Navigation – Plan du site
2004

BURSCHEL, Peter, HÄBERLEIN, Mark, REINHARDT, Volker, WEBER, Wolfgang E.J., WENDT, Reinhard, Historische Anstöße. Festschrift für Wolfgang Reinhard zum 65. Geburtstag am 10. April 2002

Christophe Duhamelle
Peter BURSCHEL, Mark HÄBERLEIN, Volker REINHARDT, Wolfgang E.J. WEBER, Reinhard WENDT (dir.), Historische Anstöße. Festschrift für Wolfgang Reinhard zum 65. Geburtstag am 10. April 2002, Berlin : Akademie, 2002, 469 p., 39,80 €.
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume d’hommages présente plusieurs qualités remarquables. Son avant-propos, tout d’abord, est une véritable introduction au genre du Festschrift et aux quelque 800 titres qui l’ornent depuis le premier, dédié à Theodor Mommsen en 1877 ; les directeurs du recueil y promettent de revenir à l’essence de ce type d’ouvrage : une évaluation des apports scientifiques du récipiendaire et de leurs prolongements, et non un simple florilège. En second lieu, l’historien à qui est offert le livre, Wolfgang Reinhard, exerce une grande influence intellectuelle, non seulement parce qu’il est le « co-inventeur » avec H. Schilling du concept de confessionnalisation, mais aussi parce que ses intérêts diversifiés ont fécondé de nombreux champs de recherche. C’est pourquoi, enfin, le recueil est très riche, allant du XIVe s. au temps présent et de l’Amérique latine à la Papouasie-Nouvelle Guinée, rassemblant quatre langues (allemand, français, anglais – et un article en italien que le recenseur n’a pu lire), et comprenant cinq sections : les élites urbaines du Saint-Empire (contributions de M. HÄBERLEIN et T. BRADY) ; la confessionnalisation (introduction de P. BURSCHEL, articles de H. SCHILLING, A. PROSPERI, H. SMOLINSKY, B. EMICH, P. SCHMIDT, J. BURKHARDT) ; népotisme, finances pontificales et réseaux des élites romaines (introduction de V. REINHARDT, contributions de I. FOSI, D. BÜCHEL, N. REINHARDT, A. KARSTEN) ; pouvoir étatique, idées politiques et humanisme (introdution de W. WEBER, articles de J. COLEMAN, R. BIRELEY, R. DESCIMON, M. VÖLKEL) ; l’expansion européenne et sa dialectique (introduction de R. WENDT, textes de J. OSTERHAMMEL, H. GRÜNDER, M. DELGADO, P. WALDMANN, C. MARX).

2Abondance, donc, et qualité. Tous ces articles mériteraient qu’il en soit suffisamment rendu compte. Que leurs auteurs nous pardonnent ; on préférera ici, faute de place, prendre l’introduction au mot et se concentrer sur les contributions qui suivent au plus près le programme fixé : faire un bilan des apports de W. Reinhard et proposer des prolongements. M. Häberlein montre ainsi la postérité d’une de ses propositions : utiliser l’analyse des réseaux parmi les élites pour comprendre le succès, les limites et les inflexions de la Réforme en milieu urbain. Il souligne ensuite, à partir de l’exemple de Gereon Sailer à Augsbourg, le rôle de personnalités autonomes à même de mettre en contact plusieurs réseaux et d’assurer par conséquent la circulation régionale entre modèles de Réforme. J. Burkhardt, après un clair historique du concept de confessionnalisation et de ses évolutions, en tire les conséquences sur l’utilisation encore très courante des adjectifs « neuf » (pour le protestantisme) et « vieux » (pour le catholicisme). Les réformateurs du XVIe s. se voulaient au contraire des restaurateurs, accusant de novation la papauté, et c’est au XVIIIe s. seulement que, sous l’impulsion du piétisme, le protestantisme a recomposé sa propre histoire sous l’égide du progrès. N. Reinhardt livre une analyse remarquable de la réception du concept opératoire de Verflechtung (qu’on traduit ici par « réseau », même si N.R. souligne à juste titre que l’étude de la Verflechtung se distingue de la network analysis par la pluralité des échelles d’interprétation) et des obstacles à son implantation chez les historiens allemands, enclins alors soit à minimiser le rôle de l’individuel dans le politique, soit à chercher l’individu ailleurs que parmi les élites, et souvent méfiants envers un concept qui, loin d’être purement théorique, suppose aussi l’emploi d’une méthode. Tout aussi convaincant est le bilan qu’elle dresse des travaux consacrés à la Verflechtung romaine et qui ont enrichi, mais aussi relativisé, le jugement porté sur le rôle des réseaux. J. Coleman retrace le développement d’une théorie politique des corps constitués et du consensus à la fin du Moyen Âge, théorie supposant une rationalité de tous les membres du corps politique – puis elle rappelle que c’est contre cette conception que s’est construit, d’abord chez les humanistes, le discours politique étudié par W. Reinhard pour comprendre les fondements de l’obéissance, condition de l’État moderne. Enfin, J. Osterhammel dépeint clairement la façon dont la grande histoire de l’expansion européenne de W. Reinhard en 4 volumes (1983-1990) a remis en perspective unique des recherches jusqu’alors éclatées en plusieurs tendances et a proposé une grille d’analyse multifactorielle permettant de comparer différentes phases de l’expansion – pas uniquement européenne. J.O., relevant la quasi-absence du terme d’impérialisme chez W. Reinhard, propose ensuite une possible utilisation, sous forme de typologie dynamique, du terme d’Imperium afin de prolonger les travaux du destinataire de ce volume.

3Christophe DUHAMELLE (MHFA)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Duhamelle, « BURSCHEL, Peter, HÄBERLEIN, Mark, REINHARDT, Volker, WEBER, Wolfgang E.J., WENDT, Reinhard, Historische Anstöße. Festschrift für Wolfgang Reinhard zum 65. Geburtstag am 10. April 2002 », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ifha/911

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals