Navigation – Plan du site
2018

Norbert Bolz, Zurück zu Luther

Gérald Chaix
Référence(s) :

Norbert Bolz, Zurück zu Luther, Paderborn: Wilhelm Finck, 2016, 141 p., 19,90 €

Norbert Bolz, Zurück zu Luther, Paderborn: Wilhelm Finck, 2016, 141 p., 19,90 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Le petit livre de Norbert Bolz, professeur de communication à la Technische Universität de Berlin, théologien à ses heures, de confession évangélique, s’apparente plus à un essai constitué de vingt-et-un brefs chapitres et à une profession de foi. Pour l’auteur, qui s’inscrit explicitement dans la lignée de Kierkegaard, il s’agit de mettre à l’épreuve l’« humanitarisme sentimental » actuel et de restituer le caractère novateur de Luther dans un monde qui a perdu l’expérience de Dieu. Très classiquement, il oppose la Loi à l’Évangile, rappelle la « folie » de la Parole évangélique, insiste sur le fait que Jésus-Christ suffit et que c’est par Lui seul que l’on peut atteindre Dieu. Il reconnaît les obstacles qui s’opposent à la croyance : la traditionnelle question du mal et les problèmes que le christianisme s’est imposés à lui-même – la prédestination, la justification, l’intériorité. Il s’interroge sur la notion de « règne de Dieu », suggère que s’il n’y a pas de libre arbitre par rapport à Dieu et à son propre salut, conformément à l’orthodoxie luthérienne, il en existe un pour ce qui a trait aux affaires séculières. Il affirme que l’obéissance due à Dieu n’est pas servilité mais loyauté.

2Devenu invisible dans le monde, Dieu continue de se révéler par la Parole : c’est un Dieu qui fait douter mais qui donne aussi à espérer. Qu’est-ce que le péché ? le péché originel ? la présence de Satan ? L’auteur admet qu’il est difficile de croire à la naissance virginale, à la résurrection et au diable. Mais il faut résister, selon lui, à la tentation de penser que Dieu n’est qu’une illusion et qu’Il relève de la sphère privée. La Réformation exclut la révolution. Mais la théorie des deux règnes aboutit à l’autonomisation du politique, car le chrétien, selon Luther, est tout à la fois citoyen du monde et citoyen de la cité de Dieu. Le chrétien use du monde comme s’il n’en était pas. Mais la dimension eschatologique qui sous-tend cette attitude s’est intériorisée. Le monde de Luther n’est pas vide, comme le croit Walter Benjamin. Il est dénué de valeur. La justification n’est jamais un dû. Dieu seul accorde sa grâce. Ce qui est aujourd’hui, il est vrai, difficile à admettre. Tout comme d’ailleurs l’amour du prochain ! N. Bolz rappelle l’importance de l’oralité. Il souligne également la radicalité du christianisme et évoque la nostalgie de l’absolu. Celle d’un pari, déjà énoncé par Blaise Pascal, d’une « folie », déjà annoncée par l’apôtre Paul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Chaix, « Norbert Bolz, Zurück zu Luther », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ifha/9241

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals