Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48

48 | 2022
Imaginaires apocalyptiques dans le monde hispanique contemporain : poétiques de la fin du monde depuis le XXIe siècle

Sous la direction de Cristina Mondragón et Margarita Remón-Raillard
ISBN 978-2-37747-380-9

La fin du monde est une thématique constante tout au long de l’histoire de l’humanité. Elle paraît particulièrement attachée à la pensée mythico-religieuse et éloignée des préoccupations du xxie siècle. Cependant, comme l’écrit Michaël Fœssel dans son ouvrage Après la fin du monde : critique de la raison apocalyptique, « la fin du monde est une question politique du seul fait qu’elle fixe un agenda pour ceux qui veulent s’en préserver[1] ». La permanence, en Occident, d'un imaginaire de la fin des temps est une évidence. De nos jours, on pourrait parler d'une véritable résurgence, vu le nombre de fictions mettant en scène une grande catastrophe cosmique ou des sociétés post-cataclysmiques, qui prolifèrent dans des productions culturelles comme romans, nouvelles, romans graphiques, jeux-vidéo, mais aussi (ou surtout) au cinéma et à la télévision, particulièrement dans les « séries » et autres productions multimédia (podcasts et séries de streaming).

Cette résurgence des images de la fin traduit la conscience critique que l’Occident a de lui-même ; la conscience des effets du système qu’il a mis en place et qui s’avère inopérant face à des crises souvent autogénérées : réchauffement climatique, pandémies, crises financières globales, crises migratoires La crise sanitaire actuelle a mis en évidence des enjeux sociétaux de taille et laisse espérer l’émergence d’un imaginaire renouvelé qui s’en alimenterait.

Conjuguée à l’imaginaire hérité de « l’apocalyptisme » religieux, est apparue une forme d’eschatologie qui désacralise le récit des origines et ouvre la voie à un « apocalyptisme » sécularisé comme, par exemple, dans les « écofictions » apocalyptiques proposées par Christian Chelebourg ou le « syndrome de Babylone » d’Alain Musset. D’autre part, la dimension politique de la pensée apocalyptique s’imbrique avec le domaine des croyances, produisant un imaginaire complexe qui se traduit par des prospections dystopiques, adscrites ou pas à la Science-Fiction, qui font écho aux impératifs politiques du jour.

Dans l’aire hispanique, la littérature eschatologique et apocalyptique obéit à une tradition importante et se décline selon des modalités formelles et discursives variées. Dans le cas de l’Amérique Latine, aux problématiques régionales diverses, avec leur lot de pauvreté, de politiques économiques désastreuses et de dérives totalitaires, s’ajoute le phénomène d’un syncrétisme religieux, produit du brassage culturel inhérent à son histoire, ainsi qu’une forte religiosité de la population (souvent fanatiques et sectaires), l’ensemble ayant pour résultat un imaginaire eschatologique et apocalyptique particulièrement riche.

Ce numéro sera consacré aux produits culturels de l’aire hispanique issues de cet imaginaire (Espagne et Amérique latine) et vise à mettre en lumière ses modalités les plus récentes à travers différentes formes de représentation : littérature, cinéma et bande dessinée.



[1] Michaël Foessel, Après la fin du monde : critique de la raison apocalyptique, Paris, Éditions du Seuil, 2012, p. 32.

  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search