Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Présentation

ILCEA est la revue portée par l’ILCEA4 (Institut des langues et cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie – E.A. 7356), fédération de 6 équipes internes (CEMRA, CERAAC, CERHIUS, CESC, CREO, GREMUTS) regroupant les recherches des spécialistes des domaines anglophone, germanique, hispanique, slave, oriental ainsi que de la traduction spécialisée et des langues de spécialité. Désireux d’approfondir des coopérations depuis longtemps actives, les chercheurs de ces disciplines souhaitent, grâce à la mise en ligne, proposer leurs travaux à un public plus large. ILCEA se réclame d’une conception moderne des humanités et s’intéresse à tous les aspects des cultures, à l’histoire et à l’actualité des pays et des aires politiques et culturelles, aux genres et aux formes ainsi qu'au passage d’une langue ou d’un lexique à l’autre.
Paraissant désormais quatre fois par an, la revue propose des numéros thématiques qui font l’objet d’appels à contributions.

Dernier numéro en ligne
34 | 2019
Femmes et migrations aux XIXe et XXe siècles : regards et représentations

Women and Migrations in the 19th and 20th Centuries: Gazes and Representations
Sous la direction de Véronique Molinari

Les publications consacrées au lien entre femmes et migrations se sont depuis multipliées depuis les années 1980 jusqu’à constituer aujourd’hui un champ d’étude spécifique, principalement exploré par les sociologues, anthropologues et géographes. L’approche adoptée dans les articles réunis dans ce volume est, quant à elle, principalement historique et basée sur des sources primaires (archives, témoignages…). En faisant appel à des civilisationnistes et historiens spécialistes de différentes aires géographiques, nous avons souhaité diriger plus particulièrement notre attention vers le regard porté sur les migrantes — par ceux qui ont, entre le début du XIXe siècle et la moitié du XXe siècle, pu les pousser à partir, par ceux qui les ont accueillies ; enfin par les migrantes elles-mêmes. Plus que les modalités institutionnelles ou économiques, ce seront donc les modalités sociales et humaines de ces migrations et, le cas échéant, les mécanismes d’appropriation des nouveaux territoires et/ou espaces sociaux, qui seront au centre de ces études.

La remise en question de la représentation de la migrante comme « suiveuse » est au centre des trois premiers articles de ce numéro, à travers l’exemple des femmes engagées indiennes au XIXe siècle, celui des Italiennes quittant les régions méridionales pour celles du Nord-Ouest durant le boom économique de l’après-guerre, et enfin celui des Cubaines, dans la deuxième moitié du XXe siècle, suite à la Révolution.

Les trois articles suivants sont consacrés au regard posé sur ces migrantes, à la fois dans le pays de départ (à travers le cas des femmes célibataires « en excès » dans la Grande-Bretagne du XIXe siècle), mais également dans le pays ou la région d’accueil. Les deux dernières contributions nous relatent enfin deux parcours migratoires en contexte de guerre et de sortie de guerre — la Révolution russe pour la première, la Seconde Guerre mondiale pour la deuxième.

Actualités

Appels en cours

Calenda - Journées d'étude

Calenda - Europe

Calenda - Amériques

  • OpenEdition Journals