Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2004FUHRMANN, Martin, Volksvermehrung...

2004

FUHRMANN, Martin, Volksvermehrung als Staatsaufgabe ? Bevölkerungs- und Ehepolitik in der deutschen politischen und ökonomischen Theorie des 18. und 19. Jahrhunderts

Guillaume Garner
Martin FUHRMANN, Volksvermehrung als Staatsaufgabe ? Bevölkerungs- und Ehepolitik in der deutschen politischen und ökonomischen Theorie des 18. und 19. Jahrhunderts, Paderborn/München/Wien/Zürich : Schöningh (Rechts- und Staatswissenschaftliche Veröffentlichungen der Görres-Gesellschaft, N.F. 101), 2002, 458 p., 50 €.
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude sur les conceptions démographiques allemandes des XVIIIe et XIXe s. s’inscrit dans un courant de recherche émergent, visant à renouveler l’histoire intellectuelle d’une période particulièrement riche en débats et en évolutions, courant auquel participent à la fois historiens et historiens du droit ou des sciences politiques. L’objectif de M.F. est d’étudier si les réflexions en matière de théorie et de politique démographique ont eu des répercussions sur les débats concernant le droit matrimonial et sur la liberté de mariage. L’auteur utilise pour cela un très vaste corpus de sources comprenant à la fois des traités de caméralisme, de police médicale, d’économie politique et de droit, sur une période allant du milieu du XVIIIe s. aux années 1870. Il décrit en introduction son travail comme relevant d’une histoire des idées qui se démarque de la pratique traditionnelle du genre à la fois par une approche interdisciplinaire (comme en témoigne la diversité des sources mobilisées) et par la volonté de ne pas se cantonner à l’étude des « grands noms », mais d’englober des auteurs moins connus et, pour cette raison, plus représentatifs de l’état moyen des savoirs et des réflexions d’une époque donnée.

2L’ouvrage suit une démarche chronologique, étudiant les caméralistes, les physiocrates, les premiers libéraux de la période 1790-1820, avant d’étudier les débats qui agitent publicistes et théoriciens au cours du Vormärz, et la réception du modèle malthusien en Allemagne ; pour chacun de ces moments sont étudiés les débats en matière de théorie et de politique démographique (à laquelle M.F. rattache heureusement la question de la statistique), et les répercussions de ces débats sur la question du droit matrimonial. Il met ainsi en valeur un paradigme populationniste et absolutiste caractéristique des sciences camérales et de la police médicale de la seconde moitié du XVIIIe s., avant de montrer en quoi les physiocrates puis les premiers libéraux allemands remettent radicalement en cause ce paradigme. Le credo libéral affronte cependant de violentes oppositions au moment du Vormärz, ce qui entraîne selon M.F. la réactivation de certains des thèmes du caméralisme, et notamment un nouvel appel à l’intervention de l’État, auquel se joignent certains des partisans allemands de Malthus pour réclamer une régulation du rapport population-subsistances.

3Cette étude vient combler une lacune historiographique importante puisque seuls des travaux sur certains auteurs (comme Süssmilch) ou sur des aspects de cette question avaient été menés. Elle a ensuite le mérite, en étudiant un vaste corpus de sources, de retracer les débats sur les questions démographiques et matrimoniales, et de replacer ceux-ci dans leur contexte conceptuel et intellectuel, en montrant notamment que les prises de position sur ces questions sont étroitement liées à l’adhésion à des conceptions plus globales de la nature de l’État ou des relations entre État et société civile : les prises de position des caméralistes sont ainsi inséparables d’une conception précise de l’action politique, de même que le tournant libéral des années 1790-1820 ne se comprend pas sans l’étude de la réception de Smith et de Kant. Les liens entre les débats démographiques de la première moitié du XIXe s. et la « question sociale » émergente sont également bien montrés, même si sur tous ces points, la mise en contexte de ces débats eût gagné à utiliser (ou du moins à discuter) les notions élaborées par R. Koselleck, comme celles de « champ d’expérience » ou d’« horizon d’attente ».

4Sur certains points en effet, ce travail reste encore prisonnier de certains « tics » méthodologiques propres à l’histoire des idées, parce que l’auteur raisonne parfois en termes d’« influence » (alors même que la réception des travaux de Malthus donne lieu à un chapitre très intéressant), ou cherche à établir des généalogies reconstituées ex post, présentant par exemple les physiocrates successivement comme les « précurseurs » du libéralisme smithien puis de Malthus.

5Certaines analyses sont également contestables, d’abord à propos du « populationnisme » des caméralistes, que l’auteur tend à surestimer, ensuite sur le statut de la statistique : l’évolution sémantique de la notion n’est pas évoquée, et l’évocation d’un « triomphe » de la statistique dans la première moitié du XIXe s. risque de conduire à des malentendus si le bouleversement épistémologique radical connu par la discipline au début du XIXe s. n’est pas présenté. L’absence dans la bibliographie des travaux de D. Lindenfeld, de W. Bonss, de J. Hoock et de J.-C. Perrot conduit ainsi M.F. à assimiler, pour les premières décennies du XIXe s., partisans de statistiques démographiques et « interventionnistes », les « libéraux » étant, par définition, censés être hostiles à des enquêtes démographiques perçues comme des menaces potentielles sur la liberté des individus. La fondation des bureaux de statistique au début du XIXe s., à l’instigation d’administrateurs « libéraux » (comme Hoffmann à Berlin) apparaît dès lors comme un paradoxe incompréhensible, alors que l’adhésion aux idées de Smith et à l’idée d’une société civile autonome n’impliquait absolument pas une hostilité de principe à des enquêtes de statistique démographique initiées par l’État. On peut également regretter que la question de l’espace, plus précisément de la répartition spatiale de la population (et donc des dangers et des bienfaits de la croissance urbaine) ne soit absolument pas évoquée, alors qu’elle est au centre de la réflexion de certains auteurs étudiés, comme par exemple Sonnenfels.

6En dépit de ces réserves, cet ouvrage n’en apporte pas moins sur un sujet complexe une mine d’informations et d’analyses stimulantes, qui sont étayées par de très nombreuses citations et transmises dans un style alerte.

7Guillaume GARNER (École Normale Supérieure

8Lettres et Sciences Humaines, Lyon)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garner, « FUHRMANN, Martin, Volksvermehrung als Staatsaufgabe ? Bevölkerungs- und Ehepolitik in der deutschen politischen und ökonomischen Theorie des 18. und 19. Jahrhunderts », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/915 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.915

Haut de page

Auteur

Guillaume Garner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search