Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours59 / 2025 - Rivalités et coopérat...

59 / 2025 - Rivalités et coopérations au sein du renseignement britannique et européen de 1914 à nos jours

Appel à contribution pour le numéro 59 de la revue ILCEA
Rivalry and Co-Operation in British and European Intelligence from 1914 to the Present Day
Mona Parra (Université Grenoble Alpes) et Émilie Berthillot (Université de Lille)
  • 1 « Missing dimension of most diplomatic history », cette expression est employée dans D. Dilks (dir. (...)

Par cette formule désormais bien connue, le diplomate britannique Sir Alexander Cadogan décrivit un jour le renseignement comme « la dimension manquante de la plupart des études sur l’histoire de la diplomatie 1». Malgré l’attention croissante portée aux agences de renseignement, en particulier depuis les révélations accablantes d’Edward Snowden, elles demeurent toujours à la marge des recherches en sciences humaines et sociales. Le secret auquel sont tenus les membres de ces services, les politiques très strictes de rétention de leurs archives, ainsi que l’impact que ces révélations pourraient avoir sur les gouvernements expliquent partiellement que cet aspect soit souvent occulté. Pour autant, il devient de plus en plus évident que le renseignement joue un rôle central pour les décideurs politiques et militaires, en nette évolution depuis les deux guerres mondiales et la guerre froide. Une longue expérience du renseignement a certainement aidé la « Perfide Albion » à ériger sa puissance mondiale et à construire son Empire. Du fait de leurs implications dans de nombreux conflits militaires internationaux, les agences britanniques jouissent d’une grande réputation qui constitue un atout de poids dans leur « relation spéciale » avec les États-Unis.

Ce numéro d’ILCEA rassemblera des travaux analysant l’impact des services sur les conflits passés, sur les relations internationales, mais également sur le temps présent. Il abordera des sujets tels que la gestion du terrorisme et les sociétés d’hypersurveillance, entre autres thèmes aux larges répercussions sur les sociétés actuelles. Ces articles pourraient traiter des questions suivantes :

  • 2 Cousseran Jean-Claude & Hayez Philippe (2021), Nouvelles leçons sur le renseignement, Paris : Odile (...)

- Quelle place est consacrée à l’objet d’étude « renseignement » au sein des études anglophones, d’histoire et de sciences politiques, entre autres ?
- Quelles considérations président à l’élaboration des politiques de classification et de déclassification des archives des agences de renseignement, et comment ces dernières affectent-elles le travail des chercheurs ?
- Comment les bouleversements récents qu’a connu le Royaume-Uni, avec au premier plan le Brexit, ont-ils affecté ces agences ? La sortie de l’Union Européenne a-t-elle véritablement altéré les contacts et partenariats des services britanniques avec leurs homologues européens et aux seins des organisations de renseignement transnationales ?
- Après un accent porté sur la lutte contre le terrorisme, qui demeure d’actualité, comment les services britanniques appréhendent-ils la réorganisation de l’ordre mondial, les relations ambigües avec la Chine et les tensions avec la Russie ? Comment l’émergence fulgurante des intelligences artificielles bouleverse-t-elle le renseignement ?
- Comment concilier ces enjeux, dans un contexte économique difficile, avec une supervision adaptée d’agences pour lesquelles le secret reste impératif ?
- Dans leur ouvrage de référence, Jean-Claude Cousseran et Philippe Hayez le soulignent, « l’évolution future du renseignement est consubstantiellement liée à celle de l’État2 ». Comment les agences de renseignement peuvent-elles faire face aux menaces actuelles qui pèsent sur la démocratie ? Concourent-elles au contraire à la mettre en péril ?

Nous vous invitons à nous soumettre un abstract, en anglais ou en français, pour le 31 janvier 2024, aux adresses suivantes : emilie.berthillot@univ-lille.fr et mona.parra@univ-grenoble-alpes.fr .

  • 3 Dilks David [dir.] (1971), The Diaries of Sir Alexander Cadogan, 1938-1945, Londres : Cassell, 21.

The British diplomat Sir Alexander Cadogan once described intelligence as “the missing dimension of most diplomatic history3”. Despite the increased focus on intelligence agencies, particularly since the damning revelations of Edward Snowden, they are still on the margins of research in humanities and social sciences. The secrecy to which the members of these services are bound, the very strict policies controlling access to their archives, and the impact that these revelations could have on governments partly explain why this area is often overlooked. However, it is becoming increasingly clear that intelligence has been playing a central role for military and political decision-makers, all the more so since the two world wars and the Cold War. Britain’s extensive experience in intelligence has certainly helped “Perfidious Albion” to expand its global power and its Empire. British agencies have had an excellent reputation due to their involvement in numerous international military conflicts, and they are an important asset to the “special relationship” with the United States.

This issue of ILCEA will collate work analysing the impacts of these services on past conflicts, on international relations throughout the twentieth century and on present-day geopolitics. It will cover topics such as hyper-surveillance in our societies and the fight against terrorism, among other topics with broad implications. Prospective authors could address the following questions:

  • 4 Cousseran Jean-Claude, Hayez Philippe (2021), Nouvelles leçons sur le renseignement, Paris : Odile (...)

How is intelligence tackled in British studies, in history and political science, among others?
What governs the development of classification and declassification policies for intelligence agency archives, and how can this affect the work of researchers?
How have recent changes in the UK, particularly Brexit, affected these agencies? Has the UK’s withdrawal from the European Union truly altered the contacts and partnerships of British services with their European counterparts and within transnational intelligence organisations?
The fight against terrorism remains a topical issue for British intelligence agencies. How are they dealing with the remaking of the world order, ambiguous relations with China and tensions with Russia? How is the rapid rise in the use of AI revolutionising intelligence?
How can these challenges be reconciled, in the context of current economic challenges, with appropriate oversight of agencies for which secrecy remains imperative?
As Jean-Claude Cousseran and Philippe Hayez state in their reference work, “the future development of intelligence is consubstantially linked to that of the State
4”. How can intelligence agencies deal with current threats to democracy? Or, conversely, are they putting it in jeopardy?

To contribute to this issue, please submit an abstract, in English or French, by 31st January 2024, to: emilie.berthillot@univ-lille.fr or mona.parra@univ-grenoble-alpes.fr.

Andrew Christopher (2009), Defend the Realm: The Authorized History of MI5, New York : Alfred A. Knopf.

Bibliographie

Aldrich Richard J. (2010), GCHQ: The Uncensored Story of Britain's Most Secret Intelligence Agency, Londres : Harper Press.

Aldrich Richard J. (2004), « Policing the Past: Official History, Secrecy and British Intelligence since 1945 », The English Historical Review, 119(483), 922-953.

Andrew Christopher & Dilks David [dir.] (1984), The Missing Dimension: Governments and Intelligence Communities in the Twentieth Century, Londres : Macmillan.

Berthillot Émilie (2021), Les Espions de sa Majesté - Une Histoire du Renseignement, Paris : Ellipses.

Chopin Olivier & Oudet Benjamin (2019), Renseignement et sécurité, Malakoff : Armand Colin.

Cousseran Jean-Claude & Hayez Philippe (2021), Nouvelles leçons sur le renseignement, Paris : Odile Jacob.

Dénécé Éric [dir.] (2023), Renseignement et espionnage pendant la Première Guerre Mondiale, Paris : Ellipses.

Forcade Olivier & Laurent Sébastien (2005), Secrets d'État : pouvoirs et renseignement dans le monde contemporain, Paris : A. Colin.

Jeffery Keith (2011), MI6: The History of the Secret Intelligence Service, 1909-1949, Londres : Bloomsbury.

Twigge Stephen Robert, Hampshire Edward & Macklin Graham (2008), British Intelligence: Secrets, Spies and Sources, Kew : National Archives.

Vincent David (1999), The Culture of Secrecy in Britain, 1832-1998, Oxford : Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 « Missing dimension of most diplomatic history », cette expression est employée dans D. Dilks (dir.), The Diaries of Sir Alexander Cadogan, 1938-1945 (1971), Londres : Cassell, 21. Cette citation est reprise dans le titre d’un ouvrage sous la direction de Christopher Andrew et David Dilks (1984), The Missing Dimension: Governments and Intelligence Communities in the Twentieth Century, Londres : Macmillan.

2 Cousseran Jean-Claude & Hayez Philippe (2021), Nouvelles leçons sur le renseignement, Paris : Odile Jacob, 425.

3 Dilks David [dir.] (1971), The Diaries of Sir Alexander Cadogan, 1938-1945, Londres : Cassell, 21.

4 Cousseran Jean-Claude, Hayez Philippe (2021), Nouvelles leçons sur le renseignement, Paris : Odile Jacob, 425.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search