Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2004SCHÜTTE, Bernd, König Philipp von...

2004

SCHÜTTE, Bernd, König Philipp von Schwaben. Itinerar, Urkundenvergabe, Hof

Pierre Monnet
Peter CSENDES, Philipp von Schwaben. Ein Staufer im Kampf um die Macht, Darmstadt : Primus, 2003, 240 p., 29,90 €.
Bernd SCHÜTTE, König Philipp von Schwaben. Itinerar, Urkundenvergabe, Hof, Hannover : Hahn (Monumenta Germaniae Historica, Schriften, 51), 2002, 594 p., 70 €.
Haut de page

Texte intégral

1Philippe de Souabe (1177-1208), de la lignée des Staufen, incarne bien (mais il ne fut pas le seul) un type de souverain allemand médiéval « dans l’ombre » : voilà un roi « coincé » entre des empereurs à la renommée plus grande, à commencer par son père Frédéric Ier Barberousse, puis son frère Henri VI et bien naturellement son neveu Frédéric II, confronté de surcroît à Innocent III, l’un des papes les plus remarquables du siècle ; un roi opposé dès son élection en 1198 à un anti-roi en la personne d’Otton IV qui finit lui aussi par revêtir la dignité impériale (et qui épousera plus tard une propre fille de Philippe) ; un roi qui avant d’accéder au trône fut homme d’Église (promis à l’évêché de Wurtzbourg entre autres) et a connu la tentation du retrait clérical d’un monde aux yeux duquel il allait passer, sous la plume de Walther von der Vogelweide, comme un « junger süsser Man » ; un roi assassiné enfin auquel a manqué un Shakespeare allemand pour passer tragiquement à la postérité. Philippe n’a certes pas été négligé par la recherche historique, qui ne pouvait quand même pas si facilement éliminer un représentant d’une dynastie investie tantôt de tous les espoirs, accablée tantôt de tous les péchés, responsable en tout cas d’un Empire, et d’une Allemagne, que le XIIIe s. allait transformer pour le reste du Moyen Âge, et au-delà.

2Les deux ouvrages mentionnés ici auraient pu se contenter de vouloir redorer le blason biographique du roi et de redire la part des contingences et lourdeurs qui ont assombri le règne : force du parti anti-Staufen, puissance de la coalition internationale qui voit l’Angleterre soutenir son compétiteur guelfe Otton IV, complexité durable des affaires italiennes dont la difficulté est encore accrue par les dispositions d’héritage du royaume de Sicile… Ils auraient pu également vouloir reproduire le schéma implicite du héros royal reconquérant à la force du poignet les positions perdues, sorte de Frédéric II à petit pied : alliance avec le capétien, victoire sur Otton en 1208, retournement favorable d’Innocent III d’abord hostile… Les deux études auraient pu enfin céder à la tentation de régler des querelles historiographiques en vérité insolubles : Philippe avait-il voulu la conquête de Constantinople lors de la IVème Croisade, fut-il victime ou non d’un « coup d’État » ?

3On trouve bien sûr des échos de tous ces événements dans l’un et l’autre ouvrage, mais leur mérite est de déplacer le regard vers les structures de pouvoir, les groupes dirigeants, le milieu de la cour, l’activité diplomatique (aux deux sens du terme : activité extérieure et émission de diplômes). Ce faisant, ce sont ainsi des mouvements de fond, des lignes de conduite et de continuité qui surgissent au-delà de l’écume des jours du Souabe. On voit alors la chancellerie se réorganiser, la société de cour se développer, l’idéologie impériale et l’honneur de l’Empire gagner des contours que Frédéric saura remployer et amplifier, le monde des villes augmenter son influence et envisager pour certaines un dialogue avec le roi… tout cela en l’espace d’une dizaine d’années de règne (1197/98-1208). Le livre de B.S. s’attache plus particulièrement à circonscrire l’espace de gouvernement et d’intervention du roi en un temps de « double royauté » et de mise en place du « dualisme » empereur-Empire, une caractéristique singulière dans l’Occident de ce temps. Son étude se révèle, dans la plus belle tradition des MGH, un instrument de recherche indispensable, érudit et complet sur l’histoire politique du début du XIIIe s. et au-delà, puisque nous retrouverons bien des hommes de Philippe sous le règne de son neveu Frédéric II. On trouvera ainsi non seulement une liste des diplômes et de leurs lieux d’émission, mais également un itinéraire exhaustif des résidences et des séjours, des fêtes royales et, mieux encore, un inventaire impressionnant des hommes du roi et de la cour : conseillers, notaires, ministériaux d’Empire, clercs de la cour, nobles… Au bout du compte, et c’est là une conclusion forte de l’étude, la « double royauté » et le « dualisme » ont provoqué la naissance d’une double cour, non seulement celle de Philippe et celle d’Otton, mais aussi au sein de celle de Philippe une cour nodiale (Kernhof) centrée autour du roi et une cour extérieure (Aussenhof) plus autonome des mouvements du souverain.

4Pierre MONNET (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet, « SCHÜTTE, Bernd, König Philipp von Schwaben. Itinerar, Urkundenvergabe, Hof », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.965

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search