Navigation – Plan du site
2018

Matthias Meinhardt, Ulrike Gleixner, Martin H. Jung, Siegrid Westphal (dir.), Religion, Macht, Politik. Hofgeistlichkeit im Europa der Frühen Neuzeit (1500-1800)

Claire Gantet
Référence(s) :

Matthias Meinhardt, Ulrike Gleixner, Martin H. Jung, Siegrid Westphal (dir.), Religion, Macht, Politik. Hofgeistlichkeit im Europa der Frühen Neuzeit (1500-1800), Wiesbaden: Harrassowitz Verlag, 2014 (Wolfenbütteler Forschungen, 137), 472 p., 88 

Matthias Meinhardt, Ulrike Gleixner, Martin H. Jung, Siegrid Westphal (dir.), Religion, Macht, Politik. Hofgeistlichkeit im Europa der Frühen Neuzeit (1500-1800), Wiesbaden: Harrassowitz Verlag, 2014 (Wolfenbütteler Forschungen, 137), 472 p., 88 € 2014
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Les clercs présents dans les cours de l’Europe moderne exercent des fonctions religieuses, dans la direction de conscience notamment, théologiques lorsqu’ils participent aux débats et controverses, politiques en conseillant le prince, voire étatiques lorsque leur action interfère avec l’appareil administratif en contribuant à le restructurer. C’est à ce large spectre que se voue ce recueil, issu d’un atelier organisé dans la Bibliothèque du duc Auguste de Wolfenbüttel en 2011 sur l’équilibre précaire de ce personnel, entre critique politique et conseil au prince, dans la principauté de Brunswick-Wolfenbüttel entre 1568 et 1714. Ont alors été présentées les trajectoires et l’action des chapelains, des précepteurs et des conseillers ecclésiastiques, et en particulier des prédicateurs de cour et pères confesseurs. De cette rencontre est ressortie la nécessité d’un élargissement confessionnel et géographique apte à permettre une comparaison entre les cours luthériennes, catholiques, calvinistes, anglicanes et russe-orthodoxes. Les 24 contributions qui forment le présent volume étudient des cas isolés ou procèdent à des analyses comparatives en grande partie dans le cadre du Saint-Empire.

2Auteure d’une étude sociale du clergé luthérien devenue un classique, Luise Schorn-Schütte souligne dans une seconde introduction que les prédicateurs de cour luthériens sont rarement issus de la noblesse. L’importance de la bourgeoisie lettrée se vérifie dans les cours de Brunswick-Wolfenbüttel, Hesse-Darmstadt, Hesse-Cassel et Gotha, mais aussi plus généralement en Europe. Le recueil sonde de façon assez lâche les relations entre clercs et princes ou princesses (I), les carrières, fonctions et regards que l’on porte sur elles (II), la proximité ou la distance face au pouvoir (III), les conflits et leur culture (IV), les réseaux (V), enfin les langages et stratégies médiatiques (VI).

3Katrin Keller attribue l’absence d’étude sur les relations entre princesses et pères confesseurs de cour au postulat de leur atonie politique et de leur soumission aux clercs. Or la correspondance de l’archiduchesse Marie d’Autriche intérieure (1551-1608), née Wittelsbach, avec les pères confesseurs jésuites de ses filles révèle leur participation à des tâches politiques comme les limites que la princesse fixe entre les unes et les autres. Ainsi, le jésuite munichois Sigismund Ernhofer devient le père confesseur de sa fille Anna et la suit en Pologne lorsqu’elle épouse le roi Sigismond Vasa ; il relate longuement les tensions entre le roi catholique et la Suède luthérienne où il est aussi couronné roi. L’archiduchesse l’inclut dans un réseau destiné à surveiller les activités de sa fille et à accumuler les informations. Le père confesseur de Margarethe, une autre fille de Marie, relate de même des nouvelles politiques d’Espagne lorsqu’il la suit suite à son mariage au roi Philippe III. Les pères confesseurs ont une activité de conseil politique et sont inscrits dans le réseau de la princesse. La luthérienne Anna, épouse du prince-électeur de Saxe, entretient elle aussi des relations de patronage du clergé, lequel participe activement à la représentation qu’elle entend laisser de sa personne à la postérité. Tandis que dans les cours catholiques, les pères confesseurs s’attachent à une personne qu’elles suivent en cas de mariage, il semble que les prédicateurs de cour protestants prennent en charge une famille entière, si bien que le lien est moins personnel. Cette différence est confirmée par Gerrit Deutschländer qui souligne l’importance des liens directs acquis par l’éducation religieuse, notamment d’après l’exemple de Georg Helt, le prudent éducateur spirituel et conseiller des princes Georges (1507-1553) et Joachim (1509-1561) d’Anhalt dans la délicate période de la diffusion de la Réforme. D’après l’exemple des ducs de Saxe ernestine, Stefanie Walther met au jour l’immixtion des prédicateurs de cour dans des conflits dynastiques, dans la mesure où ils disposent de liens personnels avec leur prince ; dans une famille princière biconfessionnelle comme celle de Saxe-Iéna, leur fonction devient symbolique.

4Les conflits politiques entre le prédicateur de cour et son prince peuvent exister, comme le démontre l’analyse d’un virulent sermon de Joachim Lütkemann, surintendant général de Brunswick, en 1655 (Christian Deuper), mais ils restent rares (Martin H. Jung). Bien plus que sur le seul environnement curial, le prédicateur de cour peut avoir une influence décisive sur la politique et le débat théologique international. Alexander Schunka montre ainsi comment Daniel Ernst Jablonski (1660-1741), d’abord à Königsberg puis à Berlin, agit à l’intérieur d’un réseau diplomatique officieux des Hohenzollern en faveur d’une unité protestante – une question hautement politique – et comme une sorte de gatekeeper de l’information protestante sur l’Europe centrale (il descend lui-même d’une famille des Frères de l’unité, une Église issue du hussitisme et proche des réformés). Sortant du Saint-Empire, Ronnie Po-chia Hsia s’attache aux oraisons sacrées de deux illustres prédicateurs de cour jésuites : Jeremias Drexel (1581-1638) auprès de Maximilien Ier de Bavière, et Louis Bourdaloue (1632-1704) aux côtés de Louis XIV : leur stratégie argumentative ciblée façonne la culture catholique des deux cours. Michael Müller relève, outre la rhétorique, l’importante activité politique et diplomatique des pères confesseurs Johann Reinhard Ziegler (1569-1636) dans la principauté-électorale de Mayence et des 19 pères confesseurs jésuites des rois de France, d’Henri IV à Louis XV.

5Ce recueil jette des éclairages variés et neufs sur les fonctions des clergés auliques. C’est une publication importante, qui nous invite à approfondir notre connaissance et revoir quelques clichés. Le plan général du recueil pèche néanmoins par son caractère vague et peu probant. Certes, on a voulu éviter de catégoriser les contributions selon les confessions et selon les aires envisagées. Mais les contributions pourraient aussi bien être placées dans d’autres parties que celle qui leur a été attribuée. Ce flou cache sans doute un certain embarras. Les contributions sont de fait classées globalement chronologiquement. Pourquoi l’évolution chronologique n’a-t-elle pas alors été thématisée ? Dans son important ouvrage Voices of Conscience. Royal Confessors and Political Counsel in Seventeenth-Century Spain and France (2016), Nicole Reinhardt indique une évolution des affaires de conscience qui sont progressivement en quelque sorte dépolitisées au XVIIe siècle. Une telle évolution se vérifie-t-elle dans des aires où l’absolutisme ne s’impose pas de la même façon et dans des aires non catholiques ? Cette question pourrait tenir de nouveau projet à cette entreprise dont on souhaite la poursuite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Matthias Meinhardt, Ulrike Gleixner, Martin H. Jung, Siegrid Westphal (dir.), Religion, Macht, Politik. Hofgeistlichkeit im Europa der Frühen Neuzeit (1500-1800) », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 22 septembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ifha/9562

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals