Навигация – План сайта

ГлавнаяAppels à contributionAppels clos45 / 2022 - Femme(s) et sorceller...

45 / 2022 - Femme(s) et sorcellerie en Europe du xve au xviiie siècles

Appel à contribution pour le numéro 45 de la revue ILCEA
Anne Cayuela (Université Grenoble Alpes / ILCEA4) и Cécile Terreaux-Scotto (Université Grenoble Alpes / LUHCIE)

Le numéro 45 de la revue ILCEA sera consacré aux sorcières en Europe à l’Epoque moderne. Il proposera un questionnement pluridisciplinaire autour d’une figure dont on souligne aujourd’hui l’ambivalence et l’ambigüité (voir Mona Chollet : Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, La découverte, 2018). Dans les années 1960, certains mouvements féministes tel que le Witch Bloc ont réhabilité, en la considérant comme un modèle de femme libre et indépendante, cette figure jadis considérée comme maléfique. Ces mouvements ont également dénoncé les exécutions massives, les tortures, les persécutions de toutes sortes mais ont également revendiqué leurs connaissances et leurs savoirs spécifiques. L’historiographie féministe (Christina Larner, Silvia Federici, Barbara Ehrenreich) a en effet montré que les femmes accusées de sorcellerie étaient souvent des sages-femmes et des guérisseuses, et par conséquent des rivales pour la médecine urbaine et le pouvoir patriarcal. Ces femmes étaient souvent désignées comme les responsables des famines, des épidémies, et en particulier de la mortalité infantile.

Apportant un éclairage historique, linguistique, ou littéraire, les auteurs interrogeront les discours, les textes et les représentations dont les femmes accusées de sorcellerie ont été l’objet entre le xve et le xviiie siècles en Europe, et selon les spécificités nationales du monde méditerranéen, afin de mieux cerner leur identité, leur place et leur rôle dans l’espace public, ainsi que la nature de la répression et de la violence qu’elles ont subies. La violence de genre s’est particulièrement exercée à l’encontre des sorcières, et c’est dans cette perspective que l’on pourra interroger les documents inquisitoriaux ainsi que le discours de l’Eglise. Soixante ans avant la publication du Malleus Maleficarum, le prédicateur franciscain Bernardin de Sienne (1380-1444) contribue à renforcer l’association des sorcières au monde des femmes : s’appuyant ou prenant ses distances avec les stéréotypes, Bernardin décrit un être impie en relation étroite avec le démon, détenteur de pouvoirs magiques et maléfiques, accusé d’infanticides et d’hérésie. Ses sermons sur les sorcières contribuent même à favoriser la condamnation de certaines femmes ainsi que la mise en place de lois répressives contre la pratique de la sorcellerie.

Les recherches à partir de sources inquisitoriales et du discours de l’Eglise seront confrontées à d’autres sources jusqu’alors peu exploitées : le riche patrimoine du conte populaire ou de la chanson traditionnelle, ainsi que de l’iconographie des xvie et xviie siècles.

Propositions à adresser à
anne.cayuela@univ-grenoble-alpes.fr
cecile.terreaux@univ-grenoble-alpes.fr

Langues : Français, anglais, espagnol, italien.

Date limite de remise des propositions : 30 juin 2020

Remise des articles : 30 juin 2021

  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search