Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2015Stadt Rastatt (dir.), Der Friede ...

2015

Stadt Rastatt (dir.), Der Friede von Rastatt – « …dass aller Krieg eine Thorheit sey ». Aspekte der Lokal- und Regionalgeschichte im Spanischen Erbfolgekrieg in der Markgrafschaft

Baden-Baden : Schnell und Steiner, 2014, 208 p., 24,95 €.
Indravati Félicité
Stadt Rastatt (dir.), Der Friede von Rastatt – « …dass aller Krieg eine Thorheit sey ». Aspekte der Lokal- und Regionalgeschichte im Spanischen Erbfolgekrieg in der Markgrafschaft Baden-Baden : Schnell und Steiner, 2014, 208 p., 24,95 €.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage est bien plus que le catalogue de l’exposition organisée en 2014 en la ville de Rastatt à l’occasion du tricentenaire de la paix qu’y conclurent en 1714 le Maréchal de Villars et le Prince Eugène au nom de Louis XIV et de Charles VI. Les portraits, médailles et gravures sont précédés de dix contributions qui inscrivent l’histoire du margraviat de Bade-Bade dans un contexte européen marqué par l’omniprésence de la guerre et la recherche d’une paix durable (Margaretha Huber).

2Joachim Brüser et Anton Schindling évoquent ainsi les changements territoriaux et dynastiques qui affectent les margraviats de Bade-Bade et de Bade-Durlach entre la paix de Westphalie et la réunification de ces deux principautés en 1771. Le choix définitif du camp impérial, qui ne va pas de soi au début du règne de Louis XIV, est devenu une évidence à la fin du XVIIe siècle. La vie de cour et la construction des résidences de style baroque se poursuivent malgré la guerre. Le XVIIIe siècle voit un rapprochement des margraviats jusqu’à leur réunification en 1771.

3Uwe Oster réévalue le rôle du margrave Louis-Guillaume de Bade-Bade dans la guerre de Succession d’Espagne. Victorieux des Ottomans à la fin du XVIIe siècle, « Louis le Turc » est chargé par l’empereur du haut-commandement de ses armées en 1701 mais perd rapidement son auréole de héros de l’Empire, car il est soupçonné de vouloir traiter avec les Français et d’adopter une stratégie trop défensive dans le Haut-Rhin. À sa mort en 1707, le Palatinat et le pays de Bade sont relativement préservés, preuve selon l’auteur de l’intelligence tactique du margrave.

4Les conséquences économiques et matérielles des guerres de la Ligue d’Augsbourg et de Succession d’Espagne pour Rastatt, devenue la résidence de Louis-Guillaume, sont exposées par Oliver Fieg. Si la destruction est évitée, les finances de la ville sont mises à rude épreuve durant la guerre de Succession d’Espagne. Le nouveau château est choisi en 1714 par le Prince Eugène comme siège des négociations de paix. Rastatt retrouve après cette date un certain dynamisme.

5Dagmar Rumpf se penche sur les conséquences de l’incendie de la ville de Baden-Baden, résidence des margraves, par les troupes françaises en 1689. La reconstruction s’organise lentement et ce n’est qu’après la paix de Ryswick qu’un nombre conséquent d’habitants revient s’y installer. Une politique de reconstruction volontariste est menée : après la mairie, ce sont la collégiale, du collège jésuite et le château qui renaissent en quelques années. Mais la ville ne retrouvera jamais son rang politique et économique d’avant l’incendie : au transfert de la fonction résidentielle à Rastatt s’ajoute l’insuffisante adaptation de la ville aux nouvelles pratiques thermales.

6Rainer Hennl évoque le coût de la guerre de Succession d’Espagne pour Gernsbach, ville d’un peu moins d’un millier d’habitants située à dix kilomètres à l’est de Baden-Baden. Conformément à ce que l’on peut constater pour toute la région, la guerre de Succession d’Espagne s’avère moins destructrice que celle de la Ligue d’Augsbourg, mais le poids économique et financier du deuxième conflit se fait durement sentir. Il faut attendre le milieu du XVIIIe siècle pour que la ville retrouve un certain dynamisme.

7Marco Müller décrit la vie des habitants de la région située le long de la ligne de fortifications Bühl-Stollhofen, censée protéger à partir de 1701 le nord du pays de Bade des incursions françaises. La cohabitation entre les autorités locales et les soldats est difficile. La prise de la ligne par les Français en 1707-1708 pèse durement sur la population.

8La colonie italienne de Baden-Baden et de Rastatt est au centre de la contribution de Martin Walter. Négociants, artisans, courtisans ou artistes, ces étrangers contribuent à la reconstruction et au rayonnement des deux villes du lendemain de la guerre de Trente Ans à la fin du XVIIIe siècle.

9Le rôle de la margrave Sibylla Augusta, veuve de Louis-Guillaume, dans l’aménagement du château de Rastatt et l’adoption à la cour de pratiques de piété ostensiblement liées aux jésuites, sont soulignés par Sigrid Gensichen.

10Wolfgang Stopfel révise la thèse selon laquelle la chapelle votive dédiée par la margrave à la vierge d’Einsiedeln est liée à la signature de la paix dans le château de Rastatt. Il la replace dans un projet plus large et plus ancien, prévoyant également la fondation d’un collège et d’une école des frères piaristes. Cet ensemble se superpose à la ville nouvelle de Rastatt, marquant le territoire urbain d’une empreinte religieuse résolument souhaitée par la margrave.

11Le lien entre l’histoire européenne et l’histoire locale, souligné par plusieurs contributions, témoigne d’une volonté louable de décloisonnement de la Landesgeschichte et de la Regionalgeschichte en les internationalisant. On peut néanmoins regretter le peu de place accordé au déroulement des négociations de paix, évoquées rapidement par O. Fieg et W. Stopfel.

12Vous trouverez la table des matières ici : http://d-nb.info/​104707074x/​04.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Indravati Félicité, « Stadt Rastatt (dir.), Der Friede von Rastatt – « …dass aller Krieg eine Thorheit sey ». Aspekte der Lokal- und Regionalgeschichte im Spanischen Erbfolgekrieg in der Markgrafschaft », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/8371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.8371

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search