurs car les mêmes griefs reviennent de manière régulière. Les cinq premières parties de l’analyse considèrent la perception des différentes religions de manière successive suivant le même plan d’analyse. Tout d’abord, un panorama des recherches est établi afin de donner au lecteur les principales références bibliographiques et de pointer les lacunes et les desiderata de la recherche. La terminologie est ensuite abordée pour souligner que les termes employés sont multiples, non unifiés. Un constat commun s’impose lors des différentes études de cas. Les termes sont avant tout ethniques, linguistiques ou d’origine biblique et ne revêtent de signification religieuse que dans certains contextes que l’auteur met en lumière. L’utilisation des bases de données (Patrologie latine, MGH …) s’avère cruciale et révèle l’apport de l’informatique dans les recherches systématiques. La désignation des membres des autres religions est facteur de différenciation et de classement de l’Autre. Cet ordonnancement évolue au cours du temps car il faut inclure les musulmans et les chrétiens orthodoxes d’Orient aux côtés des païens, des juifs et des hérétiques. Par exemple, sous la plume de nombreux auteurs, les Sarrasins restent très longtemps assimilés à des païens et les chrétiens d’Orient à des hérétiques. L’image des autres religions est faite de stéréotypes fondés sur une connaissance plus ou moins juste et souvent très incomplète des croyances. Les différentes perceptions sont à replacer dans un contexte de départ qui diverge fortement selon les religions (les païens, les hérétiques et les juifs constituent des minorités en contact permanent avec les chrétiens alors que les musulmans restent à distance et constituent une nouvelle religion). Le judaïsme, minorité protégée par le pouvoir royal, est accepté ce qui n’empêche pas la montée d’un fort antijudaïsme lors de traités polémiques. Les auteurs ne s’intéressent pas aux croyances des autres religions en tant que telles mais à une comparaison avec la religion chrétienne lors de contacts, conflits ou conversions. De ces représentations naît un monde séparé en deux, d’un côté les chrétiens, de l’autre les non-croyants, serviteurs du Diables et condamnés à la damnation. En creux se dessine une définition de Soi par les chrétiens d’Occident comme porteurs de la vraie foi et du salut. Malgré des relations ambiguës entre coexistence et conflit, une forme de « tolérance » se met en place, au sens d’une acceptation souvent difficile à mettre en pratique.

3Cet ouvrage qui compile l’étude de très nombreuses sources est un outil précieux pour qui étudie la perception des religions. Il donne accès à une étude systématique des termes et des auteurs pour permettre des comparaisons et percevoir les évolutions. Cette œuvre pionnière se veut l’instigatrice de multiples analyses nouvelles, ce qui ne manquera pas de se réaliser au vue de la richesse des pistes de réflexion ouvertes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire de Cazanove, « Hans-Werner Goetz, Die Wahrnehmung anderer Religion und christlich-abendländisches Selbstverständnis im frühen und hohen Mittelalter (5. -12. Jahrhundert) », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 14 avril 2015, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ifha/8200

Haut de page

Auteur

Claire de Cazanove

IFHA, LAMOP (UMR 8589)

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals